Paray le Monial

 

22 août 1944

Il y a 78 ans le maquis de Saint Julien a pour mission de neutraliser la garde allemande pour libérer des détenus enfermés dans un train venant de Clermont Ferrand et à destination du camp de Natzweiler-Struthof.

L’opération est lancée à l’aube. Le train de déportés est là : il y a aussi des trains de marchandises, un train de matériel lourd avec batteries anti-aériennes, des trains de troupes allemandes, de miliciens se repliant sur l’Allemagne tous arrivés dans la nuit.

La reconnaissance effectuée la veille ne laissait prévoir un tel déploiement de force.

D’abord surpris par l’attaque des maquisards, les Allemands contre-attaquent et anéantissent l’offensive qui se traduira par un massacre. 29 morts, les uns morts au combat, les autres faits prisonniers ou blessés et exécutés sur place.

Sur la façade de la gare SNCF deux plaques rappellent ce massacre.

Tous les ans, une cérémonie a lieu. Sur parcours jalonné de 5 stèles, des gerbes sont déposées, dont une en gare SNCF, par deux anciens cheminots adhérents à l’ANCAC.

L’un d’eux ami et doyen de notre section se souvient de cette journée. Rejoignant son domicile avec un camarade après leur travail à l’atelier des locomotives, ils ont été interceptés par deux allemands pointant leur fusil chargé sur leur poitrine.

Il avait 18 ans.

Chapuis Roger