Les violons de la Shoah : la musique contre l’oubli.

Des violons ayant appartenu à des déportés juifs dans les camps de la mort ont résonné à Dresde le temps d’un concert. Ils ont été patiemment restaurés par Amnon Weinstein, un luthier israélien lui-même issu d’une famille de juifs lituaniens ayant échappé à la Shoah.

 

Le soir là sur la seine du Philarmonique de Dresde (Allemagne) Amnon Weinstein reçoit une ovation debout du public, c’est lui, le luthier de Tel Aviv qui a redonné vie aux violons des déportés juifs d’Auschwitz que les musiciens du Philarmonique viennent de faire résonner.

Chacun des 16 violons a résonné dans les camps de la mort. Les nazis imposaient aux musiciens juifs de jouer pour accompagner les condamnés vers les chambres à gaz. Le luthier Israélien a entamé son travail de restauration de ces instruments il y a 20 ans. Il a redonné vie à plus de 60 violons parmi ceux-ci un violon marqué à l’intérieur par le luthier allemand qui l’a fabriqué ; Il avait écrit <<Heil Hitler en 1936  et dessiné une croix gammée>> il faut que ça reste.

Chaque violon à son histoire comme celui qu’il a dû nettoyer d’une épaisse poussière noire … celle des cendres des fours crématoires.

Benny Boret, lui, a confié au luthier de Tel Aviv un violon rescapé de la guerre. Il a appartenu à un jeune juif lyonnais et qui enfermé dans un train qui les conduisait à Drancy en 1942 a pu confier son instrument à un cheminot. Benny Boret raconte <<c’est un violon, je n’en n’ai  plus besoin, je vais vous le faire passer par la petite ouverture au dessus de la porte mais promettez moi de le garder. L’instrument est resté longtemps caché. Il porte aujourd’hui le nom du père de Benny Boret rescapé lui aussi de la Shoah.

Dans son atelier de Tel Aviv Amnon Weinstein continu de recevoir des instruments à restaurer.

Pour moi, c’est une mission de retrouver tous les violons qui ont quelque chose à raconter  de la guerre parce qu’il ne faut pas oublier ça. Si on écoute bien la musique, ont peut comprendre ce qu’ils veulent dire, les violons parlent, les violons racontent.

Le 27 janvier 2019 sera l’anniversaire de la libération du camp de la mort d’Auschwitz par les troupes soviétiques. N’oublions jamais les millions de morts de la Shoah exterminés par un régime qui se croyait la race supérieure et qui ont anéanti des millions de femmes d’enfants, d’hommes de tous âges et de conditions sociales différentes.

A l’heure où le populisme refait surface en Europe n’oublions jamais les victimes innocentes de la Shoah.

Annette COLAS

Amie de l’ANCAC