Journée Internationale des droits de la femme

Hommage aux femmes dans la Résistance.

Rose Vallant

 

 

Rose Valland est née le 1er septembre 1898 à Saint-Etienne de Saint-Geoirs en Isère bourg de 2000 habitants près de Grenoble elle est la fille unique de François Vallant, charron et maréchal ferrant et de Rose Maria Viardin.

Elle peut suivre des études grâce à sa mère qui demande des bourses pour sa fille. En 1914 elle entre à l’école normale d’institutrice de Grenoble dont elle sort en 1918. Douée en dessin et encouragée par ses professeurs elle intègre l’école nationale des beaux-arts de Lyon. Elle s’y fera remarquer et obtient de nombreux prix. Elle réussit ensuite le concours du professera à l’enseignement du dessin 6éme sur 300 candidats et continue d’enchainer les écoles d’arts pour obtenir une licence spéciale d’histoire de l’art et d’archéologie. Elle voyage en Italie et en Allemagne dont elle parle la langue sans l’avoir appris durant son cursus scolaire et universitaire. A partir de 1932 elle devient attachée bénévole pour la Galerie Nationale du jeu de Paume. Elle s’y occupe du catalogue des collections du musée puis organise une quinzaine d’expositions internationales et à leur catalogue. Elle écrit de nombreux articles dans des revues d’art et des journaux. Elle ne sera pourtant titularisée qu’en 1941.

A partir du 30 août 1940 à la demande du Directeur des Musées Nationaux Jacques Janjard elle demeure en activité au Musée du jeu de Paume officiellement comme attachée de conservation officieusement chargée par Jaujard de lui rendre compte des agissements des Allemands qui viennent de réquisitionner le musée pour y stocker les œuvres d’art spoliées à des collectionneurs privés.

Pendant l’occupation, les Allemands commencent à travers la France un pillage systématique des œuvres des musées et des collections privées appartenant à des Juifs déportés ou ayant fui et c’est là que Rose Vallant intervient elle relève aussi précisément que possible le mouvement des œuvres qui transitent au musée du jeu de Paume, le nom des victimes, spoliées le nombre d’œuvres, leurs destinations et le nom des agents chargés des transferts, le nom des transporteurs, les marques des caisses, les numéros et les dates des convois, sans oublier le nom de l’artiste de l’œuvre et ses dimensions car vous vous doutez bien que les Allemands les expédient en Allemagne, en Autriche et dans l’Europe de l’Est.

Le musée du jeu de Paume est visité par hauts dignitaires nazis, Rose Valland est présente durant les différentes visites au cours desquelles Herman Göring vient enrichir sa propre collection par des tableaux volés.

Pendant quatre ans elle garde la trace des mouvements de la provenance et la destination des œuvres .

Elle rédige des dizaines de fiches, déchiffre les papiers carbones allemands dans les poubelles du musée et surtout elle est présente lors des visites des officiels nazis. Elle fournit des informations essentielles à la Résistance sur les trains qui transportent les œuvres afin qu’ils soient épargnés par les Résistants.

A l’automne 1944, elle communique aux alliés les noms des dépôts Allemands et Autrichiens afin d’éviter les bombardements, de les sécuriser et de faciliter leur récupération des œuvres d’arts majeurs du patrimoine culturel de la France.

A partir du 1er mai 1945 elle est détachée de l’Education Nationale au Ministère de la Guerre. Elle devient <<officier Beaux-Arts>> dans la 1er armée Française. Elle a le grade de capitaine. En résidence à Berlin elle est habilitée à se rendre dans les différentes zones d’occupation alliées, britannique, américaine et soviétique. Elle coopère avec les agents américains pour interroger les officiers et marchands nazis auteurs des pillages.

Elle témoigne au procès des dirigeants nazis à Nuremberg.

Entre 1945 et 1954, elle aura participé au rapatriement de plus de 60 000 œuvres et objets spoliés aux institutions publiques et aux familles Juives persécutées.

A son retour à Paris en mars 1952 elle réintègre l’administration des Musées de France comme conservatrice des Musées Nationaux.

Si son travail est reconnu par les victimes qui lui témoignent leur gratitude, il demeure toutefois peu valorisé et peu encouragé par son administration.

Elle prend sa retraite en 1968 mais continue à travailler sur la restitution des œuvres spoliées. Son action héroïque durant la guerre et l’après-guerre lui valurent de nombreuse décorations Françaises et étrangères :

Chevalier de la Légion d’Honneur,

Commandeur des Arts et des Lettres,

Médaille de la Résistance,

Médaille de la Liberté des Etats Unis,

Officier de l’Ordre du Mérite de la République Fédérale d’Allemagne.

C’est vrai que pour le commun des mortels, son action est différente des Résistants mais elle mettait sa vie en danger chaque jour à côtoyer les nazis, aussi nous garderons à jamais son énorme travail pour redonner à la France son héritage culturel.

Merci Madame Valland pour votre action si nous pouvons admirer les œuvres restituées dans différents Musées et aussi aux personnes spoliées de leur héritage familial.

Elle décède en 1980 à 81 ans dans une relative solitude à Ris Orangis, mais un collège et une place portent son nom dans son village natal de l’Isère.

 

                                                                                                                      Annette COLAS