REAGIR ET AGIR

A l'attention des cheminots anciens combattants en Algérie

Le comité de Réseau Sud-Ouest de l'association des cheminots anciens combattants s'est réuni à Bordeaux le 24/01/2019. Il a décidé de continuer son action pour l'obtention d'une véritable double campagne basée sur le temps passé en territoire et non sur les actions de feu par journée, répertoriées par l'Autorité Militaire et transmises à la caisse de prévoyance SNCF à Marseille.

A cet effet, de nombreux cheminots appelés du contingent 1954/1962 ont reçu un courrier de la caisse leur indiquant la prise en charge ou non de la double campagne selon leur situation.

Certains obtiendront des sommes dérisoires, d'autres n'obtiendront rien, ce qui représente un véritable scandale et une atteinte à notre dignité d'ancien combattant.

Aussi nous vous proposons d'agir pour NOS DROITS et de contester par écrit, au plus vite dans le cadre du délai imparti (deux mois maxima après réception de la lettre de la CP) auprès de la commission de recours, comme indiqué sur votre lettre.

A titre indicatif, nous vous soumettons un texte de lettre à envoyer à Monsieur le Président de la commission de recours amiable en fonction des éléments que vous avez à votre disposition.

Nous vous invitons à riposter et agir pour que tous les cheminots anciens combattants d'Algérie bénéficient du DROIT à une véritable double campagne, conformément à la loi du 14/04/1924 appliquée à tous les autres conflits.

 

Fraternellement,

 

Le Président du Réseau Sud-Ouest ANCAC André LIERES

CONSEIL SOCIAL ET ECONOMIQUE

 

La réforme du groupe public ferroviaire à des conséquence sur les comités d’entreprise et le CGPF (ex CCE).

La mise en service des 33 comités sociaux et économiques (CSE) entraine la fusion des CHSCT (comité d’hygiène, sécurité et condition de travail) et le CE, les délègues du personnel sont regroupés au sein d’une instance unique. Le comité social et économique (CSE) se substitue aux instances historiques. C’est tout le modèle construit par les luttes qui est remis en  cause et toute l’activité de proximité qui est détruite au 1er Janvier 2019. 7000 mandats de délègues du personnel et CHSCT sont supprimés.

Depuis que la loi du 4 Aout 2014 qui a éclaté l’entreprise SNCF en trois EPIC distincts (épic de tète, SNCF réseau, SNCF mobilité) le comité central d’entreprise CCE cède sa place au CCGPF. Nouveau changement au 1er Janvier 2019, les 28 comités d’entreprise laissent la place à 33 comités social et économique (CSE, 6 à réseau SNCF, 26 à SNCF mobilité, 1 à Epic SNCF).

Toutes les activités sociales de proximité vont se complexifier avec ces nouveaux périmètres.

Au-delà de tous ces aspects techniques et juridiques ce sont les cheminots et les retraités qui perdent encore un peu plus des droits acquis par les luttes.

                                                                       Le secrétariat national

 

La Rose Résurrection de Ravensbrück

 

Le rosier  « Résurrection » a été créé par Michel Kriloff pour l'Amicale des Anciennes déportées de Ravensbrück à l'occasion du 30éme anniversaire de la libération de ce camp de femmes, situé à 80 kms de Berlin, il fut le principal camp de concentration, 132 000 femmes et enfants y furent déportés, 90 000 y moururent.

Près de 10 000 Françaises y furent déportées, la rose <<Résurrection>> hommage à ces femmes et enfants déportés, est un symbole fort.

Elle change de couleur, elle nait bouton rouge, puis s'entrouve et libère de pâles touches roses et or.

Marcelle Dudach Roset déportée explique dans un poème la signification de cet hommage

<<je suis Résurrection>>

 

Et tout au long des ans

Tout au long des saisons

Je resterai le témoin de vie

Qui protègera de la barbarie

Tous les enfants du monde

Même lorsque je serai devenu églantine

Illuminant tous les chemins.

 

Aujourd'hui le rosier devrait pousser à côté de tous les monuments qui rendent hommage aux martyres de la déportation.

Amie de l'ANCAC

Annette COLAS

POUR LE RESPECT DE NOS DROITS

Notre assemblée générale nationale qui vient de se tenir le 22 mai à paris a permis aux délégués de dresser le bilan de ces deux dernières années, tracer des perspectives et définir les orientations pour les deux années à venir.

Les résolutions adoptées par les participants s’inscrivent dans une ambition : celle d’un avenir meilleur pour l’ensemble des anciens combattants, veuves et ami(e)s, du respect de nos droits à réparation. L’ANCAC regrette que les anciens combattants ne bénéficient pas d’un ministre ou d’un secrétaire d’état de plein exercice avec un budget lui étant alloué en propre.

Il y a urgence, de faire évoluer la valeur du point d’indice de PMI de manière progressive pour arriver au rattrapage espéré.

Dans le cadre de l’égalité des droits, nous continuons à réclamer l’extension du bénéfice de la campagne double en fonction du temps de présence pendant la guerre d’Algérie et des combats de Tunisie et du Maroc.

L’attribution de la demi-part fiscale en faveur des conjoints survivants et plus et plus particulièrement des veuves dès lors qu’elles sont âgées de 74 ans et plus.

Si ce mois de mai est riche d’évènements, en particulier les élections européennes qui n’apporteront pas les changements souhaités, on se souviendra des commémorations du 8 mai 1945. Aussi, il y a 75 ans, au petit matin du 6 juin 1944, une nuée de barges militaires à recouvert la Manche, pour déverser sur les plages de Normandie des dizaines de milliers de soldats venus des quatre coins du globe, pour libérer la France. Un tournant de la seconde guerre mondiale, célébré à travers une série d’hommage.

Mais nous avons également à cette Assemblée Générale, décidé de notre participation et de notre soutien à toutes les actions qui seront menées dans le cadre de la défense des intérêts des cheminot(e)s et de faire face aux politiques gouvernementales qui s’attaquent à nos retraites. Nous aurons l’occasion de nous retrouver le samedi 10 aout, pour rendre hommage à tous les cheminots résistants, fusillés, morts en déportation, lors de notre cérémonie sous l’arc de triomphe à Paris.

Je salue à nouveau mon prédécesseur à la présidence de l’ANCAC, notre camarade Robert MOULLIERE qui à défendu pendant 10 ans nos droits d’anciens combattants et veuves.

Robert BAPTIER

Président National