Message de la FNDIRP

 

 

Blandine ACKERMANN

 

Pour la Journée Nationale du souvenir des victimes et Héros de la Déportation du 30-04-2017, le message du Comité d'entente des associations de déportés de la FNDIRP de Cannes et régions.

Nous rendons hommage aujourd'hui à tous ceux qui sont morts dans les camps de dépor­tations.

Dans ce combat pour la mémoire, c'est l'ave­nir démocratique de l'Europe qui est en cause, il appartient à tous d'en prendre conscience.

Comme le disait Nelson MANDELA: « on de­vient un homme libre, si on rend le monde qui nous entoure plus humain... ».

Le sujet du Concours National de la Ré­sistance et de la Déportation 2017 est: « LA NÉGATION DE L'HOMME DANS L'UNIVERS CONCENTRATIONNAIRE », autrement dit la déshumanisation de l'humain.

La DICTATURE HITLÉRIENNE c'est l'ef­fondrement de la société moderne, un signal d'alarme qui brûle encore vivement !

Comment un peuple si cultivé a pu sombrer dans la barbarie dont le point culminant est une GUERRE idéologique, d'une brutalité et férocité à peine croyable avec des millions de morts. (6 millions de juifs et de Tziganes, au total 20 millions de morts). Un génocide aussi horrible que celui des Arméniens en 1915.

LA DICTATURE HITLÉRIENNE était tel un souffle nucléaire, une bombe atomique sur une société moderne. Elle a montré de quoi nous sommes capables.

Comme l'écrit ALBERT EINSTEIN: «Le monde est dangereux à vivre, pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire ».

Le NAZISME était l'effondrement de la civi­lisation moderne, les lois d'exclusions, les lois raciales qui ont été acceptées par un peuple fanatisé par cette doctrine.

La NÉGATION de l'homme c'est nier l'égalité de l'autre.

Pour HITLER les JUIFS et les Tziganes ne sont pas des êtres humains...

Mais plus proche de nous, rappelez-vous du massacre des TUTSIS au RWANDA et aujourd'hui la manipulation des jeunes par DAESCH pour en faire des bombes humaines...

En EUROPE NOS LIBERTÉS SONT ATTA­QUÉES sous le couvert de la lutte contre le terrorisme.

En TURQUIE la liberté d'expression est répri­mée par l'emprisonnement des journalistes!

POUTINE s'enfonce dans l'autoritarisme, ainsi que TRUMP...

Les camps de concentration furent créés pour les OPPOSANTS afin de

1)LES RÉÉDUQUER

2)Assujettir les indésirables

3)Les exterminer par le travail

4)les détruire (psychologiquement et physiquement pr les chambres à gaz)

 

Bien d'autres dirigeants ont aujourd'hui des discours nationaliste et démagogique.

LA JEUNESSE GÉNÉREUSE DE NOTRE PAYS saura s'inspirer du programme du Conseil Na­tional de la Résistance, nul document n'éclaire mieux ce point de notre histoire (nous le distri­buons dans tous les ÉTABLISSEMENTS SCO­LAIRES). Rédigé en 1943, sous l'ÉGIDE de JEAN MOULIN, ce programme, aujourd'hui, peut être encore source d'inspiration élevée dans les domaines économique, social et culturel, pour construire une FRANCE FRATERNELLE HEU­REUSE, une NATION MODERNE...

 

 

 

Quelques vers du poète ARAGON:

Croyez moi, ne me croyez pas quand j'en témoigne

Ce que je sais du malheur m'en donne le droit Si quand on marche vers le soleil il s'éloigne Si la nuque de l'homme est faite pour la poi­gne du bourreau

Si ses bras sont promis à la croix Le bonheur existe et j'y crois.

 

 

La paix

 

La guerre en SYRIE déstabilise toute la région. Des milliers de Migrants meurent en Méditer­ranée qui devient un cimetière, alors que tous rêvent de retourner dans leur pays.

SONNONS L'ALARME EN OBLIGEANT LES DIRIGEANTS DE TOUS LES PAYS DE METTRE FIN A LA GUERRE.

