La Seyne sur Mer

Hommage à Pierre SEMARD

Le 7 Mars 2021, 79 ans après l’assassinat, en 1942 de ce résistant cheminot, le souvenir reste intact. Pour ne pas oublier cet homme courageux, combatif pour la Paix, pour la justice sociale, avec l’appui de la Municipalité de l’époque, du Syndicat CGT, de la Direction Régionale SNCF, sans omettre les cheminots de la cité SNCF, le 07 mars 1983, la cité ouvrière cheminote était baptisée officiellement « Cité Pierre SEMARD » par l’élévation d’une stèle.

Grand résistant, ne voulant pas être sous la domination de l’occupant, auquel nous associons de nombreux cheminots résistants n’hésitant pas à donner leur vie, il fut d’une grandeur exemplaire.

La situation particulière qui nous traversons aujourd’hui a quelque peu modifié la traditionnelle cérémonie. La présence de La Municipalité de la Seyne, représentée par M. BECCARIA, adjoint aux anciens combattants qui représentait Madame Nathalie BICAIS, Maire de la Seyne, le Comité de Coordination des anciens combattants, représenté par M.M MARAIS Alain, Président, Jean-Pierre MONTIGNY, Secrétaire, les associations patriotiques et leurs portes drapeaux, la FNACA représentée par Marc BERTOLOTTO, les Combattants volontaires par André VAUZELLE, l’ANCAC représentée par Jacques VANACLOY, le Syndicat CGT représenté par Messieurs MARIN et MAINFROIS, Mme MARIN secrétaire départementale de la CGT, les cheminots actifs et retraités ainsi que les résidents de la cité donnèrent une dimension honorifique.

La cérémonie, placée sous la houlette du maître de cérémonie, M. Guy JURAVER, débutait à 11h précises par les discours de Mme MARIN, secrétaire départementale de la CGT et par Louis DUTTO, président départemental de l’ANCAC. Puis, il fut procédé aux dépôts de gerbes par la CGT et la Municipalité, Messieurs BECCARIA et DUTTO au titre de la Mairie et de l’ANCAC qui fut suivi d’une minute de silence puis la Marseillaise et le salut aux drapeaux.

                                                                                                                      Louis DUTTO.