20 août 1944 à Paris

Souvenons nous

 

Lorsque l'on a laissé les arcades de la gare de l'Est au pied d'un ancien couvent rue du Faubourg St Martin, à quelques pas, clouée sur un mur en pierres apparentes au 148, une plaque rectangulaire en marbre gris clair se livre au regard des curieux : « Ici est tombé le 20 août 1944 André Chennevière, poète et journaliste, mort pour la liberté » flingué à bout portant de deux balles dans la tête par un soldat allemand dont nous ignorons jusqu'au nom.

Un comité de cheminots avait proclamé la grève insurrectionnelle francilienne le 10 août 1944 en souvenir de la prise des Tuileries ; des résistants FTP avaient aussitôt élargi l'appel au pays tout entier, la police, les postiers, le personnel hospitalier, la CGT et la CFTC n'avaient pas manqué de rejoindre le mouvement de débrayage. Les affiches placardées dans Paris exhortaient au combat ; on allait sous peu dénombrer 600 barricades de sacs de sable et de barils, faites de matelas et de baignoires, de troncs coupés à la hache et de bagnoles retournées. C'est que la cité occupée soudain se redressait : drapeaux tricolores hissés, bus de Pétain retirés de l'Hôtel de Ville pris d'assaut, rues dépavées à coups de pioche.

Ce qui frappait le plus c'était cette ténacité de la vie sociale à renaître.

L'Humanité sortait de la clandestinité et titrait le 24 août 1944 « A chaque parisien son boche, battez-vous comme des lions, armez-vous en désarmant l'ennemi, Aux Armes, aux Armes ! ! ! » Hemingway s'apprêtait quant à lui à sortir d'une jeep avec l'espoir de chasser les Allemands du Ritz, l'arme au poing « Monsieur, ils sont partis depuis très longtemps » lui notifia le directeur de l'hôtel.

André Chennevière, poète, journaliste, avait rejoint l'association des écrivains et artistes révolutionnaires contre la « guerre et le fascisme ».

Chennevière débordait de joie dans les rues déchaînées de Paris, filant de « barricades en barricades ». Mais à moins de 200 mètres de son domicile, square Verdun, un bout de tissu le donna à l'ennemi lors d'une simple fouille : son brassard tricolore des FFL...

Il tomba, agent de liaison, au 156 de la rue du Faubourg St Martin et non au 148, qu'importe !

« Je n'aurai donc pour me survivre que ces mots, que ces lignes. Je deviens un néant invisible peuplant les solitudes... et me sens déjà parcouru de cent regards futurs » lit-on dans un de ses recueils !

 

Jean DUCHENE Section Toulouse.

Commémoration du 8 mai

DANS LES GARES PARISIENNES

Le 10 mai, la SNCF et les associations d’Anciens combattants ont organisé, dans les gares parisiennes, des cérémonies commémorant la fin de la seconde guerre mondiale.

En gare de Lyon aux cotés de Messieurs Guillaume PEPY, président du directoire de la SNCF et Grégoire FOGEST d’ARC directeur de région de Paris-sud-est, les cheminots anciens combattants, les organisations syndicales nationales et des cheminots de différents services, ont salué la mémoire des employés de la SNCF tombés au combat, prisonniers, victimes de rafles et d’exécutions perpétrées par les nazis.

Guillaume PEPY a salué par un discours le dévouement et le courage des cheminots morts pour la France.

Devant le monument aux morts de la gare de Paris Lyon et en présence des porte-drapeaux, les organisations syndicales nationales, les cheminot(e)s, le Comité du Souvenir, les associations d’Anciens combattants, des personnalités invitées, le président Guillaume PEPY et Grégoire FOGEST d’ARC déposèrent des gerbes de fleurs.

L’orchestre du chemin de fer du nord a assuré le protocole musical des différentes cérémonies.

Robert BAPTIER

 

     

 

Angoulême

Cérémonie du 8 mai 1945

 

Comme chaque année l’ANCAC d’Angoulême était présente, en gare, lors de la cérémonie du 8 mai 2019 devant la plaque à la mémoire des cheminots morts pour la France. Pour célébrer le 74éme anniversaire de la victoire du 8 mai 1945 et de la capitulation hitlérienne.

En présence du député Thomas MESNIER, le Maire d’Angoulême Xavier BONNEFOND, du Conseiller Départemental Frédéric SARDIN, d’un représentant de la SNCF, de nombreux cheminots et anciens Combattants, nos porte-drapeaux.

