Présentées par Jean FOURNIER

 

 

RESOLUTIONS AFFAIRES INTERNATIONALES DE PAIX ET DESARMEMENT

 

Les délégués à l’Assemblée Générale Nationale de (Association Nationale des Cheminots Anciens Combattants Résistants, Victimes de Guerre), réunis à Paris le 22 mai 2019

 

Soulignent à nouveau et avec force, que la préservation de la Paix mondiale a toujours été au centre de leurs préoccupations et des objectifs de l'A.N.C.A.C, et qu'elle n'a jamais ménagé ses efforts dans le combat permanent particulièrement dans cette société inter-mondialiste.

Réaffirment qu'en raison de leur passé, les Anciens Combattants et victimes de Guerre sont particulièrement attachés au maintien de la Paix, de la Sécurité, des libertés, ils sont opposés au racisme, à la xénophobie et à toutes sortes d'exclusions, ils ont le souci des générations qui leur succéderont.

Renouvellent l'expression de leur inquiétude devant la persistance de l'aggravation de la situation internationale par les conflits au Moyen Orient, par le recours à des représailles armées plus ou moins justifiées dont les auteurs semblent ne pas se préoccuper, des dangers d'escalades, de la grande déstabilisation de l’Amérique du sud.

Soulignent à cet égard leur vive préoccupation devant la décision du Président TRUMP de procéder à un réarmement comportant la création d'une bombe nucléaire « légère » beaucoup moins puissante et faisant moins de dégâts que l'armement nucléaire actuel. Elle serait donc utilisable, rompant par là-même le concept de dissuasion qui implique le non-recours à la première frappe, en raison de la certitude d'une réplique dévastatrice.

Estiment face à cette menace opportune en cette année 2019 marquée par le centième anniversaire de la Première Guerre mondiale de rappeler comment un évènement tragique mais singulier -l'attentat contre l'Archiduc François Ferdinand d'Autriche par un nationaliste - a conduit par le jeu des alliances, à un enchainement mortifère nourri de l'aveuglement, du désir de puissance et de l'instrumentalisation du nationalisme dans cette boucherie qui a affaibli considérablement tous les pays participants.

Rappellent qu'en France, les combattants survivants ont été les premiers à souligner l'absurdité criminelle de cette guerre, à affirmer leur volonté d'œuvrer pour la compréhension internationale et pour la paix et à agir à cet effet au sein de leurs associations. Les graves défauts des traités de paix et les erreurs politiques ont pesé lourdement sur les actions en faveur de la paix et ont amené l'Allemagne nazie à déclencher la Seconde Guerre mondiale qui pour les historiens, en est une conséquence.

Déplorent que soit évoquées ici et là au-delà des conflits armés en cours, les possibilités et quelquefois même la probabilité d'utiliser la force armée pour régler des différends entre pays en dehors de tout recours aux Nations Unies sans se préoccuper des dangers d'escalades. La guerre en Syrie en fournit l'illustration tragique. La répression féroce d'une manifestation pacifique en faveur de la liberté d'intervention du Conseil de sécurité des Nations Unies rendu impossible à la suite du veto de la Chine et de la Russie ont eu pour conséquence une guerre qui s'est internationalisée et se poursuit depuis sept ans en violation -en particulier par le régime de BACCHAR-EL-ASSAD du droit international Humanitaire qui a provoqué un déchaînement de violence et de barbarie dans la région. Les principales victimes en ont été et en sont encore les populations civiles tuées ou blessées dans les bombardements, ou les familles qui ont été obligées de fuir par millions et dont le problème de leur accueil a conduit la plupart des pays de l’Union Européenne, en particulier sous l'influence des mouvements populistes générateurs de la peur, à une attitude négative de nationalisme xénophobe, soi-disant protectrice et de rejet des réfugiés et des migrants. Devant cette situation dégradée, aggravée par le terrorisme international et les dérèglements climatiques, la communauté internationale dispose avec les Nations Unies, les autres institutions internationales et les avancées numériques, des moyens permettant, par la négociation, la solution dans l'intérêt commun des différends internationaux.

