Année 1917

 

22 janvier. Le président des États-Unis Woodrow Wilson plaide pour une paix sans vainqueurs.

31 janvier. Début de la guerre sous-marine totale.

3 février. Rupture des relations diplomatiques entre les États-Unis et l'Allemagne, après l'annonce par celle-ci d'un élargissement de la guerre sous-marine et l'interception d'un message allemand incitant le Mexique à entrer en guerre contre les États-Unis.

24 février. Victoire alliée sur l'Ancre (Somme), les Allemands battent en retraite devant les Britanniques.

2 avril. Entrée en guerre des États-Unis au côté des Alliés.

9 avril. Les Britanniques lancent l'offensive en Artois, entre Arras et Lens.

16 avril. Début de l'offensive Nivelle du Chemin des Dames. L'offensive, qui se révèle très meurtrière, entraîne des mutineries au sein de l'armée française. Combats du plateau de Raonne. Les 5e (Mazel) et 6e (Mangin) armées françaises lancent l'offensive sur l'Aisne.

17avril. Entrée en action des blindés français, les chars d'assaut Schneider et Saint-Chamond sur le front entre Laffaux et le nord de Reims. .

4 mai. Échec de l'offensive Nivelle au Chemin des Dames.

15 mai. Philippe Pétain remplace Nivelle comme commandant en chef des armées françaises après sa démission. Foch est nommé chef d'état-major.

20 mai. Mutineries dans l'armée française 68 des 112 divisions sont touchées ; 629 soldats sont jugés et condamnés et 50 d'entre eux sont exécutés (avril-juin).

29 juin. La Grèce entre dans la guerre au côté des Alliés.

30 juin. Débarquement à Saint-Nazaire des premières troupes américaines.

31 juillet. Offensive britannique dans les Flandres dirigée par le général Douglas Haig.

1 août. Appel du pape Benoît XV à une « paix blanche».

16 août. Succès de l'offensive franco-britannique dans les Flandres au nord d'Ypres.

11 septembre. Disparition en vol de Georges Guynemer.

15 octobre. L’Hollandaise Mata Hari, condamnée à mort pour espionnage en faveur de l'Allemagne, est fusillée au fort de Vincennes.

24 octobre. Pétain lance une offensive contre le fort de Malmaison qui permet la reconquête du nord-ouest du Chemin des Dames.

22 novembre. Début de la bataille de Cambrai. Les Britanniques utilisent les tanks et traversent les défenses de la ligne Hinderburg.

26 novembre. A la suite de la révolution Bolchévique, la Russie signe un cessez le feu séparé avec l’Allemagne.

15 décembre. Les allemands et les bolchéviques signent un armistice à Brest-Litovsk. Les allemands aident Lénine à quitter son exil Suisse.

 

LES FEMMES DANS LA GUERRE

 

 

En 1939, le monde est divisé entre les pays démocratiques (où les citoyens élisent librement leurs représentants) et les pays totalitaires (où le gouvernement n'accepte aucune opposition et terrorise la population).

 

L'Allemagne, le Japon et l'Italie des états totalitaires, veulent dominer d'autres peuples. Ils vont entraîner le monde entier dans la seconde guerre mondiale « 1939 -1945 ».

 

Avant la seconde guerre mondiale, il n'y avait pas de femmes sur le front (les zones de combats). Les infirmières restaient en retrait, elles travaillaient dans les hôpitaux.

 

Mais pendant cette guerre, elles sont allées soigner les soldats près des zones de combat, dans les unités de soins mobiles.

 

Dans les armées américaine, britannique et allemande, les femmes étaient surtout engagées comme infirmières ou employées de bureau.

 

En revanche, l'Union Soviétique (l'ancienne Russie) envoyait de nombreuses « femmes soldats » combattre comme pilotes, tankistes, tireurs d'élite... Certaines de leurs unités étaient uniquement constituées de femmes.

 

Quant à la France, après la défaite face à l'Allemagne en 1940, des réseaux de résistants se sont organisés à travers notre pays.

