Discours de clôture

 

Robert MOULLIERE

 

Mesdames, Messieurs, Chers Amis, Chers Camarades,

Nous voici arrivé au terme de notre Congrès National, un Congrès qui aura, une nouvelle fois, démontré toute l'ardeur et le sérieux des délégués dans leur analyse de la situation et le souci de maintenir notre Asso­ciation au plus haut niveau.

Comme vous le savez, ce n'est pas moi qui devais être à la tribune pour clore nos travaux puisque j'avais demandé mon remplacement mais, au dernier moment, la situation s'est compliquée. Nous étions dans une situation difficile n'ayant pas de candidature, j'ai donc accepté de prolonger mon mandat avec votre soutien.

Je serai donc très court dans mon inter­vention.

Oui! Nous devons avoir à tous les niveaux le souci de pérenniser notre ANCAC. Nous sommes encore une association qui se porte bien malgré la disparition de nombreux cama­rades responsables.

Ce Congrès a montré une nouvelle fois tout l'engagement, le dévouement des délégués de poursuivre notre action pour nos droits à ré­paration mais également celui de la Mémoire qui reste un élément fondamental de notre Association.

A ce sujet, je voudrais vous informer qu'il vient de sortir le document historique sur les cheminots victimes de la répression 1940-1945. Ce travail qui a duré 3 ans sous la direction de Thomas FONTAINE docteur en histoire en partenariat avec la Direction SNCF, Rail Mémoire, IHS - CGT des Cheminots -Rails et histoire et de l'ANCAC.

Ce livre est un mémorial qui représente les 2 229 victimes de la répression, un livre qui

vous permettra de retrouver toute l'histoire de ces Cheminots Résistants fusillés et vous apportera un plus pour la mémoire collective. Il est actuellement en vente dans les librairies au prix de 25 euros.

J'y ajoute également celui de notre combat pour la PAIX dans le monde. Il serait temps que les grandes puissances s'engagent sur le chemin de la PAIX et de l'égalité sociale pour tous les peuples et non pas de poursuivre celui de la guerre avec des budgets militaires toujours en progression.

Mais dans un premier temps, je voudrais à mon tour remercier chaleureusement la section de TOULON, son Président Louis DUTTO, Muriel SIGAUD et toute l'équipe pour l'organisation de ce 40e Congrès National qui marquera la ville de TOULON puisqu'il y a ef­fectivement 40 ans que notre regretté Marcel GINESY organisait le 20e Congrès en 1977 dans cette ville.

40 ans après, nous voici de nouveau dans cette belle ville de TOULON. Malheureuse­ment nous avons perdu de nombreuses per­sonnalités de notre Association, en premier lieu tous les grands Résistants 1939-1945 qui ont été à la Direction de l'ANCAC.

Nous pensons à eux en ce 40e Congrès Na­tional. Ils ont su maintenir l'ANCAC au plus haut niveau pendant de nombreuses années.

Aujourd'hui, notre génération a beaucoup plus de mal, les effectifs se réduisent, les responsables de Sections de Réseaux ont une santé fragile mais tous ont la même détermi­nation à savoir conserver notre ANCAC.

Je voudrais également remercier la munici­palité de TOULON pour son aide matérielle.

Monsieur le Député VITEL qui nous a ac­compagnés pendant ces 2 jours - Madame MACARY représentant le Directeur de Région.

Remercier le Directeur d'IGESA qui nous a permis de tenir ce Congrès National dans d'excellentes structures où il fait bon y sé­journer.

Enfin, je remercierai nos amis des Associations d'Anciens Combattants ARAC-UFAC-FNDIRP, de l'ANACR - FNACA, Monsieur Roger FERRE,

Monsieur Bruno CASSANAS, Membre du Bureau National de l'ANACR,

Monsieur Leonid KRAVINSKY, UFAC du VAR,

Monsieur BRULEFERT de l'ARAC du VAR,

Madame Blandine ACKERMANN, représen­tant la FNDIRP,

Madame Brigitte CREVET, Adjointe au Maire d'OLLIOULES,

La Fédération CGT des Cheminots représen­tée par Cyrille RENEAUD, membre du Bureau Fédéral.

 

Ceci étant dit, le Congrès National se ter­mine avec, en toile de fond, une dégradation de la situation économique et sociale de notre pays. Le programme du Conseil National de la Résistance qui était une référence se voit dépouillé de son contenu. Depuis des mois, des actions ont été menées par les organi­sations syndicales pour faire opposition à ce démantèlement.

Je pense en particulier à la loi EL KHOMRI.

A l'action des Cheminots Actifs Retraités pour la défense du Service Public et de leur statut.

Malheureusement, le rapport de force n'est pas suffisant. L'ANCAC, pour sa part, a par­ticipé à ces mouvements, même s'il n'en est pas de la responsabilité des Anciens Combat­tants, nous sommes aussi des citoyens avec leurs appréciations dans tel ou tel domaine de la vie de la Nation.

Le nouveau Président de la République qui vient d'être élu devra tenir compte du mécontentement qui règne actuellement dans la population.

Il a entre les mains une motion sur ce qu'at­tendent les Anciens Combattants de sa part, nous serons donc très attentifs aux premières décisions qui seront prises. Les réponses faites à la Motion de l'UFAC sur les points prioritaires des Anciens Combattants laissent une porte ouverte à la négociation.

Je ne reviendrai pas sur la résolution des droits à réparation, car nous en avons débattu durant ce congrès. Nous connaissons main­tenant les points prioritaires du contentieux avec une demande supplémentaire à savoir, notre souhait de voir attribuer la carte du combattant à tous les militaires qui ont été en Algérie après le 2 juillet 1962, jusqu'au 1er juillet 1964.