Appellent donc, en particulier aux générations montantes, à promouvoir l'action pour éviter le retour des méthodes passées génératrices de catastrophes et pour créer la confiance et la volonté politique d'user de ces moyens nouveaux pour assurer la sauvegarde de notre planète et progresser vers un monde plus pacifique et plus juste, respectueux de la dignité humaine.

Affirment leur attachement aux Nations Unies, car il a fallu la tragédie de deux guerres mondiales pour qu'une conscience universelle se construise et décide enfin de mettre la guerre hors de la loi. C 'est la Charte des Nations Unies qui marque cette conscience.

Depuis la deuxième guerre mondiale auraient pu être épargnées bien des vies humaines, si les Etats Membres des Nations Unies avaient respecté ces principes comme ils s'y étaient engagés. Que, face à cette situation menaçant le devenir de cette institution, créée à la sortie de la 2eme guerre mondiale (26 juin 1945), seule organisation diligentée pour régler tout différend survenant entre deux pays ou tout conflit, qu'une volonté publique devrait se manifester pour imposer un ordre qui permettrait à l'O.N.U. de retrouver pleinement sa légitimité et ses missions fondatrices.

Denoncent à nouveau les surcoûts liés à la réintégration de la France dans l'OTAN qui se seraient élevés à 650 millions d'euros sur la période 2010 à 2013.

Dénoncent également que l'OTAN va à l’encontre de la charte des Nations Unies, à ce titre elle est une organisation illégale, étant donné sa composition et son orientation.

 

LES DELEGUES

Souhaitent donc que l'O.N.U., son Conseil de Sécurité, son Assemblée Générale et les différentes organisations mondiales puissent jouer pleinement leur rôle en faveur de la paix, de la sécurité et de la garantie des libertés individuelles.

Regrettent que l'action civique menée par les Anciens Combattants en faveur de la paix, du désarmement, de la sécurité, de la coopération et de la défense de l'environnement soit ignorée du public pour lequel l'image de l'Ancien Combattant, entretenue avec complaisance par les médias, est celle d'un passé que l'on voudrait oublier.

Déclarent que les mots de liberté, démocratie, paix, humanisme ne peuvent avoir de résonnance positive sans la mise en œuvre des moyens nécessaires pour les faire respecter.

On ne peut à la fois se référer à ces idéaux et, en même temps, vendre des armes aux différents

belligérants.

Affirment vouloir poursuivre des actions contre la violence, l'oppression et la guerre pour contribuer au développement de l'humanité. Nous appelons la conscience de tous les membres de l'A.N.C.A.C, pour qu'ils soient porteurs, bien au-delà des limites des milieux d'Anciens Combattants, d'un message mobilisateur en participant massivement chaque année à la journée de la PAIX le 21 septembre et de participer beaucoup plus au développement du mouvement de la PAIX.

Souhaitent poursuivre leurs interventions auprès des jeunes générations pour qu’elles prennent conscience qu’il est indispensable de préserver les valeurs de la PAIX, défendue par leurs ainés au prix de lourds sacrifices et de promouvoir la nécessité de solidarité entre tous les peuples, le refus de toute haine raciale et de toute sorte d'exclusion. Participer dans tous les comités départementaux qui organisent le concours de la Résistance et de la Déportation chaque année.

Souhaitent donc un appel urgent, particulièrement d'actualité pour un règlement des conflits par la négociation dans l'esprit des dispositions de la charte des Nations Unies et pour l'application immédiate, dans le cas de toutes menaces à la PAIX, des mesures énoncées dans le chapitre VII de la charte.

Regrettent que la France n’ait pas signé le traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN) signé par 122 pays alors qu’il a été dépensé plus de 37 milliards d’Euros en 6 ans pour renouveler les armes nucléaires en France.

 

« Les guerres prennent naissance dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la PAIX ».

 

Telles sont les aspirations des délégués lors de

L’Assemblée Générale Nationale du 22 Mai 2019 à PARIS

de L’Association Nationale des Cheminots Anciens Combattants

Prisonniers et Victimes de guerre