Jean JAURES 1859-1914


 

L'Année du centenaire de la première guerre mondiale, et aussi celle de l'assassinat de JEAN JAURES.

 

Le danger de guerre entrevue en 1905 donna, par réaction, un élan au pacifisme. La défense de la paix a été le souci d'un certain nombre d'écrivains, de savants en France ou en Allemagne - un bureau international de la paix, à BERNE, regroupant des sommités de plusieurs pays.

 

Dès 1907, Jean JAURES dénonce les crimes coloniaux au MAROC; il accuse « le Parti Colonial » marchands d'obus, aventuriers, banquiers de vouloir, en disputant à l'Allemagne la domination du MAROC, «  nous conduire aux pires aventures ».

 

En 1912, un (( concours international Pacifiste » est ouvert, en toutes langues, entre les écoles primaires par la ligue internationale de la paix et de la liberté. Parallèlement à ces effets pédagogiques, un mouvement en faveur de l'arbitrage international de la convention de LA HAYE crée comme cour permanente d'arbitrage où les nations représentées signèrent une série de vœux et de conventions favorables aux règlements pacifiques des conflits.

 

En novembre t912, des manifestations en faveur de la paix se déroulent dans plusieurs pays d'Europe à l'appel du bureau Socialiste international. Jean JAURES participe à deux meetings à BERLIN sur un retentissant « Paix aux peuples et guerre à la guerre ! ». Au Congrès de BALE (Suisse) de l'international Socialiste, celui-ci, s'impose comme un chantre de la paix sur la scène internationale. Jean JAURES est obsédé par la menace de guerre. Réunions de toute sorte, Congrès Nationaux et internationaux, Chambre des députés, il n'est plus de lieu où ne résonne sa voix, journaux, revues, dans son journal « l'Humanité » qu'il a créé en 1904.

 

Le 25 mai 1913, en plein débat sur les trois ans (du service militaire), la manifestation annuelle à la mémoire des communards est interdite par le gouvernement. Elle se transforme vite en un rendez-vous pacifiste de tous ceux qui refusent les bruits de bottes qui s'annoncent. Au PRE-SAINT-GERVAIS près de PARIS, la SFIO rassemble plus de 100.000 personnes et se transforme en meeting pacifiste contre la loi des trois ans de service militaire. Jean JAURES y prononce l'un de ses plus célèbres discours.

 

Dès le lendemain, les va-t’en guerre stigmatisent cette manifestation. La loi est votée en juillet 1913. Ecrivant en 1910, « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage ». Jusqu'au bout, il se dresse contre la guerre imminente. Il faut mesurer sa détermination à tenter de rassembler les peuples d'Europe contre la tragédie annoncée, tant par sa plume dans son journal que par ses interventions multiples.

 

Le 28 juin 1914, l’assassinat à SARAJEVO de l'archiduc François FERDINAND, héritier du trône AUSTRO-HONGROIS, précipite l'Europe et le monde dans l'inévitable engrenage belliqueux fatal .Il est assassiné dans la soirée du 31 juillet 1914 au café du CROISSANT par le nationaliste Raoul VILLAIN. La guerre éclate au lendemain de sa mort.

 

Robert BAPTIER

 

 

 

La Seconde Guerre mondiale

 

1939-1945

 

La seconde guerre mondiale est le deuxième conflit armé de l'histoire qui a impliqué des pays de tous les continents.

Elle a débuté en septembre 1939 en Europe, et a pris fin le 8 mai 1945 (en Europe) et en août 1945 (en Asie).

Dans les années 1930, des dictatures se mettent en place dans plusieurs pays d'Europe. Ce sont des régimes autoritaires dans lesquels l'armée tient un rôle important: en Italie, Benito MUSSOLINI prend le pouvoir en 1922 et installe un régime fasciste; en Allemagne Adolf HITLER prend le pouvoir en 1933 et crée un régime nazi sous le nom du IIIe Reich; en Espagne, le nationaliste Francisco FRANCO triomphe en 1939.

