L’Opéra Garnier à Paris

Le plafond de Marc Chagall

 

 

 

 

Avec les grands travaux du baron Haussmann à Paris Napoléon III décide de la construction d’un théâtre lyrique dans paris, Charles Garnier, grand prix de Rome, sera finalement retenu pour l’édifier.

Le site choisi ne plait pas à l’architecte, les immeubles entourant l’opéra plus hauts que lui ne permettre pas de profiter de la vue des façades. Garnier aurait souhaité entourer son œuvre de jardins  afin de le davantage mettre en valeur.  Conjointement l’avenue de l’opéra est percée, pour des raisons de proximité avec la résidence impériale située au Louvre. Cette large avenue répondait aussi aux préoccupations pour la sécurité de l’empereur après l’attentat, perpétué contre lui, en 1858, dans l’étroite rue le Pelletier.

Les travaux par suite d’errements et de revirements engloutiront 36 millions de francs or et dureront 15 ans. L’inauguration a donc lieu le 5 janvier 1875, après diverses péripéties et interruptions des travaux, dont la guerre de 1870.

Le monumental escalier, situé après le grand vestibule, est superbement décoré. Le grand foyer, réalisé sur le modèle de la galerie des glaces du château de Versailles, constitue le joyau de cet édifice. Il est encadré par deux rotondes, le salon du soleil et le salon de la lune. Malheureusement le financement venant à manquer  plusieurs pièces ne seront jamais décorées. C’est le cas de la galerie du fumoir abritant aujourd’hui un musée.

La grande salle est un théâtre à l’italienne sur cinq niveaux et environ vingt mètres de haut, surplombée de la coupole redécorée par Marc Chagall en 1964 sur décision d’André Malraux alors ministre de la culture. Elle est éclairée par un lustre de cinq mètres de diamètre et pesant environ huit tonnes.

Le roman de Gaston Leroux le Fantôme de l’Opéra, paru en 1910, situe son action dans la loge N°5 rebaptisée depuis la loge du Fantôme de l’Opéra, ornée d’une plaque depuis 2011. 

 

                                                                       Philippe Delespaux