Simplement je voudrais dire un mot sur la campagne double. Il me semble que nous devons être fiers du travail accompli par tous les militants de l'ANCAC, qui se sont souvent battus seuls pour qu'enfin ce droit à répara­tion soit reconnu officiellement.

Souvenez-vous de cette bataille juridique. Toutes les Associations d'Anciens Combat­tants ont reconnu la détermination de l'AN­CAC.

Maintenant, il va falloir faire admettre au nouveau gouvernement, que cette campagne double n'a pas été attribuée dans le respect de la loi.

Nous pensons que cette campagne double qui n'a jamais été liée par le passé, ni à des problèmes de carte du combattant, ni à des questions opérationnelles, doit reprendre à ses origines le problème du stationnement sur les territoires concernés comme le prévoit la loi du 14 avril 1924 et qui a été appliquée à tous les conflits antérieurs et, plus près de nous aux OPEX.

Pour cela, nous aurons besoin de l'unité du monde combattant et, en particulier de l'UFAC qui joue pleinement son rôle de ras-sembleur et d'interlocuteur auprès du gouver­nement. Comme je l'ai dit au début de mon intervention, que reste-t-il soixante douze ans après la victoire sur le nazisme, le 8 mai 1945.

Après ces événements majeurs pour l'his­toire de la France, force est de constater que le monde est fort bien loin des aspirations et des espérances des peuples, celle d'un monde de PAIX, celle d'une société huma­niste, démocratique et solidaire.

Actuellement, nous connaissons des guerres dans plusieurs pays en Asie, en Afrique, en Syrie. Notre société connaît le racisme, la xénophobie, la montée des inté­gristes. Notre rôle est de montrer la nécessité de transmettre la connaissance de ce qu'a été la réalité monstrueuse du fascisme lorsqu'il a été au pouvoir.

Nous sommes très inquiets également de l'attitude du Président Américain Donald TRUMP qui reprend le rôle de gendarme du monde. Si nous condamnons avec force le régime de BACHAR AL ASSAD, responsable des massacres et des tortures de son peuple, nous sommes prudents avec l'intervention des Américains lors du bombardement effectué en Syrie il y a un mois. Une façon d'amplifier le climat de guerre, ce qui nous rappelle l'inter­vention en IRAK qui a mené au désastre ce pays et qui a favorisé le terrorisme que nous connaissons aujourd'hui.

C'est pourquoi nous sommes de ceux qui demandent que la France se retire de l'OTAN. Un organisme de guerre au service des ETATS UNIS. Seul l'ONU est en capacité de régler les conflits par la négociation et joue pleine­ment son rôle pour la PAIX et la Sécurité des peuples.

Nous sommes conscients qu'il faut com­battre le terrorisme qui se développe au­jourd'hui mais la France doit être prudente dans ses interventions et ses déclarations.

C'est dans ce contexte que l'ANCAC entend poursuivre son travail de mémoire. Rappeler que la PAIX est un combat permanent qui né­cessite un investissement collectif. Depuis sa création, notre Association a toujours affirmé que la PAIX est un droit de l'homme, ce qui consiste à renoncer à la violence sous toutes ses formes.

 

Chers Amis, chers Camarades,

Lors de ce congrès, nous avons mis l'accent également sur l'Avenir de notre Association.

Vous l'avez constaté comme moi, nos rangs se dégarnissent. Le recrutement devient dif­ficile.

Notre tâche sera de trouver des solutions pour pérenniser l'ANCAC. Nos rencontres avec les diverses Associations Cheminotes, les organisations Syndicales Cheminots doivent nous permettre de sensibiliser les jeunes cheminots pour qu'ils franchissent le pas en adhérent comme « AMI de l'ANCAC ». Notre statut le prévoit.

Ils seront donc en capacité de prendre des responsabilités à tous les niveaux afin de poursuivre la démarche qui est la nôtre depuis plus de 80 ans.

A savoir notre travail sur la mémoire, notre combat pour la PAIX et le désarmement.

Oui ! Tous ensemble, donnons un élan de jeunesse à l'ANCAC.

 

VIVE LE 40e CONGRES VIVE L'ANCAC VIVE LA PAIX

 

 

Rapport du trésorier National

Robert BAPTIER

 

 

Chers(es) camarades, L'exercice du bilan financier durant ur congrès est un des éléments importants il souligne la nécessité de lier étroitement le; préoccupations de notre Association aux impé­ratifs financiers.

Le rapport soumis à votre appréciation traduit, chiffres à l'appui, de l'activité de l'ANCAC de ses ressources et de l'état de nos forces organisées, d'attirer l'attention sur le politique financière et son utilisation.

Adopter un budget, c'est anticiper les acti­vités qu'il est possible de mener au cours de l'année à venir, au regard de leur coût et de; ressources prévisibles.

L'adoption d'un budget n'a évidemment d'intérêts que si son exécution est suivie tout au long de l'exercice. Le suivi peut conduire à définir des priorités et à opérer des choix. Il peut aussi conditionner la réalisation d'initia­tives non prévues au préalable.

Ce rapport présente l'évolution des équi­libres, recettes et dépenses durant les deux exercices depuis le Congrès d'OLLIOULES l'exercice 2017 étant en cours au moment où mon rapport est écrit.

Le nombre d'adhérents recensé pour la préparation de ce congrès est en baisse. L'érosion des effectifs déjà constatée dans les congrès précédents continue. Dans le même temps nous constatons une permanence des adhésions relativement faible, les amis (es) de l'ANCAC sont plus nombreux mais ne sont la réalisation que de quelques sections.

