Pierre Semard

La mémoire de Pierre SEMARD occupe une place particulière à la fois dans la corporation cheminote mais plus encore dans notre association dont il est un des fondateurs en 1931.

L’hommage à Pierre SEMARD offre à chaque fois l’occasion aux cheminots militants syndicaux ou pas d’honorer la figure devenue légendaire après qu’il eut été fusillé comme otage par les nazis, le 7 mars 1942, et qui reste présente et symbolise l’engagement des cheminots dans l’action patriotique Pierre SEMARD fut un des dirigeants ouvriers dont le passage dans la politique n’effaça pas les idéaux et les valeurs qui avaient présidé à ses premiers engagements.

Homme de fidélité jusque dans la mort, son exécution, au bout d’un long chemin militant, frappe un homme incarnant une corporation dont il avait été le porte-parole dans les moments les plus forts de ses luttes : son autorité syndicale au temps du front populaire puis de la naissance de la SNCF, donne, à son exécution qui voulait à la fois discréditer le communisme et le syndicalisme une dimension symbolique.

Au début de l’année de l’année 1942, Pierre SEMARD, au lieu d’être libéré au terme de sa peine est transfère par les autorités de Vichy, de Bourges au camp d’internement de Gaillon. Le 6 mars, il est dirigé sur la prison d’Evreux ou le lendemain il est fusillé à la demande des autorités Allemandes au titre d’otage. Une lettre manuscrite datée de ce jour appelle les cheminots a l’action contre les Nazis. Des obsèques officielles sont organisées par le PCF le 7 mai 1945. Le cercueil est installé en gare de Lyon à Paris d’où le cortège funèbre se dirige vers le cimetière du père Lachaise.

La figure de Pierre SEMARD s’inscrit des lors dans la mémoire comme un symbole de son engagement patriotique et de sa fidélité aux idéaux de justice sociale

Le secrétariat national