Intervention de Laurent BRUN Secrétaire général de la Fédération CGT des cheminots

Mesdames, messieurs, chers camarades.

Merci de votre invitation a cette assemblée générale nationale de l’ANCAC.

La politique menée par le président de la république confirme qu’il semble avoir fait sa devise des propos de l’ancien vice-président du MEDEF. Il s’agit de défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Resistance

Prétextant l’ouverture à la concurrence, gouvernement et direction SNCF nient le chemin de fer public, pourtant le seul à pouvoir répondre aux besoins sociétaux et environnementaux qui sont au cœur des préoccupations quotidiennes.

Il est temps de remettre tout cela dans le droit chemin. Ainsi, il nous faudra être nombreux pour nous opposer à la suppression du train de primeurs Perpignan-Rungis.

Le 27 juin, jour de grève des cheminots pour l’ouverture de négociations salariales nous devons exiger la revalorisation des salaires et pensions qui sont un axe revendicatif important dans le contexte de ces discussions après quatre années de gel des salaires.

Les attaques sur nos métiers de cheminots sous des formes différentes ne doivent pas rester sans réponse.

La reforme des retraites annoncées pare le gouvernement, doit, entre autres, être l’occasion d’organiser la riposte qui s’impose.

La CGT à toujours milité pour que tous les cheminots et leurs familles aient accès à des activités sociales et culturelles (ASC) gérées par leurs représentants. Le projet de filialisation des activités gare et fret de la SNCF sont la suite logique de l’éclatements activités engagé depuis plusieurs années. Le résultat est désastreux : tous les indicateurs de trafic de qualité de sécurité sont dégradés, l’appareil de production et les organisations fragilisées les compétences bradées.

Alors que la direction de gares et connexions abandonne des pans entiers d’activités en les externalisant il est prévu qu’au premier janvier 2020, près d’un millier de cheminots y soient transférés.

 Au regard de ce constat quel seront les perspectives qui vont leurs être proposées. Le remplace ment des cheminots par des postiers pour réaliser les « tours de gare », c’est-à-dire la surveillance des installations destinées aux usagers. L’automatisation des gares, la télésurveillance des installations la maintenance seront utilisées en sous-traitance et réalisées par de entreprises privées.

Les salaries des transports subissent tous les mêmes attaques de politique libérales en œuvre. La privatisation des services publics est le principal objectif des ces politiques diverses. Les actions des cheminots ont permis de faire entendre les revendications de la fédération.

Chers camarades, c’est l’investissement de chacun qui permet de faire vivre notre organisation.

Vous à l’ANCAC investissez-vous et surtout ne lâchez rien car vous n’êtes pas seuls…

   

                                                                                                  Laurent BRUN