Un décret flou

 

La Reconnaissance en maladie professionnelle des pathologies liées à la covid-19 est loin de satisfaire

Depuis le début de l'épidémie du SARS-CdV-2, les salariés poursuivant leur activité, parmi lesquels les cheminots, sont exposés à la contamination, à fortiori lorsque les mesures sanitaires mises en œuvre par l'employeur sont, comme le plus souvent, largement insuffisantes.

Le décret portant sur la reconnaissance de la COVID-19 en maladie professionnelle, annoncé médiatiquement dès le mois d'avril, n'a été publié que le 15 septembre et ce sans concertation préalable des organisations syndicales.

" ce décret n'est clairement pas à la hauteur de l'engagement professionnel de celles et ceux qui ont assuré, et assurent, leurs missions au péril de leur santé.

Beaucoup trop restrictif et source d'inégalités entre secteurs professionnels et entre catégories de salariés, le tableau de reconnaissance ne mentionne que les personnels soignants. De plus, il limite la reconnaissance aux formes les plus graves de pathologies pulmonaires.

Tous les autres salariés et les soignants ayant contracté le virus dans le cadre du travail, mais sous une forme moins grave, devront solliciter un comité spécifique de reconnaissance des maladies professionnelles.