Promenade des accompagnants

Pendant la tenue du conseil national en Mairie du 10ème à Paris,

Les accompagnants (es) sous la conduite de Viviane Hetes et Christiane Baptier

ont visité les quais de Seine, la mairie de Paris, les Halles et le centre Beaubourg

 

10Aout 1944 – 10 Aout 2019

75eme anniversaire de la grevé insurrectionnelle des cheminots.

Le 10 Aout 1944 représente pour les cheminots une date importante dans ce qui va devenir l’insurrection du peuple de Paris.

Pour ce 75eme anniversaire une première cérémonie s’est déroulée au monument aux morts de la gare de l’est des gerbes furent déposées par madame Catherine MARSAULT directrice du Transilien. Robert BAPTIER Président national, Jean MARCHANDEAU Président du réseau Nord, Est, André LIERRES Président du réseau Sud-Ouest, Philippe DELESPAUX pour la Fédération CGT des cheminots, Maxime LEFRANCOIS pour le comité d’établissement (CASI). A noter la présence de Didier LE RESTE conseiller de Paris.

Dans son intervention au nom de la CGT, Philippe DELESPAUX rappelle le sacrifice de ces résistants, mais aussi ce qui a amené les cheminots à la grève insurrectionnelle.

A l’ouverture du Conseil National réuni ce même jour, à la mairie du 10eme arrondissement, Robert BAPTIER Président national, énuméra les divers points concernant le social à  la SNCF, les droits des anciens combattants et veuves. Il insista sur les futures actions à mener principalement la campagne double. A la suite, le vin d’honneur était offert par la mairie du 10eme arrondissement. Un repas convivial fut servi au restaurant « Le Saulnier ».L’après-midi fut consacré à la visite de l’Opéra GARNIER.

 La journée se terminait par le traditionnel rendez-vous annuel à l’Arc-de-triomphe.

Des 18 heures, environ 200 personnes, une forte délégation de la fédération CGT des cheminots, de l’Orphelinat (ONCF) avec la présence de pupilles.

Une trentaine   de porte-drapeaux ainsi que de nombreuses personnalités avaient répondu à notre invitation.    

  • Daniel JOURNIAU de la direction des ressources humaines représentant M. Guillaume PEPY président de la SNCF.
  • Robert CREANGE vice-président de l’UFAC représentant M. Dominique LEPINE président de l’UFAC.
  • Philippe BEAUDELOT représentant l’amicale de Chateaubriand-Voves-Rouillé-Aincourt.
  • M Gérard COUSIN de l’Orphelinat National des Chemins de Fer, accompagné d’une délégation d’une vingtaine de pupilles.
  • M Thierry NIER  Secrétaire adjoint de la Fédération CGT des cheminots.
  • M Patrick CHAMARET Président de l’Institut d’Histoire Sociale Cheminots.
  • M Guy HERVY représentant le Comite Parisien de Libération.
  • Mme Michelle ASSERE représentante de la Fédération Nationale des Déportés Internés Résistants

Il faut saluer la fidélité, la présence de nombreux militants de l’ANCAC, les porte-drapeaux qui malgré les difficultés manifestent leur attachement à cette cérémonie du 10aout, s’ensuivit le dépôt de gerbes et de coussins sur le tombeau du soldat inconnu et les sonneries d’usage. Robert BAPTIER, Jean-Pierre COLAS et Jean MARCHANDEAU Apres le traditionnel ravivage  de la flamme, rendirent hommage aux porte-drapeaux et saluèrent l’assistance.

Robert BAPTIER Président national

 

L’Opéra Garnier à Paris

Le plafond de Marc Chagall

 

 

 

 

Avec les grands travaux du baron Haussmann à Paris Napoléon III décide de la construction d’un théâtre lyrique dans paris, Charles Garnier, grand prix de Rome, sera finalement retenu pour l’édifier.

Le site choisi ne plait pas à l’architecte, les immeubles entourant l’opéra plus hauts que lui ne permettre pas de profiter de la vue des façades. Garnier aurait souhaité entourer son œuvre de jardins  afin de le davantage mettre en valeur.  Conjointement l’avenue de l’opéra est percée, pour des raisons de proximité avec la résidence impériale située au Louvre. Cette large avenue répondait aussi aux préoccupations pour la sécurité de l’empereur après l’attentat, perpétué contre lui, en 1858, dans l’étroite rue le Pelletier.

Les travaux par suite d’errements et de revirements engloutiront 36 millions de francs or et dureront 15 ans. L’inauguration a donc lieu le 5 janvier 1875, après diverses péripéties et interruptions des travaux, dont la guerre de 1870.