 

Des femmes membres de la Résistance (armes à la main) ont pu avoir un rôle égal à celui des hommes. Plusieurs ont été des chefs de réseau.

 

Les femmes éveillaient moins de soupçons que les hommes. Beaucoup d'entre elles étaient ainsi chargées de transporter des messages, des armes.

 

La participation des femmes à la Résistance témoigne de leur engagement politique, qui

grandit au 20eme siècle. De façon générale, on peut lier leur rôle dans la seconde guerre

mondiale à leur accès au droit de vote obtenu la libération.

A

Les travailleuses dans l'ombre

 

Dans les usines des pays alliés, les femmes remplacent les hommes enrôlés dans l'armée et participent à l'effort de guerre.

 

Car la seconde guerre mondiale est une guerre de matériel.

 

René PALOS

L'ARC DE TRIOMPHE

 

 

 

 

26 FEVRIER 1806

Construction de l'Arc de Triomphe

L'architecte français Jean-François-Thérèse CHALGRIN amorce les travaux de l'Arc de Triomphe de l'Etoile commandé par Napoléon 1er en honneur de la Grande Armée. S'inspirant de modèles antiques, l'Arc de Triomphe parisien surprend par sa taille monumentale : 50 mètres de hauteur et 45 mètres de large. Les travaux seront interrompus à la chute de l'Empire et reprendront en 1825. En 1836, l'Arc de Triomphe sera définitivement achevé et inauguré par LOUIS-PHILIPPE.

 

 

LE MONUMENT

 

Il mesure 50 mètres de haut et plus de 45 mètres de large. L'arc des deux grandes façades atteint 20,50 mètres de hauteur pour une largeur de 14,50 mètres.

 

Les façades transversales sont percées d'un arc haut de 19 mètres sur une largeur de 8,50 mètres.

 

La frise qui décore les quatre faces représente les grands personnages de la Révolution et de l'Empire, ou encore le retour des armées d'Italie ou d'Egypte.

 

L'ornement est formé par les quatre groupes colossaux élevés sur chaque pied-droit de deux façades : côté avenue des Champs-Elysées, à droite, le Départ des Volontaires, encoe appelé la Marseillaise, de François RUDE et, à gauche, le Triomphe de l'empereur, sculpté par Jean-Pierre CORTOT.

Côté avenue de la Grande Armée, les deux hauts reliefs sculptés représentent la Résistance (à droite) et la Paix (à gauche).

 

Sur les surfaces intérieures des arcs sont gravés les noms des généraux et des batailles célèbres de la Révolution et de l'Empire.

 

Sur le sol, près du tombeau du soldat inconnu, plusieurs plaques de bronze commémorent des événements importants de l'histoire contemporaine : la proclamation de la République, le 4 septembre 1870, le retour de l'Alsace-Lorraine, le 11 novembre 1918, l'Appel du 18 juin 1940. Elles évoquent également le souvenir des combattants et des résistants de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que celui des « Morts pour la France » en Algérie, Tunisie et Maroc.


 

L'HISTOIRE

 

26 FEVRIER 1806

Construction de l'Arc de Triomphe

L'architecte français Jean-François-Thérèse CHALGRIN amorce les travaux de l'Arc de Triomphe de l'Etoile commandé par Napoléon 1er en honneur de la Grande Armée. S'inspirant de modèles antiques, l'Arc de Triomphe parisien surprend par sa taille monumentale : 50 mètres de hauteur et 45 mètres de large. Les travaux seront interrompus à la chute de l'Empire et reprendront en 1825. En 1836, l'Arc de Triomphe sera définitivement achevé et inauguré par LOUIS-PHILIPPE.

 

 

29 JUILLET 1836

Inauguration de l'Arc de Triomphe

L'Arc de Triomphe de l'Etoile que l'on connaît aussi sous le simple nom d'Arc de Triomphe, a été construit entre 1808 et 1835 sur commande de Napoléon. L'architecte principal était Jean-François-Thérèse CHALGRIN.

Ce monument est établi dans le 8eme arrondissement de PARIS, place de l'Etoile, en haut des célèbres Champs-Elysées.