Il est difficile de conserver nos adhérents(es) est-ce que tout est fait sur ce sujet ? Le Siège National gère 9 sections n'ayant plus de res ponsables pour assurer l'essentiel de l'activité

Plusieurs enseignements sont à tirer de cette analyse. Le premier concerne la solidité des finances de l'association permettant de garantir son indépendance, les réserves financières sont toujours stables, elle permet d'anticiper les moyens à mettre en œuvre pour ce congrès, ainsi que pour pour le 10 août, les réunions statutaire: (Conseils Nationaux, Bureaux Nationaux, Secrétariats, UFAC), les ristournes aux UR et UD de l'ANCAC, ces aides se justifient pleinement par la fonction d'intérêt général que remplit aussi la section, fonction qui dépasse la seule défense des intérêts matériels et moraux des adhérents(es), veuves et amis(es).

La confection, et l'envoi de notre journal « L'APPEL » subit une hausse annuelle de 2,5 % en moyenne. La commission paritaire des publications a retiré à notre journal son autorisation du tarif presse, ce qui fait une augmentation des envois postaux de 1 000,00 euros environ par numéro de l'Appel.

Dans l'immédiat, nous avons décidé de réduire de 5 à 4 numéros la diffusion de notre journal dans l'année.

L'objectif constant de l'ANCAC est de porter partout son activité au niveau nécessaire pour agir, avec efficacité, contre les politiques conjointes des gouvernements et construire des propositions alternatives pour gagner de: avancées dans nos droits d'anciens combattants.

Avant de conclure, je remercie et salue les trésoriers des sections qui ont la responsabilité combien difficile de collecter les cotisations indispensables au bon fonctionnement de l'ANCAC.

Vive le 40e Congrès de l'ANCAC.

Que vive l'ANCAC encore longtemps.

Robert BAPTIER

Rapport adopté: moins 1 abstention.

 

 

Rapport de la commission financière de contrôle

Micheline PICHON

 

Durant ces trois années, la CF s'est impliqué dans le suivi de budgets de l'ANCAC, les rentrée des cotisations t des dépenses d fonctionnement.

La commission financière de contrôle a pu tout au long du mandat procéder à l'examen des comptes.

La CFC s'est réunie trois fois pendant les deux années du mandat.

 Après vérification et contrôle des comptes, la CFC peut assurer de la régulation des comptes.

La CFC demande donc au congrès de donner quitus au rapport financier qui vient de vous êtes présenté par le trésorier National relatif à la gestion de la trésorerie de l'ANCAC au cours du mandat écoulé.

Je voudrais saluer Claude PIBAROT ancien président de la commission de contrôle financière qui a œuvré pendant de longues années avec efficacité.

 

BON CONGRES A TOUS.

 

 

Message de la FNDIRP

 

 

Blandine ACKERMANN

 

Pour la Journée Nationale du souvenir des victimes et Héros de la Déportation du 30-04-2017, le message du Comité d'entente des associations de déportés de la FNDIRP de Cannes et régions.

Nous rendons hommage aujourd'hui à tous ceux qui sont morts dans les camps de dépor­tations.

Dans ce combat pour la mémoire, c'est l'ave­nir démocratique de l'Europe qui est en cause, il appartient à tous d'en prendre conscience.

Comme le disait Nelson MANDELA: « on de­vient un homme libre, si on rend le monde qui nous entoure plus humain... ».

Le sujet du Concours National de la Ré­sistance et de la Déportation 2017 est: « LA NÉGATION DE L'HOMME DANS L'UNIVERS CONCENTRATIONNAIRE », autrement dit la déshumanisation de l'humain.

La DICTATURE HITLÉRIENNE c'est l'ef­fondrement de la société moderne, un signal d'alarme qui brûle encore vivement !

Comment un peuple si cultivé a pu sombrer dans la barbarie dont le point culminant est une GUERRE idéologique, d'une brutalité et férocité à peine croyable avec des millions de morts. (6 millions de juifs et de Tziganes, au total 20 millions de morts). Un génocide aussi horrible que celui des Arméniens en 1915.

LA DICTATURE HITLÉRIENNE était tel un souffle nucléaire, une bombe atomique sur une société moderne. Elle a montré de quoi nous sommes capables.

Comme l'écrit ALBERT EINSTEIN: «Le monde est dangereux à vivre, pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire ».

Le NAZISME était l'effondrement de la civi­lisation moderne, les lois d'exclusions, les lois raciales qui ont été acceptées par un peuple fanatisé par cette doctrine.

La NÉGATION de l'homme c'est nier l'égalité de l'autre.

Pour HITLER les JUIFS et les Tziganes ne sont pas des êtres humains...

Mais plus proche de nous, rappelez-vous du massacre des TUTSIS au RWANDA et aujourd'hui la manipulation des jeunes par DAESCH pour en faire des bombes humaines...

En EUROPE NOS LIBERTÉS SONT ATTA­QUÉES sous le couvert de la lutte contre le terrorisme.

En TURQUIE la liberté d'expression est répri­mée par l'emprisonnement des journalistes!

POUTINE s'enfonce dans l'autoritarisme, ainsi que TRUMP...

Les camps de concentration furent créés pour les OPPOSANTS afin de

1)LES RÉÉDUQUER

2)Assujettir les indésirables

3)Les exterminer par le travail

4)les détruire (psychologiquement et physiquement pr les chambres à gaz)

 

Bien d'autres dirigeants ont aujourd'hui des discours nationaliste et démagogique.