Le monumental escalier, situé après le grand vestibule, est superbement décoré. Le grand foyer, réalisé sur le modèle de la galerie des glaces du château de Versailles, constitue le joyau de cet édifice. Il est encadré par deux rotondes, le salon du soleil et le salon de la lune. Malheureusement le financement venant à manquer  plusieurs pièces ne seront jamais décorées. C’est le cas de la galerie du fumoir abritant aujourd’hui un musée.

La grande salle est un théâtre à l’italienne sur cinq niveaux et environ vingt mètres de haut, surplombée de la coupole redécorée par Marc Chagall en 1964 sur décision d’André Malraux alors ministre de la culture. Elle est éclairée par un lustre de cinq mètres de diamètre et pesant environ huit tonnes.

Le roman de Gaston Leroux le Fantôme de l’Opéra, paru en 1910, situe son action dans la loge N°5 rebaptisée depuis la loge du Fantôme de l’Opéra, ornée d’une plaque depuis 2011. 

 

                                                                       Philippe Delespaux

 

Ouverture du conseil national par Robert Baptier

 

 

Deux mois et demi viennent de s'écouler depuis notre assemblée générale nationale. Nous pouvons saluer sans dommages la fin heureuse de la canicule. aujourd'hui comme chaque année depuis 1967 nous commémorons la grève déclenchée le 10 août 1944 à l'initiative des cheminots qui fut déterminante dans la libération de Paris. Elle s'inscrit dans l'histoire de notre lutte pour nos libertés et notre indépendance. En cette année 2019 pour ses 75 ans nous ferons de la commémoration un symbole pour faire œuvre de mémoire et pour que l'histoire n'oublie pas dans toutes les régions de la France occupée.  Les cheminots ont su s'organiser résister pour chasser l'occupant, susciter des arrêts de travail, des grèves.  La grève partie de la région parisienne a eu un effet prépondérant dans l'insurrection populaire et la libération de la France. Nous saluons  la mémoire de tous les combattants français et alliés tombés pour la libération du pays. Pendant ces 5 années de guerre, de multiples arrêts de travail, d'actions revendicatives viennent s'ajouter aux actes de sabotage et entretenir et développer l'esprit combatif à l'appel du comité central de grève des cheminots. Le10 aout la grève insurrectionnelle est lancée. Elle débute dans les gares de Vitry, Villeneuve, Noisy-le-Sec, La plaine, Montrouge, Charolais et la Villette. Les arrêts de travail s’enchainent.

 

Dans les jours qui suivent la grève générale touche les grandes villes comme Nice Toulouse Marseille Draguignan. Les 18 et 19 aout Toulouse déclenche la grève. Le drapeau tricolore est hissé à MATABIAU.

S'en est fini pour le moment de la canicule dans les hôpitaux les EHPAD, les urgences sont en permanence au bord de la rupture et leurs personnels sont en grève depuis plus de 4 mois.

Les pompiers sont confrontés à des interventions toujours plus nombreuses avec des effectifs inchangés par rapport aux besoins.

À l'école à l'université les vacances ne changeront rien avec le rejet de la réforme Blanquer.

Le calme relatif à la SNCF ne doit pas faire illusion. Le gouvernement a lancé ses brûlots sur les retraites et l’assurance chômage au début de l’été. Macron a un objectif bien précis porter un coup fatal aux différents régimes de retraite au profit d'un système unique dans le même temps la réforme ferroviaire fragilise le financement du régime spécial des cheminots à statut.

Comment dit-on déjà ? pour l'instant ça va ….

La politique étrangère en France et dans les pays de l’Europe n'existe pas. Les bruits de bottes se font pressant du côté de l’Iran alors que les crises s’enlisent en Syrie et au Vénézuela.

L’Accord de l'Union européenne sur le Mercosur et le CETA est en cours, et dont nous ne connaissons pas le réel contenu ils veulent nous faire manger de la viande latino-américaine issue de l'élevage intensif bourrée d'antibiotiques, amarré aux griffes de l’agrobusiness Qui se soucie peu de la planète avec la déforestation au Brésil.

Sur la situation générale vous l'entendez chaque jour à la télévision ou à la radio la situation économique se dégrade de jour en jour. Fermetures d'usines, d'entreprises, les villages et les villes de province voient le service public raréfié vous pourrez bientôt acheter votre billet de train au bureau de tabac du coin c'est cela le progrès voulu par le gouvernement macron. La loi pour un nouveau pacte ferroviaire de juin 2018 va transformer le Groupe Public  Ferroviaire (GPF) et ses filiales on a un Groupe Public Unifié (GPU) au 1er janvier 2020. Si cette réforme devait se mettre en place en l'état elle impacterait l'ensemble des activités des cheminots, les activités voyageurs et marchandises.

