Paix

 

Le 19 septembre, à l’occasion de la journée internationale de la paix, le collectif marchons pour la paix a souligné le besoin d’accords de coopération et de maitrise des échanges dans les finalités servent le développement économique, social et humain.

Dans ces luttes, les peuples doivent pouvoir s’appuyer sur l’ONU et les rapports entre états, afin de remettre en cause le commerce des armes et de coopération Collective.

La France doit signer et ratifier le traité international contre les armes nucléaires (TIAN).

Le gouvernement, comme l’exige l’OTAN, porte le budget de la défense à 2 % du PIB et vient de doubler ses crédits consacrés à l’arme nucléaire.

Le monde occidental consacre en dépenses militaires 1822 milliards en 2018, alors que la crise liée à la COVID a mis en évidence les immenses besoins d’investissements en matière de santé, d’éducation, de services publics et de développement industriel, mais aussi de solidarité internationale.

La course aux armements est un échec total, elle ne permet pas d’assurer la sécurité là où les guerres se sont multipliées (Lybie, Syrie, Yémen, Sahel.

Seule la paix est la réponse.

 

« Qui veut la paix prépare la paix »