Journée Internationale des droits de la femme

Hommage aux femmes dans la Résistance.

Margueritte VALLINA

 

Aujourd’hui j’ai décidé de rendre hommage à une femme résistante Charentaise de mon département.

Margueritte VALLINA neé MAURIN le 14 janvier 1906 à Moings (Charente Maritime). Ses parents sont boulangers à Jarnac Champagne où Margot va à l’école communale jusqu’au certificat d’études, puis à Javrezac. Elle a une sœur et deux frères.

En 1927 à Cognac (Charente). Elle épouse Lucien VALLINA né en 1906 en Espagne, à force de volonté et de sacrifices il acquiert le métier de chauffeur pois lourd.

Margot et Lucien ont trois enfants Jean en 1926 Lucienne en 1928 et Serge en 1934, mais la guerre d’Espagne se profile et Lucien rejoint l’armée Républicaine Espagnole pour se battre contre l’armée de Franco. Margot l’avait suivi mais revient quelques temps après pour participer à l’organisation de l’aide aux réfugiés Espagnols. Lucien lui est incarcéré au camp de Gurs sous la surveillance de la police Française, elle réussit avec courage à le faire libérer et ils rentrent à Cognac, mais déjà la guerre va se déclarer et Margot et Lucien vont entrer en Résistance en suivant leurs convictions politiques ils sont communistes.

Dés le début de l’occupation Lucien VALLINA est du premier groupe de combat auquel succèderont les Francs-tireurs et partisans FTP. Il encadre surtout des antifascistes Espagnols.

De son côté Margot héberge des combattants, transmet les consignes, recherche des cachettes pour les armes, des abris pour les saboteurs et c’est ainsi qu’elle envoie des hommes loger à la ferme de son amie d’enfance Alice LAILBAULT, fait la liaison avec Annette Epaud à La Rochelle et Paulette BRILLOUET à Angoulême.

En mai 1942 Margot et Lucien hébergent Ferdinand Vincent pendant une dizaine de jours, car il vient de plonger dans la clandestinité.

A la mi-juillet 1942 vers 6 heurs du matin Ferdinand VINCENT arrive chez les VALLINA il est en fuite après un échange de coups de feu qui lui a permis d’échapper à un piège tendu par un commissaire Français et la Gestapo devant la gare de Jonzac.

Le 28 juillet 1942, à 5 heures du matin les inspecteurs Français et la Gestapo arrêtent toute la famille VALLINA, le mari, la femme, le fils aîné de 16 ans, la cadette de 13 ans marquée à vie et le petit dernier 7 ans.

Ils ont été dénoncés par Ferdinand Vincent retourné par le service de police spéciale de Bordeaux.

Lucien VALLINA est fusillé le 21 septembre 1942 au camp de Souges près de Bordeaux, il avait 36 ans, Margot est incarcérée à la caserne BOUDET à Bordeaux où elle fut torturée puis au fort du Ha avant d’être internée à Romainville et déportée à Auschwitz Birkenau convoi du 26 janvier 1943, elle y décédera en février 1943.

Le fils aîné a été relâché après que son père a été fusillé, mais il est de nouveau arrêté en novembre 1942 et déporté au KL Sachsenhausen le 28 avril 1943, il est libéré le 21 avril 1945, mais les enfants n’apprendront qu’en 1947 la mort de leur mère.

Voilà l’histoire de cette famille de Cognac qui à réagit pour défendre notre pays à l’invasion allemande et qui fut durement frappée par la répression Allemande et Française.

N’oublions jamais ces anonymes qui firent la grandeur de la France.

Annette COLAS