Reims

Réunis le jeudi 10 octobre 2019 dans le cadre de leur assemblée générale annuelle, les adhérents de la section de rémoise ont prêtés avec beaucoup d’attention les prochaines décisions qui seront prises par le gouvernement sur les points prioritaires concernant le droit à réparation aux anciens combattants.

Dans son rapport moral et d’activités, le président a de nouveau évoqué le lourd contentieux qui continue de s’enliser pour l’application juste et correcte des bonifications de campagne de guerre malgré plusieurs recours auprès des autorités officielles.

Les carences des livres de marche des unités et l’absence historique sur les livrets militaires incomplets des soldats appelés du contingent (1952-1962) relèvent de l’impossibilité de traiter correctement la pleine activité des combattants d’Afrique du nord, avec les autres générations du feu.

La modification du décret de 2010 n’apporte aucune amélioration aux intéressés pour déterminer les actions de feu et les combats sur le terrain.

Parmi les différends sujets invoqués lors de l’assemblée générale, le président a attiré l’assistance sur la cour des comptes persistant à remettre en cause les avantages fiscaux des anciens combattants.   

Cette menace revient régulièrement, mais elle semble ignorer que les avantages fiscaux sont avant tout l’expression du droit à réparation.

La cour des comptes n’ayant pas d’élus ne peut que constater pour diriger la politique de la France, comme l’on voulut les législateurs dans le siècle précèdent.

Une telle menace mise à exécution ne peut se faire que sur la majorité publique (ministres, députés, sénateurs…).

Bien d’autres questions furent relatées qui viennent régulièrement sur le devant de l’actualité : L’effectif en diminution, le décès de huit adhérents de la section, malgré trois adhésions, le projet de la loi de finances 2020, les pensions militaires d’invalidité, celles des conjoints et partenaires survivants, L’ONAC pour l’action sociale etc.

La mémoire collective et la situation internationale ne furent pas oubliées.

La reconduction du bureau et les principaux rapports ont été adoptés à l’unanimité.

Avec le rappel d’être présents au 101eme anniversaire de l’armistice de 1918, Les adhérents accompagnés des autorités civiles et militaires se sont rendus devant la stèle de la gare pour un dépôt de gerbe afin de rendre hommage aux cheminots morts pour la France.

Un vin d’honneur suivi d’un repas amical a clôturé cette assemblée.

Le Président Jean MARCHANDEAU