LA JEUNESSE GÉNÉREUSE DE NOTRE PAYS saura s'inspirer du programme du Conseil Na­tional de la Résistance, nul document n'éclaire mieux ce point de notre histoire (nous le distri­buons dans tous les ÉTABLISSEMENTS SCO­LAIRES). Rédigé en 1943, sous l'ÉGIDE de JEAN MOULIN, ce programme, aujourd'hui, peut être encore source d'inspiration élevée dans les domaines économique, social et culturel, pour construire une FRANCE FRATERNELLE HEU­REUSE, une NATION MODERNE...

 

 

 

Quelques vers du poète ARAGON:

Croyez moi, ne me croyez pas quand j'en témoigne

Ce que je sais du malheur m'en donne le droit Si quand on marche vers le soleil il s'éloigne Si la nuque de l'homme est faite pour la poi­gne du bourreau

Si ses bras sont promis à la croix Le bonheur existe et j'y crois.

 

 

La paix

 

La guerre en SYRIE déstabilise toute la région. Des milliers de Migrants meurent en Méditer­ranée qui devient un cimetière, alors que tous rêvent de retourner dans leur pays.

SONNONS L'ALARME EN OBLIGEANT LES DIRIGEANTS DE TOUS LES PAYS DE METTRE FIN A LA GUERRE.

Ils le peuvent DAESH c'est 4000 milliards de dollars! Pétrole, champs de coton, et j'en passe... Les puissants peuvent leur couper les vivres.

Accepter les différences sans aucune domina­tion est la seule condition pour vivre en PAIX...

MONTESQUIEU, dans « les LETTRES PER­SANES », nous parle de SOLIMAN qui accep­tait dans son empire une vingtaine de RELI­GIONS...

Mais aucune ne devait dominer l'autre car disait-il « L'INTOLÉRANCE MÈNE A LA GUERRE... » QUELLE SAGESSE!

Le 10 juin 2017, nous emmènerons une tren­taine d'élèves lauréats du Concours National de la Résistance et de la Déportation au STRUTHOF en Alsace, pour qu'ils n'oublient pas le PASSE...

Sont organisés une visite du camp, du MUSÉE et de la CHAMBRE à GAZ qui existait dans ce camp d'extermination.

 

Résolution de l'Union des Résistants

 

Réunis à TOULON du 15 au 17 mai 2017, dans le cadre du 40e Congrès National de l'ANCAC, les Résistants, Déportés et Inter­nés groupés au sein de l'Union des Résistants,

Réaffirment que l'Union des Résistants, partie intégrante de l'ANCAC, s'efforce de garder dans son activité comme principes fondamentaux les idéaux de la Résistance, la déclaration univer­selle des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 et de 1948, du programme du Conseil National de la Résistance (CNR de 1944), et qu'elle n'a jamais ménagé ses efforts dans ce combat permanent.

Appellent à nouveau les Résistants antifas­cistes et les survivants des camps nazis à agir en raison de leur poids moral et de leur autorité acquise dans la lutte pour la liberté et la démo­cratie, afin de l'opposer de toutes leurs forces aux phénomènes inquiétants d'intolérance, de xénophobie, d'antisémitisme dans différents pays dans lesquels des groupements d'extrême droite, des néofascistes sévissent et commettent des violences.

Attirent l'attention sur la manipulation dan­gereuse de démagogies politiques et populistes qui attisent la haine et le chauvinisme natio­naliste, et sur les tentatives de réhabilitation du négationnisme ainsi que toute falsification de l'histoire tendant à occulter le rôle joué par la Résistance et à banaliser les manifestations fascistes.

Continuent à s'impliquer dans la formation historique des jeunes générations pour une meil­leure intégration de l'histoire sur la Résistance insuffisamment dispensée par l'Éducation Na­tionale. Le concours National de la Résistance et de la déportation, les visites des Résistants dans les lycées et collèges, les livres, les cassettes, les expositions, font connaître à la jeunesse avide de savoir ce que fut cette période de la vie de leurs aînés et pourquoi ils ont dit « plus jamais ça » sont des éléments essentiels et indispensables à la connaissance des valeurs défendues par les femmes et les hommes qui ont combattu pour la liberté.

Ils demandent que le programme du Conseil National de la Résistance soit porté à la connais­sance des lycéens et des collégiens.

Appellent à participer à la cérémonie de la Journée de la Déportation le dernier dimanche d'avril.

Participent aux cérémonies dans les établis­sements scolaires qui ont une plaque commé-morative.

Poursuivront leurs démarches pour que les lieux de mémoire soient préservés ainsi que le respect des dates historiques (demandent à chacune de nos sections, de participer dans leur département, au Comité du concours de la Ré­sistance et de la Déportation organisé par l'Ins­pection Académique), de se renseigner pour qu'il est lieu et devienne obligatoire dans chaque dé­partement et d'être vigilant afin de conserver et d'entretenir les plaques commémoratives. Déjà, quelques camarades de l'ANCAC en font partie.

Interviennent avec forces auprès du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel « CSA » pour que mensuellement les émissions historiques concernant la Résistance s'effectuent dans des plages horaires compatibles à une meilleure écoute.

Constatent et dénoncent que de nombreuses injustices, concernant la reconnaissance des services accomplis dans les combats libérateurs, subsistent encore 72 ans après la libération.

Renouvellent avec insistance la demande d'at­tribution de la carte du Combattant Volontaire de la Résistance (CVR) aux titulaires de la médaille de la Résistance ou de la Croix de Guerre au titre de la Résistance.