L'annonce de l'arrêt du train reliant Perpignan à Rungis : ce train de primeur est une des liaisons ferroviaires qui acheminent des produits frais. Une mobilisation massive a permis de retarder ce projet.

Il faut aussi soutenir le référendum d’iniative partagée (RIP) contre la privatisation d’Aéroports de Paris.

Concernant la campagne double, les dérisoires retombées du décret censé apporter la réponse du gouvernement à cette question, provoque de la colère. La FNACA avait saisi le défenseur des droits pour lui affirmer le caractère spécifique de la guerre d’Algérie qui écarte ipso-facto les participants du bénéfice des mesures accordées aux autres générations du feu…

Nous entendons bien faire valoir que la volonté politique doit surmonter ces obstacles juridiques ces conditions sont discriminatoires en ceci qu’elles n’ont été prises que pour des impératifs budgétaires.   

Les mesures rognant le pouvoir d’achat ne cessent de tomber. Notre devoir est de réagir, nous l’avons fait le 04 juin dernier chez les cheminots pour dire non au blocage des pensions de retraite pour une fiscalité plus juste. Il est prévu des moments d’actions du septembre. Les attaques incessantes sur la Sécurité Sociale créée en 1945 dans un pays en ruine fut conçue par le conseil National de la Résistance. Comme un système universel démocratique accessible à tous. Qui pourrait nous faire croire aujourd’hui que ce système n’est plus viable. Les veuves attendent toujours le rétablissement de la demi-part fiscale, il faut revaloriser la retraite de CBT.

Mon prédécesseur Robert MOULLIERE est intervenu par courrier auprès du premier ministre pour la campagne double, cette lettre est pour l’instant restée sans réponse. Au cours de l’Assemblée Générale de l’UFAC, Robert est intervenu auprès de la secrétaire d’état, elle à reconnu que le décret du 10 juillet 2010 ne réglait en rien la situation. Elle avait acceptée de se pencher sur le dossier en nous demandant de lui fournir des éléments supplémentaires.

Le dossier de la campagne double nous rappelle que cette guerre sans nom, décidément, on n’en aura pas fini. Cette histoire encore à vif. Cette mémoire empêchée, censurée, un travail de longue haleine de l’ANCAC pour faire vivre notre demande de campagne double.

 Ce combat que nous menons nous rappelle cette guerre, notre engagement en AFN, nos douleurs. Comment oublier ce passé qui nous colle à la peau, nous, les appelés du contingent. Mais l’histoire nous rattrape avec ce mépris à notre égard, continuons notre action c’est toujours le temps passé en opération de guerre qui justifie l’octroi de la campagne double aux autres générations de feu. En effet, aucun document officiel ne permet aux anciens combattants d’établir le nombre d’actions de feu ou de combat qu’ils ont essuyé le décret les met dans l’impossibilité de démontrer quoi que ce soit. Ce qui les prive purement et simplement du droit à réparation qu’ils tiennent de la loi de 1924 en raison de leur participation à des opérations de guerre.  

L’ANCAC veut fédérer les autres associations d’Anciens Combattants sur cette revendication.

Il est indispensable de s’unir pour agir avec efficacité. Pour rester les porte-voix des intérêts de nos adhérents.

Robert BAPTIER

 

Journée du 10 Août 2019

 

75éme anniversaire de la grève Insurrectionnelle des Cheminots

Elle a commencé par le dépôt de gerbes en gare de l’Est par le Président Robert Baptier et Jean Marchandeau suivie la lecture du message de la CGT de la gare de l’Est par   Philipe Delespaux. 

Les délégués de l’ANCAC se sont rendus à la mairie du 10éme arrondissement de Paris pour tenir leur conseil National en présence d’une soixantaine de participants.

Le Président Robert Baptier a donné la liste des excusés, il nous a présenté le déroulement de la journée et communiqué tous les rapports

Puis grande discutions sur la double campagne et les solutions afin d’aboutir sur le temps passé, avec le retrait du décret 2010.

Nous avons eu le plaisir de voir notre camarade Jacky Lebreton à qui nous souhaitons un prompt rétablissement.

Nous avons pris notre repas au restaurant Le SAULNIER avec 71 participants.

Notre sortie à l’Opéra Garnier a été très appréciée.

A 18h30 cérémonie à l’Arc de Triomphe avec une bonne participation des sections, des camarades de la CGT, et les enfants de l’ONCF qui ont déposé une gerbe ainsi que le Président Robert Baptier, le Vice Président Jean-Pierre COLAS assisté de Jean Marchandeau ils ont participé au ravivage de la flamme, il ont  signé le livre d’Or et remercie les porte-drapeaux, les participants et les organisateurs de la flamme.

Nous remercions les sections qui ont fait l’effort de participer à cette journée Historique.

 

Le Bureau National