Le dépôt de gerbe par le député, une gerbe SNCF Anciens Combattants.

Après un moment de recueillement, le Président Jean-Pierre COLAS pour l’ANCAC donne lecture du message de l’Union Française des Anciens Combattants, tout en rappelant l’engagement des cheminots dans la résistance qui ont écrit une page de l’histoire avec leur sang, le 30 octobre 1949, la légion d’honneur et la croix de guerre avec palmes étaient décernées à la SNCF en reconnaissance des mérites civiques et militaires des cheminots.

Les autorités ont remercié les porte-drapeaux.

Annette colas

Amie de l’ANCAC

Vouzan

Le Maire de la commune de VOUZAN près d'Angoulême nous avait invité pour assister à la cérémonie de Madeleine, Georges et Gaston DELABY

« Juste parmi les Nations»

Cérémonie au cours de laquelle a été dévoilée une plaque dans le jardin de la Mairie.

Le Mardi 9 avril 2019 à 10h30

En présence de Madame Marie LAJUS Préfète de la Charente et d'un diplomate de l'Ambassade d'Israël excusé pour raison des élections en Israël.

VOUZAN rend hommage à ses Justes

Ce jour 9 avril 2019 la commune a dévoilé une plaque à la mémoire du couple DELABY et leur jeune fils Gaston âgé de huit ans, qui ont sauvé des enfants juifs de la déportation en 1942, leurs parents ayant été arrêtés lors de la grande rafle dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942 à Angoulême et rassemblés à la salle philarmonique, une semaine plus tard 387 d'entre eux partent pour Drancy, ils sont tous déportés à Auschwitz, huit survivants en reviendront, la communauté juive est très durement frappée. Tova et Isaac Wegner, juifs polonais partent pour un voyage sans retour. Par chance leurs deux filles Renée quatorze ans et Charlotte dix ans sont épargnées, Lucie Landré et Eliette Cordelier enseignantes de l'école des fillettes, témoin de l'arrestation les prennent en charge puis contactent Georges Delaby pour accompagner les deux jeunes filles à Périgueux en Dordogne. Les fillettes franchiront ainsi la ligne de démarcation pour rejoindre le village du Chatelard qui se trouvait en zone libre où Madeleine et son fils Gaston les accueillirent chaleureusement et s'occupèrent d'elles avec dévouement, les fillettes passèrent une dizaine de jours chez les Delaby avant de rejoindre Périgueux. De ce bref séjour devait naître une amitié qui perdura après la libération, jusqu'à leur départ pour Israël, Renée et Charlotte vinrent régulièrement au Chatelard afin d'y passer des moments intenses.

Le 1er août 1993, l'institution Vad Vashem de Jérusalem à décerné à Georges et Madeleine DELABY ainsi qu'à leur fils Gaston le titre de Juste parmi les Nations.

Gérard BENGUIGUI, délégué Régional du comité français pour Vad Vashem à rappelé que sur les plus de 27000 justes recensés dans le monde plus de 3000 sont français et 25 Charentais, les héros ne sont pas seulement ceux des grandes batailles. Avant de dévoiler la plaque gravée en hommage aux Delaby dans le jardin de la mairie aux côtés du Maire, de la Préfète Marie Lajus et du Président du Département François Bonneau, des écoliers et collégiens ont lu des poèmes entrecoupés de morceaux musicaux dont l'émouvant Chant des Partisans et pour finir cette cérémonie fut entonnée la Marseillaise à cappella par toute l'assistance, en présence des portes drapeaux d'associations d'anciens combattants dont celui de l'ANCAC avec son Président Départemental Jean-Pierre COLAS et de la secrétaire son épouse. Des instants poignants dans cette campagne Charentaise aujourd'hui si paisible, où les chants des oiseaux ont accompagné cet hommage tardif mais ô combien présent avec ses réfugiés qui viennent de l'autre côté de la Méditerranée pour eux aussi trouver la Paix.

N'oublions jamais ces justes qui sauvèrent des vies au péril de la leur. Le Talmud dit « Quiconque sauve une vie sauve l'univers entier ». Réfléchissons à ces mots qui sont plus que jamais d'actualité.

 

Amie de l'ANCAC Annette COLAS

3410728
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
514
1750
16051
3381547
40998
50104
3410728
Votre IP: 144.76.236.112
21/07/2019 02:29