Nouveaux adhérents et Adhérentes

 

L’un de vos voisins ou quelqu’un de votre entourage est sans doute ancien combattant ou veuve d’un ancien combattant, sinon peut-être est-il sensible au devoir de mémoire.

Parlez lui de notre association et de notre journal et prêtez-lui votre exemplaire.

Nous vous rappelons que ce journal peut intéresser un (ou une) ami n’appartenant pas encore à notre association.

Celui-ci pourra adhérer directement à notre siège national ou de la section ANCAC de son domicile.

 

                                                              Le Secrétariat National

Edito

 

 

Permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter, au nom du bureau national une bonne année et surtout une bonne santé.

En cette période de bons vœux, souhaitons plein de succès à toutes nos luttes afin, qu’après des années de travail, chacun et chacune puisse profiter de la vie le plus longtemps possible. Malgré des signaux révélateurs d’un rejet massif du régime de retraite par points, le gouvernement poursuit son projet de réforme qui aura pour conséquences de diminuer le niveau des pensions et de dégrader les droits de toutes et tous particulièrement les plus précaires et les femmes.

La responsabilité du gouvernement est assurément engagée dans le mécontentement grandissant. Il lui revient de répondre aux attentes de la population et de cesser d’imposer des répressions

 

Projet Associatif

L’Association d’Anciens Combattants des cheminots et victimes de guerres (ANCAC)

  • :POINTS FORTS : Perdurer la Mémoire historique par des expositions, des conférences en mobilisant les adhérents et amis(es) au sein des sections pour défendre le devoir de Mémoire et les droits anciens combattants cheminots en Assemblées Générales, en Congres Nationaux, faire respecter les lois acquises pour les droits des AC…Participations à l’organisation de la Paix, de la sécurité Nationale et internationale en associant à toutes les associations au mouvement poursuivant des buts identiques.
  • POINTS FAIBLES : Diminution des adhérents due par leur grand âge, le recrutement difficile des amis(es)… Notre orientation est de mener campagne afin d’animer les jeunes générations à participer aux cérémonies afin de maintenir à jamais le devoir de mémoire et le respect des victimes tombées au champs d’honneur, militaires et civils…avec des améliorations possibles qui sont tributaires des décisions gouvernementales pour les anciens combattants d’AFN, opérations extérieures, application de la Loi du 14/04/1924 campagne double.
  • COMMENT ALLONS-NOUS Y PARVENIR ? Mobilisation et rassemblement des adhérents de chaque associations patriotiques auprès du Ministère de la Défense et des Anciens combattants, auprès des parlementaires : députés, sénateurs, maires… recrutement des jeunes par l’intermédiaire des écoles, collèges lycées et universités. Nous demandons les soutiens des élus dans notre démarche. Bien entendu le financement des associations est fait par les adhérents, les subventions des communes, départementales, régionales…lorsqu’elles sont accordées. Nos réunions sont mensuelles pour apporter les informations concrètes aux adhérents.

 

                                                                                                              Louis Dutto.

 

 

 

25 avril 2020 journée du souvenir

des victimes de la déportation

La journée nationale du souvenir des victimes de la déportation instaurée par la loi de 1954 est l’occasion d’évoquer la mémoire de tous ceux, femmes hommes et enfants, envoyés par milliers, pendant la seconde guerre mondiale, dans les camps de concentration ou d’extermination nazis qui ont souillé et durablement meurtri les peuples et les territoires occupés d’Europe.

Nous renouvelons notre hommage au courage dont ont fait preuve les déportés, en particulier ceux qui, face aux souffrances de l’épuisement physique auxquelles ils étaient confrontés et à la menace permanente de la torture et de la mort. N’ont pas renoncé à l’espoir et ont su rester des êtres humains. Ils ont eu dans ces difficultés extrêmes, la volonté de poursuivre, dans l’union et la solidarité, la lutte clandestine contre l’idéologie et les objectifs de guerre de l’ennemi.

Les déportés, derniers rescapés de l’horreur indicible de la barbarie nazie, expriment leur légitime inquiétude à l’égard d’une Europe aujourd’hui divisée, traversée et habitée par la résurgence de mouvements nationalistes.

L’Europe dont la vocation est de garantir la paix et la prospérité des pays qui la composent doit être celle de la mémoire de millions d’êtres humains sacrifiés par une idéologie perverse.

Sauvegarder cette mémoire, ou la souffrance se mêle a l’espérance, doit faire prendre conscience, avant qu’il ne soit trop tard, de l’indispensable solidarité entre les peuples épris de liberté, pour l’emporter sur toutes les formes d’obscurantisme, de fanatisme, de racisme, d’antisémitisme et de xénophobie.

Le rappel de l’action des déportés dans les camps de la mort doit aller bien au-delà d’une journée symbolique. Il s’agit, pour les générations futures, de poursuivre avec détermination ce combat contre l’égoïsme et la peur.

C’est ainsi que l’hommage aux déportés prendra tout son sens pour construire un avenir de paix, de fraternité et de respect de la dignité humaine.