Allocution de Philippe Delespaux à la gare de l’est 10 Aout 2021

 

Chaque année à la même date, nous nous réunissons pour commémorer la grève insurrectionnelle du 10 août 1944, elle constitue une des clés des Parisiens contre l'occupant nazi.

 

Chaque année nous nous rappelons le sacrifice de ces résistants de ces anonymes. Mais ce qui a amené l’héroïsme des cheminots en 1944 doit être connu des plus jeunes générations, En ce sens cette commémoration qui précède celle de l'arc de triomphe dans la soirée doit avoir valeur pédagogique.

 

Oui l'amour de la paix, de la fraternité, de la liberté, de l’égalité, l'espoir d'un avenir meilleur, le refus de l'ordre établi de l'occupant ont été les moteurs de celles et ceux qui se sont engagés, parfois au péril de leur vie, dans la résistance.

 

Le dire, le répéter constitue une modeste pierre à l’édifice de la mémoire collective quand tous les moyens sont utilisés pour gommer, effacer de la mémoire les réalités de cette période.

 

La grève du 10 août 1944 a contribué sans aucun doute, avec d’autres évènements, au soulèvement des Parisiens pour libérer Paris.

Mais cette grève insurrectionnelle n’est pas arrivée toute seule, elle est la suite de plusieurs évènements qui l’ont précédé :

  • Le 1er mai et le 14 juillet 1944, les cheminots participent aux grèves et aux manifestations. Nombre d’entre eux sont arrêtés, déportés.
  • Le 6 août, la fédération CGT des cheminots, encore dans la clandestinité, dépose un ultimatum à la direction de la SNCF. Elle exige avant le 10 août la libération de milliers de résistants emprisonnés et que satisfaction soit donnée à plusieurs revendications.
  • Le 10 août 1944, les Organisations syndicales appelaient les cheminots à la grève afin de paralyser les transports ferroviaires des troupes hitlériennes.
  • Dans la matinée, la grève est votée à Villeneuve-st Georges, à Vitry sur Seine, à Montrouge, aux Batignolles, à la Chapelle, à Noisy le Sec…
  • Dans la journée, ce mouvement gagne d’autres ateliers. Au soir du 10 août des milliers de cheminots sont en grève dans une vingtaine d’établissement, l’action se développe dans les gares et les dépôts.
  • Le 17, le trafic ferroviaire est sérieusement perturbé dans la région parisienne.
  • Le 18 août c’est la grève générale et l’insurrection.

Beaucoup de cheminots ont perdu la vie au cours de ces journées, en témoignent les noms de Georges TOPENOT et Jean DIRAND fusillés par les Allemands le 19 août au pied de cette passerelle.

Il faut se souvenir que le soulèvement Parisien et la libération de la France n’est pas un évènement spontané mais bien le fruit d’hommes et de femmes qui dès 1940, alors que la CGT œuvrait dans la clandestinité, ont choisi la résistance à l’occupant au péril de leur vie et de leur famille. 

Des morts, les cheminots en ont compté 1370 dans les combats ou les destructions, citons ici Pierre SEMARD, Auguste GARNIER, Jean CATELAS ou encore Georges WODLI tous dirigeants de la fédération CGT.

 

Le programme issu de l’ensemble des forces françaises de la résistance réunies dans le CNR fixait des objectifs de progrès social mais surtout de liberté :

  • Liberté de la presse, des associations, de manifester, droit de grève.
  • Sécurité sociale, droit à la santé, à la retraite, statut de la fonction publique,création des Comité d’Entreprise. Le droit aux loisirs, à l’instruction, à la culture, au travail et à un revenu décent.
  • En matière économique, le programme se donnait les moyens du contrôle par la nation des secteurs clés de la vie économique soustraits aux appétits individuels par la nationalisation: La production d’énergie, les communications et les transports.

Parce qu’il constitue encore notre quotidien, ce programme n’appartient pas au passé, il porte des valeurs d’émancipations humaines et de civilisations. Il se conjugue au présent et notre devoir est de le faire connaître aux jeunes générations.

 

Bien sûr aujourd’hui la paix est revenue sur notre pays, néanmoins nous traversons une crise sanitaire sans précédent.

Sanofi a annoncé le rachat pour 3,2 milliards de dollars de l’américain Translate Bio, spécialiste de l’ARN messager, une technologie novatrice notamment utilisée dans les vaccins anti-Covid.

Pendant que des Français meurent, les affaires continuent !

Depuis le mois de mai, un mouvement mondial réclame la levée des brevets portant sur les vaccins anti-Covid, pour que ceux-ci soient considérés comme un bien public, un vaccin du peuple.

 On a fermé des lits de réanimation, créés avec la première vague, indispensables à la gestion de la crise au niveau national. Certaines organisations syndicales avancent le chiffre de 1800 lits supprimés ou figés.

Les soignants hier applaudis et qualifiés de héros du quotidien, sont aujourd’hui menacés de mises à pied ou de licenciement.

 

Pire encore un ex-dirigeant du FN surfe sur la vague de l’amalgame antivax’= anti-passe.

 

La faiblesse de la communication gouvernementale a remis en selle ce cheval de retour, il se permet de comparer, de façon scandaleuse, la passe sanitaire avec l’étoile jaune instituée par les nazis avec la loi anti-juif du 7 juin 1942.

 

 

Le respect des droits des salariés et la mobilisation pour en conquérir de nouveaux

C’est le sens du combat mené par la CGT et la fédération des cheminots lorsqu’elle s’oppose au démantèlement de l’entreprise publique de service public

Devant la remise en cause des acquis sociaux, pas plus qu’hier, la CGT pour aujourd’hui et pour demain continuera d’exiger de nouveaux droits pour les salariés.

 

Merci de votre attention