14-18 LA VICTOIRE, MAIS A QUEL PRIX !

 

 

C’est la fin de la grande guerre que nous allons célébrer cette année.

            Un centenaire nous sépare de 1918, et toujours nous sépare aussi de ce temps si proche et si lointain, un autre désastre de l’histoire celui de la seconde guerre mondiale terriblement proche lui aussi. Il est des moments de l’histoire ou le monde bascule d’une époque a une autre.

            La guerre 14-18 fut sans nul doute un de ces tournants majeurs. Impossible de comprendre les décennies qui forgèrent alors le 20ème siècle sans tremper dans la boue et le sang des tranchées cent ans plus tard, en ces temps de crise mondiale ou l’histoire s’accélère, ce n’est surement pas perdre son temps que de résister à ces bouleversements et leur portée fondatrice.

             En 1918 les traces indélébiles de la guerre se mêle à l’effervescence révolutionnaire.

La grande guerre se termine, soixante dix millions d’homme auront été jetés les uns contre les autres sur tous les fronts sans qu’aient été réellement éradiquées les causes d’affrontements de puissances capitalistes qui sont encore loin de leur apogée industrielle.

              L’Armistice signé, la victoire est fêtée mais la violence de la guerre, la barbarie même n’ont pas dit leur dernier mot, le pire est à venir, l’écho de cette victoire nourrira dans son sien de nouveaux montres qu’il y aura urgence de désamorcer et qui sinon finiront pas éclater autrement.

              Il y a décidément beaucoup à apprendre de l’histoire qui enfanta le dernier siècle.

             Des générations de révoltes surgirent de cette tourmente et le siècle, là encore, en fut transformé politiquement, socialement et culturellement.

                En 1918, le monde nouveau balbutie et se cherche, la révolution d’octobre en Russie fascine. Après quatre années de conflit, la France triomphante panse ses plaies, certaines sont béantes, la société a été profondément modifiée. Le monde paysan s’est affaibli, spectaculaire, chute des naissances, la vie des femmes change, elles ont remplacé dans les usines et les champs les hommes envoyés au front.

Cela dit ces mémoires des poilus ne sont pas univoques et chacun y projette son présent, y recherche héroïsme ou pacifisme.

                                                                                                                              Robert Baptier

 

 


2047390
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
3420
3408
10834
2009583
102258
130114
2047390
Votre IP: 66.249.66.208
25/04/2018 17:46