Exigent que tous les titulaires de la carte de Combattant Volontaire de la Résistance ou de Combattant au titre de la Résistance obtiennent la reconnaissance de leur qualité de Combattant Volontaire par l'attribution de la Croix de Com­battant Volontaire et, que toutes les personnes, ayant prouvé leur participation à la Résistance mais ne réunissant pas toutes les conditions exigées pour l'attribution de la carte du Combat­tant ou la carte de CVR, reçoivent un diplôme spécifique de reconnaissance.

Considèrent que la reconnaissance équitable des services accomplis dans la Résistance et la défense des droits des Résistants sont insépa­rables du travail de mémoire, du respect de la vérité historique et du développement de l'esprit civique.

Exigent du Premier Ministre de mettre fin à toutes forclusions de droit ou de fait, aux de­mandes des titres de Combattant Volontaire de la Résistance. Les dispositions actuelles (circulaire du 27 janvier 1998) ne peuvent être considérées comme des mesures équitables permettant une juste reconnaissance des services accomplis dans la Résistance.

Appellent l'ensemble des sections à organiser le déplacement à PARIS le 10 août de chaque année « le 10 août 1944 » (grève insurrection­nelle des cheminots) qui permit la libération de notre capitale et qui doit être comme étant un travail « DU DEVOIR DE MÉMOIRE ».

Apprécient le fait que plusieurs sections orga­nisent des dépôts de gerbes ce jour-là au monu­ment aux morts de leur gare.

Signalent que le 7 mars de chaque année, dans nombre de gares, dépôts, places, nous ho­norons la mémoire de Pierre SEMARD.

Condamnent l'indemnisation aux déportés ou ayant droits américains de la Shoah transportés de France par la SNCF entre 1942 et 1944, vers les camps nazis (accord du 8 décembre 2014, signé entre la France et les USA).

Nous ne pouvons et ne pourrons jamais accepter qu'il y ait une journée unique du souvenir. C'est vouloir faire l'amalgame de tous les conflits (guerre pour notre indépendance et guerres colo­niales), chaque conflit ayant sa spécificité. C'est vouloir aussi effacer notre histoire.

Ainsi la France devra se contenter d'un mémo­rial « DAY » à la française voulu par SARKOZY, et maintenant par HOLLANDE. Toutes les guerres se valent, où tous les conflits sont élevés au même rang que la victoire contre la barbarie nazie.

Bien au contraire, avec force nous exigeons que soit parachevée l'œuvre de mémoire enta­mée par l'instauration de la journée nationale de l’appel du 18 juin 1940 et se félicitent de l’instauration officielle de la reconnaissance de la journée de la résistance le 27 mai de chaque année (date anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance « CNR » le 27 mai 1943 par Jean MOULIN

 

Les quatre dates qui sont liées par l'histoire: journée de la Déportation (le dernier dimanche d'avril) - 8 mai Capitulation sans condition de l'Allemagne nazie - 27 mai journée de la Ré­sistance -18 juin appel du Général de GAULLE. L'œuvre de mémoire étant réalisée.

Mais n'oublions pas qu'il y a eu d'autres ap­pels tels que celui de Charles TILLON le 17 juin 1940, du Général DELESTRAINT le 8 juillet 1940, du PCF THOREZ - DUCLOS le 10 juillet 1940.

 

N'oublions jamais que notre devoir c'est de poursuivre la lutte qui s'impose pour conserver les acquis du CNR et notre histoire sans cesse bafouée.

 

Citations

« Le plus dangereux, ce ne sont pas ceux qui font le mal, mais ce sont ceux qui regardent et laissent faire »

Albert EINSTEIN.

 

« Pour que cette histoire ne se reproduise pas, Résistez, Résistez à l'oubli ».

Jean MOULIN

 

TELLES SONT LES ASPIRATIONS DES DÉLÉGUÉS

DU 40e CONGRES NATIONAL DE TOULON DU 15 AU 17 MAI 2017

 

 

Affaires internationales Paix et Désarmement

 

 Jean FOURNIER


 

 

 

Les délégués au 40e Congrès National de l'ANCAC, réunis du 15 au 17 mai 2017 à TOULON département du Var, fidèles à leurs idéaux de paix de liberté et de fraternité:

Soulignent à nouveau et avec force, que la pré­servation de la Paix mondiale a toujours été au centre de leurs préoccupations et des objectifs de l'ANCAC, et qu'elle n'a jamais ménagé ses ef­forts dans le combat permanent particulièrement dans cette intermondialiste.

Réaffirment qu'en raison de leur passé, les Anciens Combattants et Victimes de Guerre sont particulièrement attachés au maintien de la Paix, de la Sécurité, des libertés, lis sont opposés au racisme, à la xénophobie et à toutes sortes d'exclusions, ils ont le souci des générations qui leur succederont

 

 

Aujourd'hui, l'ANCAC

 

Exprime son inquiétude devant la dégradation de la situation internationale, la persistance des conflits au Moyen Orient, en Ukraine et en d'autres parties du monde, le terrorisme inter­national de DAECH en particulier, le climat de méfiance, d'insécurité et de peur qui en résulte et qui conduit des pays, notamment en Europe, à se replier sur eux-mêmes et à se fermer.

Constate et déplore le mépris avec lequel des dirigeants se comportent envers les enga­gements internationaux qu'ils ont librement souscrits et qu'ils violent, sans se préoccuper des conséquences de leurs actes et de l'effet contaminant que ceux-ci peuvent entraîner.

Exprime à cet égard, sa profonde indignation devant l'attitude triomphante et éhontée de BACHAR AL ASSAD, alors qu'il est responsable de la déchirure de son pays et de la destruc­tion de son peuple, avec des massacres et des tortures, avec plus de 400000 morts, des mil­lions de réfugiés, des effets collatéraux et des troubles que ce flux de réfugiés provoquent au sein de l'Union Européenne.