 

POURQUOI LA GUERNE EST ELLE DECLAREE ?

Adolf HITLER a développé une théorie raciste: selon lui, le peuple allemand appartient à une race supérieure « qu'il appelle la race aryenne » et cette supposée supériorité lui donnerait des droits sur les autres peuples. En se fondant sur cette théorie, le dirigeant Allemand veut imposer sa domination sur le monde, et d'abord sur l'Europe.

L’armée allemande envahit l'Autriche (mars 1938), la TCHECOSLOVAQUIE (mars 1939) et la POLOGNE (1er septembre 1939). En réponse à ces invasions abusives, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.

 

LA FRANCE DURANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE

La France est envahie en juin 1940 par l'armée Allemande. En moins de dix jours, l'armée française bat en retraite : c'est la débâcle. Les populations du nord de la France prennent la fuite et se réfugient dans le sud : c'est l'exode.

Les Allemands entrent dans PARIS le 1 4 juin 1940.

 

ARMISTICE

Le 17 juin 1940, le gouvernement appelle le maréchal Philippe PETAIN à l'aide. Celui-ci, demande aux Allemands l'arrêt des combats : l'armistice est signé le 22 juin 1940. La France est coupée en deux par une ligne de démarcation : le Nord est occupé par les Allemands (la zone occupée) le Sud reste libre (la zone libre).

L’Alsace et la Lorraine deviennent Allemandes.

 

LA COLLABORATION

Le gouvernement du maréchal Philippe PETAIN s'installa à VICHY. La France n'est plus une république et prend le nom d'état français. Le gouvernement de VICHY entreprend une politique de collaboration avec l'occupant allemand.

 

LA RESISTANCE

Les Français qui refusent la défaite et l’occupation allemande se regroupent au sein de mouvements de résistance. Certains résistants migrent à LONDRES où ils rejoignent le général Charles de GAULLE: ils constituent les Forces Françaises Libres (F.F.L. D'autres restent en France, rejoignent le maquis et combattent l'ennemi de l’intérieur. Ils se fédèrent en Forces Françaises da l'intérieur (F.F.I.) autour de Jean MOULIN.

 

COMMENT LA GUEBRE DEVIENT.ELLE MONDIALE ?

En juin 1940, l’Italie entre dans la guerre aux côtés des Allemands. En septembre 1940, le Japon les rejoint. En juin 1941, Adolf HITLER attaque l'Union Soviétique. En décembre 1941, les Japonais bombardent la base militaire Américaine de PEARL HARBOUR, dans l'océan pacifique : les Américains entrent en guerre.

 

Le monde est divisé en deux :

- d'un côté, il y a les puissances de l'axe: l'Allemagne d'Adolf HITLER, l'Italie de Benito MUSSOLINI et le Japon de l'Empereur HIROHITO.

- de l'autre côté, il y a les alliés: le Royaume-Uni de Winston CHURCHILL. La France Libre du général Charles de GAULLE, l'Union Soviétique de Joseph STALINE et les Etats-Unis de Franklin ROOSEVELT.

 

Mais comme les puissances de l'axe et les alliés ont des colonies, la guerre touche tous les continents : des combats terrestres, aériens et maritimes ont lieu en Europe (dans les Balkans, au Royaume-Uni, en Union Soviétique, dans l'océan atlantique, en Afrique du Nord), en Asie (dans l'océan pacifique), ils touchent autant les militaires que les populations civiles.

 

 

LA SHOAH

La Shoah est le génocide des juifs par l'Allemagne nazie. Selon la théorie raciste qu'Adolf HITLER a développée, le peuple juif serait inférieur aux autres.

Dans cette idée, le dictateur allemand veut faire disparaître les juifs d'Allemagne, d'Europe. Dès 1933, il pratique une politique d'exclusion de la population juive allemande.

