DEFENDRE NOS ACQUITS

 

Nous assistons, depuis quelques temps, à une escalade de mensonges de la part des médias et de certains partis politiques qui prétendent, que les cheminots seraient des nantis, vis-à-vis des autres corporations. Comme si les cheminots étaient responsables de la mauvaise gestion de la France et en particulier de celle de la S.N.C.F. Tout est fait pour diviser le monde du travail. Mais, de plus en plus de français ne marchent plus dans cette démagogie.

 

OUI ! Les cheminots ont raison de défendre le service public. Aujourd'hui, on veut remettre le transport ferroviaire entre les mains du privé.

On a vu ce qu'il est advenu en Angleterre. La majorité des anglais redemande la nationalisation. Chaque fois que l'on a voulu s'attaquer au service public, sont apparues de grosses difficultés (Poste, Télécom, etc.)

 

La S.N.C.F fut créée en 1938, les cheminots, par leur lutte, ont imposé un statut et, par leur courage ont fait de ce transport un des meilleurs en Europe, après la guerre 1939 / 1945.

 

Au moment où nous allons commémorer le 73eme anniversaire du 8 mai 1945, il est bon de rappeler toute la place prise par les cheminots, pour libérer la France et la ville de PARIS.

 

De nombreux cheminots Résistants y ont laissé la vie. Près de 9.000 morts dont 809 fusillés, massacrés, 1.150 morts en déportation et 16.000 blessés.

Grâce au courage des cheminots, la S.N.C.F, fut la seule entreprise française à recevoir la Légion d'Honneur et la Croix de guerre avec palme.

 

Certains diront, nous ne sommes plus en 1945 ! Nous en sommes conscients, mais aujourd'hui, la France est plus riche qu'il y a 73 ans !

 

Bien évidemment, une réforme doit voir le jour, mais pas au détriment des acquits sociaux, et surtout, pas aux usagers du rail, qui demandent eux aussi un transport de qualité adapté à notre siècle et, à des coûts abordables pour tout le monde.

 

Les cheminots Anciens Combattants n'ont pas la mémoire courte et c'est tout naturellement qu'ils soutiendront les actifs dans leur lutte.

 

Dans le même temps, nous exigeons que notre droit à réparation « la campagne double ». soit enfin attribuée dans les mêmes conditions que les autres conflits, (lois du 14 avril 1924 et du 9 décembre 1974).

 

C'est pour toutes ces raisons que nous seront à leurs côtés.

 

Robert MOULLIERE Président NATIONAL


2047390
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
3420
3408
10834
2009583
102258
130114
2047390
Votre IP: 66.249.66.208
25/04/2018 17:46