Espère que les négociations qui ont débuté dans la région pourront aboutir, enfin, à une paix, et durable, et que la Cour Pénale Interna­tionale sera saisie des suites judiciaires à donner aux crimes de guerre et aux crimes contre l'hu­manité commis dans ce conflit.

Partage la perplexité manifestée dans le monde face à la désinvolture du Président Donald TRUMP, dès les premiers jours de son mandat, en ce qui concerne la dénonciation des traités, l'annulation des décisions prises par son prédécesseur et le manque de respect des usages diplomatiques dans les relations interna­tionales, l'interdiction d'accès aux Etats-Unis de certains pays à ressortissants musulmans qu'il a promulguée, la légèreté avec laquelle il a évoqué l'éventualité du recours à la guerre « si cela s'avérait nécessaire », ses propos méprisants à l'égard de l'Union Européenne, sont inquiétants. Cette attitude soulève d'ailleurs, d'ores et déjà, une vive opposition au sein même des Etats-Unis, dans les institutions judiciaires comme dans la population.

L'UFAC constate que le ton ainsi donné ren­force l'audience des mouvements d'extrême droite dans leurs actions et leurs cultures en fa­veur des sentiments de nationalisme xénophobe, de racisme et de haine d'autrui qui, face aux changements entraînés par la mondialisation numérique, mettent le « vivre ensemble » en danger.

Elle constate aussi, avec inquiétude, que la si­tuation internationale actuelle a des similitudes avec celle décrite par les historiens, qui a pré­cédé et conduit à la Première Guerre Mondiale: la recherche de la puissance, un chauvinisme belliciste, une apologie du recours à la force au détriment du Droit.

Elle souligne, face à ces dangers, l'importance des principes et des dispositions de la Charte des Nations Unies. Elle constate que dans les discussions stratégiques, dans les médias ou celles qui concernent les programmes poli­tiques, il n'est guère fait mention des Nations Unies et à sa capacité de contribuer, de manière déterminante, à la prévention et à la solution

Rapport Moral et d’activité

 

 

Mesdames, Messieurs, chers amis et camarades de l'ANCAC. Je suis chargé de vous présenter le rapport moral et d'activités de notre Association Nationale, en ce qui concerne les deux années qui viennent de s'écouler depuis notre dernier congrès qui s'est tenu à OLLIOULES, en mai 2015.

Ceci dit, ledit rapport sera extrêmement succinct, car a priori nous sommes tenus de respecter approximativement les ho­raires, vu que le Congrès National a été écourté et que, malheureusement, le temps qui nous est imparti est toujours trop court.

Je tiens à remercier, au nom de la Direc­tion de l'ANCAC, Louis DUTTO ainsi que son équipe qui, pour la 4e fois, a organisé nos Assises Nationales.

En ce 86e anniversaire de l'ANCAC « 1931-2017 », nous ne pouvons que re­mercier nos aînés de « 1914-1918 » et de « 1939-1945 », qui ont passé le flambeau à la troisième génération du feu que nous sommes, afin de continuer et perpétrer les valeurs qui étaient les leurs.

Mais, comme nos prédécesseurs, nous sommes dans l'obligation de songer, d'ores et déjà, à actualiser notre relève, car mal­heureusement les Anciens Combattants d'Afrique du Nord ne sont plus de la pre­mière jeunesse.

Il faut donc s'orienter, contacter, persua­der et s'approcher des OPEX, des AMIS de l'ANCAC, des syndicats, de bien vou­loir s'investir pleinement en prenant des responsabilités au niveau de la Direction Nationale, des sections, afin que notre Association ne meure et, que de ce fait, le devoir de mémoire soit perdu à jamais.

Budget 2017 des Anciens Com­battants et des Victimes de Guerre

Le budget 2017 des ACVG est sans sur­prise... MALHEUREUSEMENT!

Comme tous les ans, depuis des décen­nies, le budget est en baisse par rapport à l'exercice précédent.

Le mercredi 26 octobre dernier, le bud­get des Anciens Combattants était présenté en commission, à l'Assemblée Nationale, mais n'avait pas été adopté. Finalement, les crédits de la mission « Anciens Com­battants, mémoire et liens avec la nation », ont été adoptés en séance, le jeudi 3 no­vembre 2016.

Donc, en ce qui concerne le Projet de Loi de Finances 2017 (PLF)

Un budget en baisse de 2,6 %, à 2,45 milliards d'euros,

Quatre points supplémentaires pour la retraite du combattant (2 points au 1er jan­vier 2017 et 2 points au 1er septembre de la même année).

Néanmoins, 2017 année élection prési­dentielle oblige, un coup de pouce a été donné à la retraite du combattant (voir ci-dessus).

De ce fait, la retraite du combattant passera donc à 50 puis 52 points, pour un montant de 702 euros au 1er janvier et de 730,08 euros au 1er septembre 2017, contre 673,92 euros actuellement.

Cette revalorisation est consécutive à l'augmentation des indices et grilles de la Fonction Publique, la valeur du point PMI (Pension Militaire d'Invalidité) augmentant de 3 % en 2017, (décret n° 2016-1904 du 28 décembre 2016).

Parmi les autres mesures de ce Projet de Loi de Finances pour 2017 figure un supplément de pension pour les conjoints ou partenaires survivants âgés de moins de 40 ans et ayant au moins un enfant à charge (article 53), qui vise à porter la pen­sion à un montant correspondant à la pen­sion au taux normal attribuée au conjoint survivant du soldat, soit 500 points.