Puis en 1941, lorsqu'il a conquis de nombreux pays européens, il met en place la « Solution finale », déportation dans les camps de concentration et la mort dans les chambres à gaz de toutes les populations juives d'Europe.

 

LA FIN DE LA GUERRE EN EUROPE

A l'aube du 6 juin 1944 (appelé jour J), les alliés débarquent en France, sur les côtes de Normandie. Ils avancent jusqu’à PARIS, qui est libéré le 25 août par le général LECLERC.

Le 30 avril 1945, Adolf HITLER se suicide. Le 8 mai 1945, le gouvernement allemand se rend sans condition, c'est la fin du IIIe Reich en Allemagne et de la guerre en Europe

 

EN ASIE

La guerre se poursuit. Le 6 août 1945, un bombardier américain lâche une bombe atomique sur la ville japonaise d'HIROSHIMA. Trois jours plus tard, une autre bombe atomique est lâchée sur la ville de NAGASAKI.

Le 15 août 1945, le Japon annonce sa reddition. La capitulation du Japon est officielle le 2 septembre 1945. C’est la fin de la guerre du Pacifique et donc la fin de la $seconde guerre mondiale.

René PALOS.

 

 

 

La devise « Liberté, Egalité, Fraternité »

 

 

 

« Liberté, Egalité, Fraternité » est la devise de la République française.

Une devise est une formule qui exprime un mot d'ordre, une pensée forte.

La devise française rappelle les valeurs fondamentales de la République. Les notions de liberté, d’égalité et de fraternité ont été développées au siècle des lumières (le XVIIIème siècle)

La Devise qui les réunit est quant à elle invoquée lors de la Révolution française.

 

Souvent remise en cause, cette devise finit par s'imposer en 1880, sous la IIIème République.

Elle est alors inscrite sur le fronton des édifices publics.

Depuis 1946, elle figure dans la Constitution française. On la trouve sur les pièces de monnaie ou les timbres-poste.

 

Sur l’image, on peut voir le symbole de la République française, tel qu'il a été institué en 1999 par le premier ministre Lionel JOSPIN :

une Marianne sur fond de drapeau tricolore accompagnée de la devise républicaine.

Les documents officiels doivent être ornés de ce logo qui symbolise la France.

 

Le Secrétariat National

 

LE DRAPEAU TRICOLORE

L'HISTORIQUE DU DRAPEAU NATIONAL

En France, avant 1789, on ne peut guère donner le nom de drapeau national qu'à l'oriflamme et aux étendards royaux, dont la couleur a été tantôt bleue, tantôt rouge et tantôt blanche.

A partir du règne de LOUIS XIV, la couleur blanche semble se substituer, dans les enseignes militaires, aux couleurs variées, aux premières compagnies de chaque régiment.

En 1789, pour marquer la bonne intelligence entre le roi et la ville de PARIS, on réunit à la couleur blanche, qui était celle du roi, les couleurs rouge et bleue, qui étaient celles de la ville de PARIS.

Le 17 juillet 1789, le Général de LA FAYETTE remet au roi LOUIS XVI qui est accueilli à l'Hôtel de Ville, une cocarde aux couleurs de PARIS « le bleu et le rouge » en insérant le blanc, puis le 31 juillet 1789, il remet la dite cocarde à la municipalité de PARIS.

L'emblème national, le drapeau tricolore bleu, blanc et rouge est un héritage de la Révolution Française, comme l'est aussi l'hymne national « LA MARSEILLAISE » composée par l'officier du Génie Joseph Claude ROUGET de l'ISLE et créée chez le baron de DIETRICH, maire de STRASBOURG, le 25 avril 1792.

Le 15 février 1794, à PARIS, l'Assemblée de la Convention impose le drapeau tricolore bleu, blanc et rouge à compter du 1er prairial an II (neuvième mois du calendrier républicain du 20 ou 21 mai au 18 ou 19 juin) afin d'en terminer avec les couleurs fantaisistes dans la marine française qui prêtent à confusion lors des combats.

