Mémoire d’avenir

 

 

Le 29 octobre 2016 restera dans l'Histoire de France comme une date marquante pour les Tsiganes, Gitans et Voyageurs. Ce jour, où le président de la République a officiellement reconnu la responsabilité de l'État français dans l'internement des nomades entre 1940 et 1946, réhabilite enfin la place des victimes et de leurs familles dans notre mémoire collective.

Cette reconnaissance officielle fait suite à un long et indispensable travail de mémoire mené sur le terrain par les familles, le plus souvent accompagnées d'associations comme l'ANGVC (Association nationale des gens du voyage citoyens) et la FNSAT, Fédération nationale des associations de soutien et d'aide aux Tsiganes. Une fédération qui regroupe 80 structures, dont l'Association départementale des gens du voyage citoyens de Loire-Atlantique (ADGVC 44).

Depuis maintenant près de dix ans, l'ADGVC 44 a exhumé, sans relâche, les noms de 567 Tsiganes internés, dont nombre d'enfants, au camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière. Un site moins connu que celui de Montreuil-Bellay (49), mais qui fait tout autant partie de notre histoire collective. Celle de citoyens français victimes d'une logique folle et barbare reposant sur l'idée de « la pureté de la race ».

« Une blessure jamais oubliée », selon les mots de François Hollande, qui a durablement marqué les habitants de Moisdon-la-Rivière.

Soutenue dès l'origine du projet de pose d'une « stèle du souvenir » par André Lemaître, le maire de Moisdon-la-Rivière ; Mohamed Saadallah, le sous-préfet de Châteaubriant/Ancenis ; Dominique Raimbourg, le président de la commission nationale consultative des gens du voyage ; ainsi que par les élus et les parlementaires de la Loire-Atlantique ; des artistes à la renommée internationale tel le guitariste Titi Robin et le groupe angevin Lo'Jo ; Emilie Jouand, Marie-Christine Hubert et Henriette Asséo, historiennes spécialistes de la question de l'internement des Tsiganes en France et en Europe ; et par des citoyens ordinaires...

... l'ADGVC 44 a le plaisir de vous inviter à participer à une Journée de la Mémoire, organisée sur le site de la Forge, à Moisdon-la-Rivière, le samedi 27 avril 2019, journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation.

A cette occasion, aura lieu la pose officielle d'une Stèle du souvenir où seront gravés à jamais ces quelques mots : « Ici, 567 familles Tsiganes et autant de Républicains espagnols ont été internés. Avec l'ADGVC 44, souvenons-nous. »

Comme l'a magnifiquement écrit le poète et dramaturge espagnol, Federico Garcia Lorca : « Rien n'est plus vivant qu'un souvenir ».

Dans cette conscience qu'il faut savoir faire mémoire commune pour bâtir collectivement les fondations républicaines du vivre ensemble

 

Yannick Perron président de l'ADGVC 44