Les essais nucléaires dans le pacifique

En 1974, l’armée française dans le plus grand secret a procédé à des essais nucléaires en Polynésie.

Le Centaure, nom du 41ème essai nucléaire atmosphérique, effectué le 17 mars 1974 depuis l’atoll de Mururoa, situé à plus de 1000 kilomètres de Tahiti, a été un échec. Le champignon atomique s’est élevé moins haut que prévu, (5200 m au lieu de 8000 m), mais, surtout, il n’a pas pris la direction prévue par les autorités françaises, 42 heures plus tard, il enveloppait l’île de Tahiti, dont Papeete, les iles sous le vent et l’archipel des Gambier, là ou précisément a été mis en évidence un cluster thyroïdien.

 Selon l’enquête documentée par le livre « TOXIQUE », 110 000 personnes ont potentiellement été touchées par le nuage atomique.

Les conséquences sanitaires et environnementales des essais nucléaires français dans le pacifique, les effets de la contamination ont été minimisés, voir occultés. Les retombées des explosions ont tout contaminé sur leur passage. Les habitants et les territoires ont été exposés à d’intenses niveaux de radioactivité.

Mais les autorités militaires françaises ont persisté à les présenter comme « propres » et « sans conséquences » pour la santé des polynésiens. Il a fallu attendre 2016 pour que la France, admette un impact de ces essais sur l’environnement et la santé.

Les victimes peinent à démontrer un lien de causalité entre leur maladie et les retombées des explosions et les radiations.

Une bonne partie d’entre elles est exclue des procédures d’indemnisation, faute de données fiables sur la contamination des archipels.

Le secrétariat national.