Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN)

L’entrée en vigueur le 22 janvier 2021 du traité sur l’interdiction des armes nucléaires, ratifié par 51 états est un véritable levier judiciaire pour les rendre à terme illicites. Aucun pays détenteur de la bombe A n’a signé pour l’heure ce traité.

Un moment important puisque, du point de vue du droit international, la bombe atomique sera désormais bannie comme le sont les autres armes de destruction massive (bactériologiques au chimiques). Seuls quelques dizaines d’états ont ratifié le texte, mais aucune puissance détentrice de la bombe (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni, Inde, Pakistan, Corée du nord et Israël). Ni aucun pays ou sont stationnées ces armes du fait de leur appartenance a l’OTAN (Turquie, Belgique, Italie, Allemagne Etc…).

Un accord international est le fruit d’une longue bataille. Il a été adopté par 122 états à l’organisation des Nations Unies.

En effet, depuis 1970, il existe un traité de non-prolifération (TNP) qui permet aux puissances nucléaires de conserver la bombe A, tout en s’engageant à travailler à réduire leurs arsenaux. Les autres pays ayant ratifié le texte, eux se voient interdits de développer la bombe. A partir de maintenant, les pacifistes ont un levier de plus pour faire avancer leur cause.  

Pour le Secrétariat National

                                                                                                       Robert BAPTIER