Allocution de Robert MOULLIERE à l'ouverture du Conseil National du 10 août 2018

 

 

 

 

Avant de commencer ce Conseil National, nous allons observer une minute de silence pour nos camarades disparus depuis le début de l'année et en particulier pour Henri HUE un de nos derniers cheminots résistants.

 

Tout d'abord, encore merci pour votre présence aujourd'hui pour commémorer ce 74eme anniversaire. Nous savons que cela devient difficile pour certains de se déplacer mais malgré tout chaque année nous réunissons encore un bon nombre de nos adhérents.

 

Faire que cette date du 10 août 1944 soit encore un moment fort de notre activité, montre tout l'attachement que nous portons au souvenir et à la Mémoire.

 

Les jeunes générations de Cheminots doivent connaître le prix payé par leurs prédécesseurs.

 

« 8.938 morts - 1.157 morts en Déportation, 15.977 blessés - Parmi eux de grands dirigeants syndicaux tels Pierre SEMARD, Georges WOLDI, Jean CATELAS et beaucoup d'autres ».

 

Ce 10 août 1944 a été le déclencheur de la grève insurrectionnelle des Transports où participaient de nombreux camarades de notre Association (il faut le rappeler, l'A.N.C.A.C fut dissoute en 1940). Je citerai Jules CRAPIER, Jean FUMEAUX, Robert HERNIO, Marcel LECHAUVE et beaucoup d'autres.

 

Oui ! Les Cheminots ont été à la pointe du combat dans ce conflit. Ils auront été une force importante dans la Résistance.

 

Notre rôle aujourd'hui est de poursuivre notre témoignage auprès de la jeunesse, par exemple avec notre participation dans le Concours National de la Résistance ouvert aux collèges et aux lycées.

 

Au moment où le gouvernement pousse la S.N.C.F à la privatisation et à la suppression de son statut en voulant supprimer les derniers acquis du Programme du Conseil National de la Résistance, il est bon de rappeler le rôle des Cheminots dans ces moments tragiques.

 

Aujourd'hui, les cheminots sont pris pour cible, nous serions des nantis. La campagne de désinformation utilisée par le gouvernement montre combien ces gens noyés dans l'argent n'ont aucune mémoire et reconnaissance de ceux qui ont sauvé la Patrie.

 

Les cheminots actifs avec leurs organisations syndicales ont mené pendant 2 mois un combat digne et responsable contre cette privatisation.

On peut regretter que de nombreux cheminots, dans certains services, ne ce sont pas engagés alors qu'ils vont subir comme tout le monde la suppression des avantages acquis depuis 1945.

 

Même si la loi est votée, le décret n'est pas encore sorti. Les organisations syndicales préparent déjà la poursuite de l'action dès le mois de septembre.

 

En tant qu'Anciens Combattants et Cheminots notre place est aux côtés de ceux qui luttent. Nous allons donc rester vigilants tout au long de l'année.

 

Maintenant parlons de nos droits à réparation. Comme vous le savez, la Ministre des Armées vient d'accorder la carte du Combattant à tous les militaires qui ont séjourné en Algérie du 2 juillet 1962 au 1er juillet 1964 et ceci à partir de janvier 2019.

 

Cette annonce surprise avant la discussion du Budget montre la tactique du gouvernement. C'est la première fois qu'il nous est accordé un droit aussi rapidement, sans réellement batailler. Le gouvernement fait ses choix. Il sera difficile maintenant au Monde Combattant d'avancer ses exigences et en particulier la Campagne Double. D'autant plus que la Ministre a déclaré qu'elle réglerait point par point chaque année. Pour 2019 pas question d'aller plus loin.

 

Comme vous avez pu le lire, le groupe des « 12 » (dont l'A.N.C.A.C ne fait pas partie) s'est réuni au mois de mai. Trois groupes se sont réunis :

 

1er groupe : Pensions PMI - carte du Combattant, jusqu'en juillet 1964 - la Campagne Double 2e groupe : prise en charge des orphelins, pupilles de la Nation 3e groupe : en charge des OPEX.

 

Je ne vous détaillerai pas tout ce qui s'est dit dans les 3 groupes. Simplement sur la Campagne Double. Il parait que Bercy a fait une évaluation du coût sur le global et avance 80 millions d'euros.

 

Nous sommes en désaccord car il faut prendre la réelle application de la Campagne Double. Prenons l'exemple d'un cheminot qui a besoin de 12 mois de Campagne Double pour arriver à 40 annuités (soit 80 semestres) et qui a 24 mois de Campagne Double n'utilisera pas les 12 mois qui restent.

 

Les évaluations sont démentielles de la part de Bercy car le calcul se fait sur la globalité mais ce n'est pas la réalité. Voilà un autre argument qui nous donne raison.

 

Autre sujet, la demi part pour les veuves Anciens Combattants, le ministère devrait mettre ce sujet à l'étude. Mais comment considérer les veuves Anciens Combattants dont le mari est décédé avant 74 ans, seront-elles du côté des veuves civiles ou seront-elles du côté des citoyennes. Plus cette injustice est dénoncée depuis sa suppression. Affaire à suivre.

Enfin, il est bien évident que nous devons poursuivre notre démarche pour obtenir une réunion tripartite en ce qui concerne le point de Pension Militaire d'Invalidité (PMI), le retard est toujours de moins 8 %

 

Comme vous le savez, ce point (PMI) sert pour l'augmentation des Pensions Militaires, de la Retraite du Combattant, de la Mutuelle Spécifique Ancien Combattant.

 

Dans les mois qui viennent nous aurons donc l'occasion de nous adresser aux présidents de groupes à l'occasion de la discussion du Budget.

 

                                   Robert Moullière


2767727
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
1137
3806
20090
2723785
67612
123601
2767727
Votre IP: 54.36.148.230
21/10/2018 06:40