Message -pour le 11 novembre 2020

 

 

 Téléchargement du message  de l'UFAC pour le 11 novembre 2020                                       Cliquer pour télécharger

 

L'UFAC souhaite que ce message soit lu par une jeune fille ou un jeune garçon. Il convient que la lectrice ou le lecteur ait non seulement lu le texte auparavant, mais aussi qu'il lui ait été explicité. Il appartient donc à toute instance éducative ou associative contactant la future lectrice ou le futur lecteur, d'assurer cette information au travers, entre autres, de témoignages.

Il y a 102 ans, près de la gare de Rethondes, dans une clairière de la forêt de Compiègne, était signé l'Armistice du 11 Novembre 1918.

Ainsi s'achevait, après quatre années de combats meurtriers, la Première Guerre mondiale.

La France, victorieuse, mais affaiblie, déplorait :

 1 400 000 morts. 740 000 invalides. 3 000 000 de blessés des centaines de milliers de veuves et d'orphelins.

 Ce bilan très lourd nous rappelle nos valeureux aînés tombés au Champ d'Honneur et reflète l'ampleur de leurs sacrifices consentis pour un idéal de Paix, de Liberté et de Fraternité.

Conservons à cet anniversaire du 11 Novembre 1918 et en hommage au glorieux comportement des soldats de Métropole, des Territoires d'Outre-mer, des Pays alliés et à leur sacrifice, la réelle dimension de ce Souvenir, que nul n'a le droit d'effacer, d'amoindrir ou d'ignorer.

Ils sont morts pour la France !

 N'oublions pas non plus nos combattants des Opérations Extérieures pour qui, cette date du 11 novembre, est la façon qu'a la France d'honorer ceux qui se battent et parfois meurent loin de leur pays. Les événements tragiques de ces mois passés nous rappellent, en effet, que l'engagement de ces soldats à un coût, celui du sang.

 En cette année 2020, l'Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre (UFAC) estime que la situation internationale, particulièrement dangereuse, rend plus important que jamais, le rôle de l'Organisation des Nations Unies. En ce 75e anniversaire de la signature de la Charte, l'UFAC invite toutes les générations et spécialement la jeunesse, à œuvrer pour un monde plus juste, plus solidaire et en paix.

 Vive la République !

Vive la France !

                                                                                                                                                                                                  UFAC138-le 12.09.2020

Paix

 

Le 19 septembre, à l’occasion de la journée internationale de la paix, le collectif marchons pour la paix a souligné le besoin d’accords de coopération et de maitrise des échanges dans les finalités servent le développement économique, social et humain.

Dans ces luttes, les peuples doivent pouvoir s’appuyer sur l’ONU et les rapports entre états, afin de remettre en cause le commerce des armes et de coopération Collective.

La France doit signer et ratifier le traité international contre les armes nucléaires (TIAN).

Le gouvernement, comme l’exige l’OTAN, porte le budget de la défense à 2 % du PIB et vient de doubler ses crédits consacrés à l’arme nucléaire.

Le monde occidental consacre en dépenses militaires 1822 milliards en 2018, alors que la crise liée à la COVID a mis en évidence les immenses besoins d’investissements en matière de santé, d’éducation, de services publics et de développement industriel, mais aussi de solidarité internationale.

La course aux armements est un échec total, elle ne permet pas d’assurer la sécurité là où les guerres se sont multipliées (Lybie, Syrie, Yémen, Sahel.

Seule la paix est la réponse.

 

« Qui veut la paix prépare la paix »

 

 

Un ministre à part entière

 

Le ministre des Anciens Combattants supprimé en 2018, remplacé par le secrétaire d’état auprès des armées est rétabli par un ministre délégué, chargé de la mémoire et des Anciens Combattants dans le nouveau gouvernement de M. Jean CASTEX.

L’ANCAC se félicite de la promotion de Mme Geneviève DARRIEUSSECQ, promue ministre déléguée.

Demi -part fiscale pour les veuves d’anciens combattants

 

 

Le service des impôts précise que la mise en œuvre de la modification apportée par la loi de finances 2020 a été validée par le département reconnaissance et réparation de l’office national des anciens combattants et veuves.

 

En voici quelques éléments :

  • la modification entre en vigueur sur revenus 2021 qui sont déclarés 2022 (il est toutefois possible d'anticiper pour celles qui le peuvent, via leur espace personnel en ligne, la modification de prélèvements à la source dès 2021).
  • Pour les veuves qui feront une déclaration papier des revenus de 2021, elles bénéficieront de la demi-part fiscale en 2022 avec un arrérage sur l'année 2021.
  • L'âge de jouissance de la demi-part pour les veuves reste à partir de 74 ans (les anciens combattant qui décéderaient avant 74 ans peuvent désormais transmettre les droits à la demi-part dès lors qu'ils ont eu la retraite du combattant).

C'est l'administration fiscale qui met en œuvre ce droit.

Le gouvernement a été sensible à ces arguments et a accepté de rétablir la demi-part fiscale pour l'ensemble des veuves ou veufs de plus de 74 ans dont les conjoints ont bénéficié de la retraite du combattant et a supprimé la référence à l'âge de décès du retraité. -

Ces dispositions s'appliqueront à compter du 1er janvier 2021.

 

       
       
       
       
       
       
       
       
       
       

Une ambition pour la SNCF

 

Le plan de relance du gouvernement comprend une enveloppe de 4,7 milliards d’euros consacrés au transport ferré, sans détail précis sur sa distribution.

En matière de FRET ferroviaire, l’ambition affichée est d’offrir une alternative au transport routier.

L’état entend donner les moyens à la SNCF réseau de régénérer et moderniser le réseau national, le plus circulé autour des grandes métropoles.

La relance des trains de nuit annoncée devrait se concrétiser par la réouverture des lignes comme Paris Nice et Paris Tarbes à l’horizon 2022, quant aux quelques 9000 kilomètres de petites lignes, le gouvernement propose de réintégrer, aux cotés des régions ces lignes de desserte du territoire en matière de fret ferroviaire, transport de marchandises à très longue distance, ajoutant deux liaisons aux cinq existantes.

Dans le même temps, la SNCF annonce une réduction de 10% des effectifs des conducteurs de cette filière fret.

Il est urgent de faire du fret ferroviaire un enjeu du service public, à renforcer partout les infrastructures existantes et moderniser le réseau et les installations et sauvegarder les effectifs cheminots pour autant, il convient d’être attentif et vigilant aux effets d’annonce présidentielle.

                                                                                   Le secrétariat national

 

L’ANCAC ne lâche rien

 

De nombreuses publications au journal officiel font état de questions posées par les députés pour attirer l’attention de la secrétaire d’état auprès de la ministre des armées, sur le mode de calcul de la campagne double.

 La différence de traitement qui existe entre les générations d’anciens combattants n’est pas acceptable.

Il faut constater que nos démarches en direction des députés et sénateurs rompt le silence du gouvernement sur ce dossier.

Nous demandons, aux sections de continuer, et de ne rien relâcher, d’écrire de solliciter des rendez-vous avec les parlementaires du sénat et de l’assemblée.

                                              Le secrétariat national