L'allocation de reconnaissance et l'al­location viagère des conjoints survivants d'anciens membres des formations supplé­tives seront revalorisées de 100 euros, pour l'ensemble des bénéficiaires des dispositifs prévus (article 54).

Cette mesure s'inscrit dans le plan HARKI lancé en 2014 et dans le cadre plus large de la politique de Reconnaissance et de Réparation conduite à l'égard de cette population.

Augmentation de la dotation d'Action Sociale de l'ONAC « VG ».

La politique sociale de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre est renforcée d'un million d'euros supplémentaires, soit une enveloppe d'Ac­tion Sociale de 26,4 millions d'euros en 2017 pour soutenir et accompagner les plus démunis, les plus fragiles, les plus isolés de ses ressortissants, les plus en difficultés: Anciens Combattants, conjoints survivants et victimes d'actes du terro­risme.

Subvention allouée à l'Office Na­tional des Anciens Combattants et Victimes de Guerre

La subvention versée à l'ONAC « V G » est maintenue à 56,8 millions d'euros pour 2017.

Alors que ledit Office National a fêté son centenaire en 2016, il est rappelé ses missions et sa capacité à s'adapter à l'évolution du monde combattant (entrée des harkis et rapatriés, mais aussi des soldats de retour d'Opérations Extérieures (OPEX) ou encore des Victimes d'attentats terroristes).

4e génération du feu

En matière mémorielle:

Lancement, en 2017, du chantier de construction (parc André CITROEN, dans le 15e arrondissement de PARIS) du Mémorial en hommage aux soldats morts en opéra­tions Extérieures (OPEX).

La pose de la première pierre devrait avoir lieu en ce début d'année 2017.

Attribution de la Campagne Double Aux Anciens Combattants d'Afrique du Nord

Un petit rappel:

L'article 132 de la Loi de Finances pour 2016 a permis aux fonctionnaires civils et militaires de bénéficier dans les mêmes conditions d'application que ceux ayant pu y prétendre par le décret 2010/890 du 29 juillet 2010 du bénéfice de campagne double pour leur participation à la guerre d'Algérie ou aux combats du Maroc et de la Tunisie, sachant que chaque action de feu ou de combat équivaut à une journée de bénéfice de campagne double.

Bien que budgétées, les assurés des régimes dits « spéciaux » n'ont pas pu y prétendre.

Ainsi, aux termes de l'article 34 du pro­jet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2017, ce droit à révision est étendu aux autres assurés des régimes spé­ciaux dont la réglementation prévoit la prise en compte des bénéfices de campagne double au titre de leur participation à la guerre d'Algérie ou aux combats du Maroc et de la Tunisie.

De ce fait, les Cheminots Anciens Com­battants sont concernés par cette extension et doivent se manifester (par courrier) au­près de la CPR à MARSEILLE.

Certes, les conditions d'octroi des bonifi­cations de campagne « Campagne Double » ont été légèrement améliorées, mais le ré­sultat n'est pas très satisfaisant en ce qui concerne la 3e génération du feu.

L'ANCAC demande avec force, l'octroi véritable de bénéfice de la campagne double aux Anciens Combattants d'Afrique du Nord concernés sur la base de la Loi du 14 avril 1924 (article 36), ce qui implique l'abrogation du décret n° 2010-899 du 29 juillet 2010 qui est incontestablement inopérant, et doit être supprimé.

A ce sujet, une lettre a été adressée à Monsieur le Président de la République, ainsi qu'aux candidats à l'élection prési­dentielle, mentionnant les droits à répara­tion des Anciens Combattants.

Valeur du point de Pension Mili­taire d'Invalidité « PMI »

Le retard pris depuis le 1er février 2005 avoisine les 8 %, alors que l'inflation de­puis cette période est d'environ 15 %.

Il faut remédier à cette dérive perma­nente en préconisant la mise en place d'une commission tripartite (gouverne­ment, parlementaires et le mouvement Ancien Combattant).

La valeur du point PMI permet le calcul du montant des pensions militaires et d'invalidités, de la retraite du combattant, du plafond majorable des rentes mutua­listes Anciens Combattants. Actuellement, le point PMI est à 14,04 euros.

Attribution de la carte du com­battant» 2 juillet 1962 au 1er juil­let 1964 »

Notre Association Nationale des Chemi­nots Anciens Combattants (ANCAC) a dé­cidé d'intervenir avec l'Union Française des Associations de Combattants et Victimes de Guerre (UFAC), la Fédération Nationale des Anciens Combattants d'Algérie (FNACA), afin que tous les appelés, durant cette période, puissent bénéficier de l'attribution de la carte du Combattant.

Années 2015-2016 (Anciens Combattants, Social, National, In­ternational)

Sur le plan Anciens Combattants

Notre Association Nationale a beaucoup œuvré en ce qui concerne les droits à répa­ration des Anciens Combattants depuis des décennies et également au lendemain de ses dernières Assises Nationales qui se sont tenues à OLLIOULES.

« En effet, bon nombre de rendez-vous ont été obtenus auprès du Secrétaire d'État chargé des Anciens Combattants et de la mémoire, les divers courriers adressés aux parlementaires, les diverses rencontres auprès des Associations d'Anciens Combat­tants (FNACA, etc.).

Tout cela, dans un seul et unique but, l'attribution des droits à réparation des Cheminots Anciens Combattants.

Sur le plan social en France

De nombreux mouvements de grèves, des manifestations, ceci afin de défendre la sécurité de l'emploi, le gel des salaires et pensions (pour nous, retraités cheminots, augmentation de nos pensions de 0,10 % en quatre ans) le mode de retraite qui est mis en cause, la protection sociale, le chô­mage, le corps médical, les enseignants, les agriculteurs, les nombreuses entreprises qui sont menacées de fermeture, sans ou­blier, cela va de soi, la SNCF, etc.

