Fusillés de Souge

 

77ème anniversaire

 

Il y a pourtant des dates anniversaires que l'on ne souhaiterait jamais célébrer. Les 80 ans jour pour jour de l'exécution de 50 juifs, résistants, communistes, ici même au camp de Souge en fait partie. D'autant plus qu'ils étaient hélas, les premiers d'une longue liste de supplices et d'assassinats perpétrés en ce lieu par l'Occupant.

Pendant la seconde guerre mondiale, ce sera au total 256 prisonniers qui furent exécutés au camp de Souge, otages, combattants, résistants, voués à une mort sans sépulture, martyrs et héros.

Parmi les hommes fusillés le 24 octobre 1941, certains avaient 18, 20 ou 21 ans. Leur seul crime était de vouloir résister à une idéologie mortifère dépourvue de toute humanité.

Nous leur rendons chaque année ce vibrant hommage, eux qui, fidèles à une haute idée de l'Homme, ont refusé de fouler aux pieds la dignité humaine, même face au déchaînement de violence et de haine par lequel le régime nazi s'est illustré.

La résistance, écrivait le philosophe Alain, est la vertu du citoyen par laquelle il assure la liberté. Les fusillés que nous honorons nous laissent ce message en testament.

Nous leur en sommes éternellement reconnaissants.

C'est pour cet héritage, pour eux et les générations futures, que le devoir de mémoire s'impose à toutes et tous. Se souvenir de ces vies brisées, de ces engagements, de ces sacrifices.

Souvenons-nous en effet de ces hommes, de leurs familles éplorées et endeuillées, de cette période sombre de notre histoire. Car en plus de ces hommes, leurs proches, leurs familles, leurs épouses ont été victimes de ces atrocités. Je pense entre autres à Germaine Cantelaube et Elisabeth Dupeyron, engagées avec leurs maris, dans la Résistance qui furent arrêtées, torturées, et qui moururent en déportation pendant que leurs maris étaient  fusillés ici-même.

Ce lieu inspire au recueillement, à la mémoire de tous ceux qui ont perdu la vie pour défendre leurs idéaux, leur pays. Le temps pourtant poursuit son œuvre.

Et en ces temps où des forces obscures tentent de rompre tous les liens, attaquant les libertés de tous, leur exemple et notre passé tragique ne doivent jamais être oubliés afin que l'ignominie ne soit jamais tentée de réapparaître et que ces lieux soient toujours honnorés, pour que vive la France.