Le 29 juillet 1836, l'Arc de Triomphe est inauguré à l'occasion du sixième anniversaire des TROIS GLORIEUSES.

Depuis 1896, c'est un monument qui est classé « monument historique ».

 

 

11 NOVEMBRE 1920 Inhumation du Soldat Inconnu

Le corps du soldat français mort pendant la première guerre mondiale est déposé dans une chapelle ardente au premier étage de l'Arc de Triomphe à PARIS. En hommage à tous les « poilus » tombés pour la France, il sera plus tard inhumé sous la voûte de l'Arc de Triomphe. Le corps du Soldat Inconnu a été choisi par un jeune soldat de la garde d'honneur, Auguste THIEN, parmi les huit cercueils de combattants non-identifiés.

 

 

LE MUSEE ET LA TERRASSE

A l'intérieur de l'Arc de Triomphe, les visiteurs découvrent un musée qui présente de nombreux documents : la construction et- le décor de l'Arc de Triomphe, les divers événements qui ont marqué l'histoire comme le retour des cendres de Napoléon 1er le 15 décembre 1840, la veillée funèbre de Victor Hugo le 29 mai 1885, le défilé de la victoire le 14 juillet 1919, l'arrivée du Soldat Inconnu le 28 janvier 1921, l'hommage du Général Charles de GAULLE sur la tombe du Soldat Inconnu dans PARIS libéré le 26 août 1944.

 

Depuis la terrasse, un splendide panorama s'offre à la vue des visiteurs : les Champs-Elysées, le Louvre, la Tour Eiffel, le Dôme des Invalides et, vers l'ouest, l'Arche de la Défense.

 

L'A.N.C.A C................. ET LA FLAMME

 

 

 

Août 1944, la défaite de l'Allemagne se précise, bientôt la bête nazie qui depuis 4 ans porte la mort dans l'Europe entière sera enfin vaincue.

 

Les cheminots, durant cette période tragique, payèrent un lourd tribut dans la lutte entreprise, puisque 450 d'entre eux furent assassinés, parmi lesquels Pierre SEMARD, Georges WOLDI, Jean CATELAS ; des milliers furent déportés et beaucoup ne revinrent pas, tels nos camarades GUGELOT, GAUTHIER, JOSEPH, PERREGOT, BRIN, PERIOT, GIRARD et tant d'autres militants de l'A.N.C.A.C, dissoute par le gouvernement de VICHY.

 

Mais ni les déportations, ni les fusillades ne devaient ralentir l'élan des patriotes, et le 10 août 1944, les cheminots déclenchaient la grève insurrectionnelle. Cette grève, désorganisant les transports ferroviaires de troupe et de matériels ennemis, créa l'enthousiasme qui entraîna l'ensemble de la population parisienne dans les combats libérateurs, elle a contribué pour une large part à hâter la libération de PARIS le 25 août 1944 et la défaite de l'ennemi nazi.

 

Sur la demande de l'A.N.CAC, le Comité de la Flamme a modifié son calendrier et c'est ainsi que notre Association Nationale a eu l'insigne honneur de ranimer la flamme, le 10 août 1965, jour anniversaire de la grève insurrectionnelle du 10 août 1944 et ceci sans discontinuer.

 

En raison de cet anniversaire, la cérémonie du souvenir au « Poilu Inconnu » doit revêtir une ampleur exceptionnelle et ce d'autant plus que nous serons les seuls ce jour là « comme association d'Anciens Combattants » pour accomplir le geste rituel.

 

Plus particulièrement dans la région île de France, et même au-delà, un gros effort doit être effectué et déjà, il importe que dans chaque section soit envisagée une très large participation.

 

Tous les cheminots se souviennent de la grève insurrectionnelle du 10 août 1944 et de son action déterminante, aussi ils auront à cœur de se rendre au rassemblement place de l'Etoile -Charles de GAULLE en ce mercredi 10 août 2016.