Sur le plan national

On ne peut passer sous silence les atten­tats perpétrés dans notre pays, qui malheu­reusement ont fait de nombreuses victimes, voire des blessés.

Le risque est là, d'ailleurs des attentats ont été déjoués dernièrement à LILLE, à MONTPELLIER, etc., de ce fait la vigilance s'impose.

Sur le plan international:

Dans de nombreux pays, l'on peut en­core dénombrer des attentats, des conflits armés et sanglants, des attaques diverses... qui font malheureusement de nombreuses victimes.

Nous sommes dans l'obligation d'expri­mer notre inquiétude devant la dégradation de la situation internationale, la persistance des conflits au Moyen-Orient, en Ukraine et en d'autres parties du monde, le terrorisme international en particulier de Daech, etc.

Nous ne pouvons que déplorer l'attitude triomphante de BACHAR AL ASSAD, alors qu'il est responsable de la déchirure de son pays et de la destruction de son peuple, avec des massacres et des tortures, avec plus de 400000 morts, des millions de ré­fugiés, qui provoquent notamment au sein de l'Union Européenne certains troubles et des effets collatéraux.

Le plus grave, on peut également consta­ter, avec une certaine inquiétude, que la situation internationale actuelle a des similitudes avec celle décrite par les his­toriens, qui a précédé et conduit à la Première Guerre Mondiale (1914-1918): la recherche de la puissance, une apologie du recours à la force au détriment du droit.

Conclusion

Chers délégués et amis, la lecture de ce rapport moral et d'activités se termine, mais nous savons très bien qu'il y aurait bon nombre de sujets à traiter, en soumet­tant à votre réflexion et acquiescement, ledit rapport de ces deux dernières années.

Que tous les dirigeants des diverses sec­tions, que tous les trésoriers qui ont une tâche ardue, que tous les porte-drapeaux soient ici remerciés.

Nos remerciements les plus sincères s'adressent à notre ami Jean-Paul HETES qui, depuis plusieurs années, manie avec dextérité notre ordinateur.

Ceux-ci s'adressent également à Miche­line PICHON, qui après une courte étude remplace Jean-Paul qui traverse des mo­ments très difficiles. C'est pour cette raison qu'il ne peut participer à notre congrès, nous lui souhaitons un prompt rétablisse­ment.

On ne peut passer sous silence et sans avoir une pensée émue à l'égard de nos amis de la Direction Nationale ou autres, décédés depuis notre précédent congrès à OLLIOULES: Marcel GINESY, Francis MERENDA, Jean-Claude LEROY, Marcel LE BOULANGER, Gaston DELATTRE, Roland JOUAULT, Georges SEGUY, ainsi qu'aux adhérents des diverses sections de l'AN­CAC qui ont été durement éprouvées par les aléas de la vie.

Je pense que la direction sortante a bien œuvré, représenté au mieux notre Asso­ciation Nationale au travers de ces deux longues années et espère que la nouvelle équipe directrice continuera de suivre la même conduite, la même voie, pour que nos droits légitimes soient respectés, (loi du 14 avril 1924).

-    Que ce 40e Congrès National soit une réussite totale, fructueuse et bénéfique pour le devenir de notre Association Na­tionale.

-    Vive le 40e Congrès National à TOU­LON.

-    Que l'année 2017 marque enfin une étape sur le chemin de la PAIX dans le monde, la solidarité et l'amitié entre les peuples, mais hélas, l'on peut constater qu'il n'en est pas ainsi !

Je vous remercie de votre écoute, ainsi que de votre attention. Rapport adopté (moins 3 abstentions).

 

Jean-Pierre COLAS

Chers Amis, chers Camarades,

 Avant de commencer ce Congrès, je voudrais que nous ayons une pensée pour tous nos camarades disparus depuis notre 39e Congrès, en particulier deux an­ciens dirigeants Marcel GINESY et Francis MERENDA. Observons une minute de silence. Après le souhait de bienvenue de Louis DUTTO Président de la Section de TOULON que je remercierai lors de notre séance de clôture, je déclare l'ouverture de ce 40e Congrès National.

Merci pour votre présence encore impor­tante malgré toutes les difficultés que cha­cun a pu rencontrer. Ceci témoigne de l'at­tachement que vous portez à l'Association.

Nous allons pendant ces deux jours tra­cer l'orientation de l'ANCAC, que ce soit au niveau de nos actions pour la défense de nos droits à réparation que de son organisation et son avenir dans le monde combattant.

Je précise, malgré tout, que nous avons déjà bien avancé sur ces questions lors de nos Conseils Nationaux et Bureaux Nationaux, mais nous sommes en Congrès National et chacun pourra intervenir dans le débat.

Simplement, je vous demanderai que les interventions soient assez courtes car nous sommes tenus par les horaires.

Vous l'avez remarqué, il manque à la tribune le Secrétaire National René PALOS, absent pour plusieurs raisons mais princi­palement pour raison de santé. René est très fatigué, il appréhendait ce déplace­ment. Nous lui souhaitons un bon rétablis­sement. Mais soyez rassurés, il a rempli sa tâche comme toujours et son rapport d'activité sera lu par Jean-Pierre COLAS. Je lui donne la parole.

                                                                                                                                                     Robert Moullière


1498613
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
1260
3905
17508
1454244
58205
114461
1498613
Votre IP: 54.226.227.175
15/12/2017 08:01