Ils le peuvent DAESH c'est 4000 milliards de dollars! Pétrole, champs de coton, et j'en passe... Les puissants peuvent leur couper les vivres.

Accepter les différences sans aucune domina­tion est la seule condition pour vivre en PAIX...

MONTESQUIEU, dans « les LETTRES PER­SANES », nous parle de SOLIMAN qui accep­tait dans son empire une vingtaine de RELI­GIONS...

Mais aucune ne devait dominer l'autre car disait-il « L'INTOLÉRANCE MÈNE A LA GUERRE... » QUELLE SAGESSE!

Le 10 juin 2017, nous emmènerons une tren­taine d'élèves lauréats du Concours National de la Résistance et de la Déportation au STRUTHOF en Alsace, pour qu'ils n'oublient pas le PASSE...

Sont organisés une visite du camp, du MUSÉE et de la CHAMBRE à GAZ qui existait dans ce camp d'extermination.

 

Résolution de l'Union des Résistants

 

Réunis à TOULON du 15 au 17 mai 2017, dans le cadre du 40e Congrès National de l'ANCAC, les Résistants, Déportés et Inter­nés groupés au sein de l'Union des Résistants,

Réaffirment que l'Union des Résistants, partie intégrante de l'ANCAC, s'efforce de garder dans son activité comme principes fondamentaux les idéaux de la Résistance, la déclaration univer­selle des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 et de 1948, du programme du Conseil National de la Résistance (CNR de 1944), et qu'elle n'a jamais ménagé ses efforts dans ce combat permanent.

Appellent à nouveau les Résistants antifas­cistes et les survivants des camps nazis à agir en raison de leur poids moral et de leur autorité acquise dans la lutte pour la liberté et la démo­cratie, afin de l'opposer de toutes leurs forces aux phénomènes inquiétants d'intolérance, de xénophobie, d'antisémitisme dans différents pays dans lesquels des groupements d'extrême droite, des néofascistes sévissent et commettent des violences.

Attirent l'attention sur la manipulation dan­gereuse de démagogies politiques et populistes qui attisent la haine et le chauvinisme natio­naliste, et sur les tentatives de réhabilitation du négationnisme ainsi que toute falsification de l'histoire tendant à occulter le rôle joué par la Résistance et à banaliser les manifestations fascistes.

Continuent à s'impliquer dans la formation historique des jeunes générations pour une meil­leure intégration de l'histoire sur la Résistance insuffisamment dispensée par l'Éducation Na­tionale. Le concours National de la Résistance et de la déportation, les visites des Résistants dans les lycées et collèges, les livres, les cassettes, les expositions, font connaître à la jeunesse avide de savoir ce que fut cette période de la vie de leurs aînés et pourquoi ils ont dit « plus jamais ça » sont des éléments essentiels et indispensables à la connaissance des valeurs défendues par les femmes et les hommes qui ont combattu pour la liberté.

Ils demandent que le programme du Conseil National de la Résistance soit porté à la connais­sance des lycéens et des collégiens.

Appellent à participer à la cérémonie de la Journée de la Déportation le dernier dimanche d'avril.

Participent aux cérémonies dans les établis­sements scolaires qui ont une plaque commé-morative.

Poursuivront leurs démarches pour que les lieux de mémoire soient préservés ainsi que le respect des dates historiques (demandent à chacune de nos sections, de participer dans leur département, au Comité du concours de la Ré­sistance et de la Déportation organisé par l'Ins­pection Académique), de se renseigner pour qu'il est lieu et devienne obligatoire dans chaque dé­partement et d'être vigilant afin de conserver et d'entretenir les plaques commémoratives. Déjà, quelques camarades de l'ANCAC en font partie.

Interviennent avec forces auprès du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel « CSA » pour que mensuellement les émissions historiques concernant la Résistance s'effectuent dans des plages horaires compatibles à une meilleure écoute.

Constatent et dénoncent que de nombreuses injustices, concernant la reconnaissance des services accomplis dans les combats libérateurs, subsistent encore 72 ans après la libération.