Le COLONEL Henri ROL-TANGUY

 

Commandant la région des Forces Françaises de l'Intérieur

de l'Ile de France


 

 

 

Henri ROL-TANGUY, (1908 / 2002) homme politique et résistant fiançais, qui a dirigé l'insurrection de PARIS contre les allemands en août 1944

 

Né à MORLALX (Finistère) dans une famille de marins, Henri TANGUY, dit Henri ROL-TANGUY, travaille comme ouvrier métallurgiste. Il rejoint très tôt le parti communiste, et s'engage dans l'action militante. Lors de la guerre d'Espagne, il fait partie des brigades internationales et occuppe le poste de commissaire politique.

 

Mais c'est surtout durant la seconde guerre mondiale que Henri ROL-TANGUY s'illustre. Il entre dans la Résistance dans les rangs des Francs-Tireurs et Partisans Français (FTP ou FTPF). Connu sous le nom de colonel ROL, il organise les différents réseaux dans la région parisienne et devient, le 5 juin 1944, le chef d'état- major des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI) pour la région Ile de France. Dans ce cadre, il prend la tête de l'insurrection de PARIS, qui débute le 18 août 1944. Après une trêve signée le 21, il décide, en accord avec le Comité Parisien de Libération, de reprendre les combats de rue.

 

Dans le même temps, le général Charles de GAULLE obtient d'EISENHOWER d'envoyer la 2eme Division Blindée ( 2ème D.B) du général LECLERC aider à la libération de PARIS. Le 24 août, la division blindée entre dans la capitale. Le commandant allemand de PARIS, le général Diétrich von CHOLTITZ, signe une convention de capitulation avec le général LECLERC. Le lendemain, ROL-TANGUY convainc cependant ce dernier de le laisser signer également cette capitulation, obtenant ainsi la reconnaissance du rôle de la Résistance intérieure dans la libération de la capitale.

 

Membre du comité central du parti communiste français de 1964 à 1987, Henri ROL-TANGUY était compagnon de la Libération et grand-croix de la Légion d'honneur.

EN CE MOIS D'AOÛT 1944

 

PARIS n'attend pas...............

 

15.000 hommes et 10 chars constituent la garnison allemande de PARIS.

Le 19 août, la capitale se révolte. Les FF. I occupent les mairies et la préfecture de police. Aux

Tuileries, au Palais-Bourbon, à l'Ecole Militaire, au Luxembourg, la fusillade retentit.

« Tenez bon ! Nous arrivons ! » fait dire le général LECLERC aux insurgés.

La presse de la Résistance n'a pas perdu son temps : elle paraît au grand jour dès le 21 août.

 

Et aussi le...........

1er - La2ème DB du Général LECLERC débarque en Normandie,

4.000 tziganes exterminés à AUSCHWITZ,

08 - le colonel ROL TANGUY lance l'ordre général d'opération n°7 « les transports ennemis ne doivent pas passer »,

10 - les cheminots déclenchent la grève............. ,

14 - le Comité Parisien de Libération appelle à les soutenir.............. ,

16 - 34 jeunes gens exécutés par les allemands au bois de Boulogne, à PARIS,

18 - la C.G.T et la C.F.T.C appellent à la grève générale. Postiers, Policiers, s'y mettent, les

tunnels du métro sont interdits à l'occupant, PARIS se hérisse de barricades, on s'arme sur

l'ennemi, on se bat............. ,

20- la gestapo assassine une centaine d'habitants près de LYO N,

21- au soir, 61 des 80 quartiers de PARIS sont libérés ainsi que les trois quarts de la banlieue, les

Hitlériens ne possèdent plus que six points d'appui sur trente sis, 25 - les SS massacrent 126 civils à SAINT-GENIS-LAVAL près de MAILLE, en Indre-et Loire, les blindés de la 2ème D.B aident les 100.000 F.F.I d'Ile de France à réduire et à chasser l'ennemi de la région parisienne. Gare de PARIS MONTPARNASSE, le général LECLERC et le colonel ROL TANGUY reçoivent la capitulation nazie. Le gouvernement provisoire de la République, présidé par le général Charles de GAULLE s'installe dans la capitale.

2848603
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
2770
3096
8867
2816798
43683
104805
2848603
Votre IP: 54.90.185.120
14/11/2018 17:51