L'initiative revient au pasteur André JEANBON, député de MONTAUBAN qui fait approuver ces mesures le 15 février 1794, par le Comité de Salut Public et la Convention, et fait adopter pour la marine le drapeau tricolore.

Sous la République (décret du 27 pluviôse an II, cinquième mois du calendrier républicain du 20, 21 ou 22 janvier au 18,19 ou 20 février) et sous l'Empire, le drapeau tricolore fut déclaré « drapeau national ». Devenu blanc à la Restauration, le drapeau français reprit les trois couleurs en 1830.

Sous NAPOLEON 1er il fut surmonté d'un aigle; sous LOUIS-PHILIPPE, il le fut du coq gaulois. l'aigle a reparu pendant le second Empire.

,

Le 14 juillet 1880, sous la 3ème République, le Président Jules GREVY remet le drapeau tricolore à tous les corps de l'Etat, et depuis cette date celui-ci est l'emblème de la France.

 

CONCLUSION : Tous les peuples ont eu, de tout temps, des drapeaux ou enseignes, avec des emblèmes particuliers, mais jusqu'à la fin du dernier siècle, chaque nation avait un grand nombre de drapeaux divers.

De nos jours, chaque Etat a adopté un drapeau qui lui est propre et qui porte les couleurs nationales.

 

René PALOS

 

l'ASSASSINAT DE PIERRE SEMARD

Son exécution, comme otage, par les autorités allemandes d'occupation en 1942 suscita une émotion et une réprobation qui en firent dès lors une figure de la lutte des cheminots pour l'indépendance nationale.





Ainsi, le nom de SEMARD, certainement l'un des plus familiers, notamment parce que nombre de cités, de places et de rues portent son nom  est devenu, après 1945, emblématique de l'action syndicale et politique des cheminots.

 

La mémoire de Pierre SEMARD occupe une place particulière à la fois dans la corporation cheminote mais plus encore dans notre Association dont il est un fondateur en 1931.

L'hommage à Pierre SEMARD offre à chaque fois l'occasion aux cheminots, militants syndicaux ou pas, d'honorer la figure devenue légendaire après qu'il eut été fusillé comme otage par l'armée allemande le 07 mars 1942, et qui reste présente et symbolise l'engagement des cheminots dans l'action patriotique.

Pierre SEMARD fut un des dirigeants ouvriers dont le passage dans la politique n'effaça pas les idéaux et les valeurs qui avaient présidé à ses premiers engagements.

Homme de fidélité jusque dans la mort. Son exécution, au bout d'un long chemin militant, frappe un homme incarnant une corporation dont il avait été le porte-parole dans les moments forts de ses luttes; son autorité syndicale au temps du front populaire puis de la naissance de la S.N.C.F. donne, à son exécution qui voulait à la fois discréditer le communisme et le syndicalisme, une dimension symbolique.

Au début de l'année 1942, Pierre SEMARD, au lieu d'être libéré au terme de sa peine, est transféré par les autorités de VICHY, de BOURGES au camp d'internement de GAILLON. Le 06 mars, il est transféré à la prison d`EVREUX où le lendemain il est fusillé à la demande des autorités allemandes au titre d'otage.

Une lettre manuscrite datée de ce jour appelle les cheminots à l'action contre les nazis.

Des obsèques officielles sont organisées par le P.C.F. le 07 mai 1945. Le cercueil est installé en gare de Lyon à PARIS d'où le cortège funèbre se dirige au cimetière du Père LACHAISE.

La figure de Pierre SEMARD s'inscrit dès lors dans la mémoire comme symbole de son engagement patriotique et de sa fidélité aux idéaux de justice sociale.

 

 

2943788
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
492
3050
13211
2910853
38719
100149
2943788
Votre IP: 3.80.177.176
14/12/2018 02:58