Renouvellent avec insistance la demande d'at­tribution de la carte du Combattant Volontaire de la Résistance (CVR) aux titulaires de la médaille de la Résistance ou de la Croix de Guerre au titre de la Résistance.

Exigent que tous les titulaires de la carte de Combattant Volontaire de la Résistance ou de Combattant au titre de la Résistance obtiennent la reconnaissance de leur qualité de Combattant Volontaire par l'attribution de la Croix de Com­battant Volontaire et, que toutes les personnes, ayant prouvé leur participation à la Résistance mais ne réunissant pas toutes les conditions exigées pour l'attribution de la carte du Combat­tant ou la carte de CVR, reçoivent un diplôme spécifique de reconnaissance.

Considèrent que la reconnaissance équitable des services accomplis dans la Résistance et la défense des droits des Résistants sont insépa­rables du travail de mémoire, du respect de la vérité historique et du développement de l'esprit civique.

Exigent du Premier Ministre de mettre fin à toutes forclusions de droit ou de fait, aux de­mandes des titres de Combattant Volontaire de la Résistance. Les dispositions actuelles (circulaire du 27 janvier 1998) ne peuvent être considérées comme des mesures équitables permettant une juste reconnaissance des services accomplis dans la Résistance.

Appellent l'ensemble des sections à organiser le déplacement à PARIS le 10 août de chaque année « le 10 août 1944 » (grève insurrection­nelle des cheminots) qui permit la libération de notre capitale et qui doit être comme étant un travail « DU DEVOIR DE MÉMOIRE ».

Apprécient le fait que plusieurs sections orga­nisent des dépôts de gerbes ce jour-là au monu­ment aux morts de leur gare.

Signalent que le 7 mars de chaque année, dans nombre de gares, dépôts, places, nous ho­norons la mémoire de Pierre SEMARD.

Condamnent l'indemnisation aux déportés ou ayant droits américains de la Shoah transportés de France par la SNCF entre 1942 et 1944, vers les camps nazis (accord du 8 décembre 2014, signé entre la France et les USA).

Nous ne pouvons et ne pourrons jamais accepter qu'il y ait une journée unique du souvenir. C'est vouloir faire l'amalgame de tous les conflits (guerre pour notre indépendance et guerres colo­niales), chaque conflit ayant sa spécificité. C'est vouloir aussi effacer notre histoire.

Ainsi la France devra se contenter d'un mémo­rial « DAY » à la française voulu par SARKOZY, et maintenant par HOLLANDE. Toutes les guerres se valent, où tous les conflits sont élevés au même rang que la victoire contre la barbarie nazie.

Bien au contraire, avec force nous exigeons que soit parachevée l'œuvre de mémoire enta­mée par l'instauration de la journée nationale de l’appel du 18 juin 1940 et se félicitent de l’instauration officielle de la reconnaissance de la journée de la résistance le 27 mai de chaque année (date anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance « CNR » le 27 mai 1943 par Jean MOULIN

 

Les quatre dates qui sont liées par l'histoire: journée de la Déportation (le dernier dimanche d'avril) - 8 mai Capitulation sans condition de l'Allemagne nazie - 27 mai journée de la Ré­sistance -18 juin appel du Général de GAULLE. L'œuvre de mémoire étant réalisée.

Mais n'oublions pas qu'il y a eu d'autres ap­pels tels que celui de Charles TILLON le 17 juin 1940, du Général DELESTRAINT le 8 juillet 1940, du PCF THOREZ - DUCLOS le 10 juillet 1940.

 

N'oublions jamais que notre devoir c'est de poursuivre la lutte qui s'impose pour conserver les acquis du CNR et notre histoire sans cesse bafouée.

 

Citations

« Le plus dangereux, ce ne sont pas ceux qui font le mal, mais ce sont ceux qui regardent et laissent faire »

Albert EINSTEIN.

 

« Pour que cette histoire ne se reproduise pas, Résistez, Résistez à l'oubli ».

Jean MOULIN

 

TELLES SONT LES ASPIRATIONS DES DÉLÉGUÉS

DU 40e CONGRES NATIONAL DE TOULON DU 15 AU 17 MAI 2017

 

 

Affaires internationales Paix et Désarmement

 

 Jean FOURNIER


 

 

 

Les délégués au 40e Congrès National de l'ANCAC, réunis du 15 au 17 mai 2017 à TOULON département du Var, fidèles à leurs idéaux de paix de liberté et de fraternité:

Soulignent à nouveau et avec force, que la pré­servation de la Paix mondiale a toujours été au centre de leurs préoccupations et des objectifs de l'ANCAC, et qu'elle n'a jamais ménagé ses ef­forts dans le combat permanent particulièrement dans cette intermondialiste.

Réaffirment qu'en raison de leur passé, les Anciens Combattants et Victimes de Guerre sont particulièrement attachés au maintien de la Paix, de la Sécurité, des libertés, lis sont opposés au racisme, à la xénophobie et à toutes sortes d'exclusions, ils ont le souci des générations qui leur succederont

 

 

Aujourd'hui, l'ANCAC

 

Exprime son inquiétude devant la dégradation de la situation internationale, la persistance des conflits au Moyen Orient, en Ukraine et en d'autres parties du monde, le terrorisme inter­national de DAECH en particulier, le climat de méfiance, d'insécurité et de peur qui en résulte et qui conduit des pays, notamment en Europe, à se replier sur eux-mêmes et à se fermer.

Constate et déplore le mépris avec lequel des dirigeants se comportent envers les enga­gements internationaux qu'ils ont librement souscrits et qu'ils violent, sans se préoccuper des conséquences de leurs actes et de l'effet contaminant que ceux-ci peuvent entraîner.

Exprime à cet égard, sa profonde indignation devant l'attitude triomphante et éhontée de BACHAR AL ASSAD, alors qu'il est responsable de la déchirure de son pays et de la destruc­tion de son peuple, avec des massacres et des tortures, avec plus de 400000 morts, des mil­lions de réfugiés, des effets collatéraux et des troubles que ce flux de réfugiés provoquent au sein de l'Union Européenne.

Espère que les négociations qui ont débuté dans la région pourront aboutir, enfin, à une paix, et durable, et que la Cour Pénale Interna­tionale sera saisie des suites judiciaires à donner aux crimes de guerre et aux crimes contre l'hu­manité commis dans ce conflit.

Partage la perplexité manifestée dans le monde face à la désinvolture du Président Donald TRUMP, dès les premiers jours de son mandat, en ce qui concerne la dénonciation des traités, l'annulation des décisions prises par son prédécesseur et le manque de respect des usages diplomatiques dans les relations interna­tionales, l'interdiction d'accès aux Etats-Unis de certains pays à ressortissants musulmans qu'il a promulguée, la légèreté avec laquelle il a évoqué l'éventualité du recours à la guerre « si cela s'avérait nécessaire », ses propos méprisants à l'égard de l'Union Européenne, sont inquiétants. Cette attitude soulève d'ailleurs, d'ores et déjà, une vive opposition au sein même des Etats-Unis, dans les institutions judiciaires comme dans la population.

L'UFAC constate que le ton ainsi donné ren­force l'audience des mouvements d'extrême droite dans leurs actions et leurs cultures en fa­veur des sentiments de nationalisme xénophobe, de racisme et de haine d'autrui qui, face aux changements entraînés par la mondialisation numérique, mettent le « vivre ensemble » en danger.

Elle constate aussi, avec inquiétude, que la si­tuation internationale actuelle a des similitudes avec celle décrite par les historiens, qui a pré­cédé et conduit à la Première Guerre Mondiale: la recherche de la puissance, un chauvinisme belliciste, une apologie du recours à la force au détriment du Droit.

Elle souligne, face à ces dangers, l'importance des principes et des dispositions de la Charte des Nations Unies. Elle constate que dans les discussions stratégiques, dans les médias ou celles qui concernent les programmes poli­tiques, il n'est guère fait mention des Nations Unies et à sa capacité de contribuer, de manière déterminante, à la prévention et à la solution


2849296
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
3463
3096
9560
2816798
44376
104805
2849296
Votre IP: 54.159.44.54
14/11/2018 22:22