Communiqué du Comité Parisien de la Libération

 

 

Paris le 22 novembre 2020

 

 

 

 

 

DÉCÈS DE DANIEL CORDIER

 

Le Comité Parisien de Libération s'incline avec un grand respect et un profond chagrin devant la dépouille de Daniel Cordier, décédé le 20 novembre. Compagnon de la Libération, Officier de la France libre, il sera le secrétaire de jean Moulin, unificateur de la résistance intérieure et fondateur du Conseil National de la Résistance. Du tout premier jour du combat libérateur et jusqu'à son dernier souffle, Daniel Cordier demeurera le symbole de l'engagement et de l'honneur de la Résistance française, de la fusion de la France Libre et de la Résistance intérieure.

 

D'autres que nous diront la singularité du parcours de ce jeune homme, antisémite assumé et admirateur de Pétain dont il rejettera immédiatement la trahison et au prix d'une douloureuse réflexion personnelle le fera s'engager dans la lutte pour le retour de la démocratie et la République. Il deviendra un rouage décisif du combat contre l'ennemi nazi, la collaboration et le régime de Vichy.

 

Le Comité Parisien de la Libération, coordinateur de la Journée Nationale de la Résistance à Paris, gardera précieusement le souvenir de la participation de Daniel Cordier à la cérémonie du 27 mai 2018, rue du Four, hommage à la première réunion du CNR, en 1943. Entouré d'élèves d'écoles parisiennes, et de lycéen-ne-s, Ce jour, il sut, malgré son grand âge, leur faire partager les leçons toujours d'actualité de son engagement indéfectiblement républicain. Ce dialogue aussi amical qu'animé lui avait aussi permis de mettre au premier plan l'exigence culturelle qu'il considérait comme un des piliers de notre démocratie.

 

Le CPL appelle à lire et faire lire les ouvrages de Daniel Cordier, écrivain et historien de la Résistance française et de l'engagement humaniste universel. C'est le moyen le plus fécond de poursuivre son combat et de l'accompagner dans son éternité.

 

Paris le 21 novembre 2020

 

Jean Roi Tanguy

Président du Comité Parisien de la Libération

 

Guy Hervy

Secrétaire Général coordonnateur de la Journée nationale de la Résistance

 

 

 

SIÈGE SOCIAL CPL chez Musée de la Libération de Paris -Musée Général Leclerc -Musée Jean Moulin, 4, avenue du Colonel Henri Roi-Tanguy, 75014 PARIS

SIÈGE ADMINISTRATIF CPL chez Musée de la Résistance nationale, parc Vercors 88,avenue Marx Dormoy, 94500 CHAMPIGNYSUR MARNE

 

 

Communiqué

 Le 11 Novembre est le jour particulier où la France honore ses "Morts pour la France" à cette date anniversaire de l'Armistice de 1918 et chaque année, l'Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre (UFAC), par son Message à lire au "Monument aux Morts" de chaque commune de France, rend ainsi hommage à tous les combattants de la Grande Guerre.

En cette année 2020, l'UFAC souhaite s'exprimer aussi sur les morts du terrorisme, assassinés parce qu'ils étaient citoyens français : enseignants, passants ou tout simplement présents là au mauvais moment. Leur mort est le fait d'un assassinat déterminé par haine de la France, de ses valeurs et de son art de vivre.

Alors que nous étions en droit d'espérer un soutien international dans ces épreuves, il s'est trouvé de par le monde des dirigeants approuvant ces crimes, les justifiant au nom de dogmes religieux.

 

Ces morts ne doivent pas être oubliés.

L'Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre (UFAC) s'incline avec un profond respect devant la douleur de leur famille, de leurs proches, douleur extrême qu'elle partage avec tous les Français et Françaises.

Derrière ces victimes, il est certain que c'est notre Démocratie qui est visée. Nos lois reflétant cette Société démocratique qu'est la nôtre, respectent chacune et chacun d'entre nous. Il appartient à notre classe politique et à notre Gouvernement de trouver, rapidement, les solutions adaptées que la situation exige.

 

Evolution de la CPRP vers la Caisse de la branche ferroviaire.

Par décision gouvernementale, l’ensemble des salariés, issus de la SNCF au statut, contractuels ou d’une autre entreprise ferroviaire privée, dépendront pour leur couverture maladie d’une caisse unique baptisée pour l’instant « caisse de la branche ferroviaire ».

En effet avec à l’horizon l’ouverture des lignes TER à la concurrence, les AOR (Régions politiques) pourront attribuer des concessions pour tout ou partie des lignes régionales à des opérateurs privés, selon le décret portant réforme de la SNCF par présenté par Manuel VALLS en 2018 et adopté par l’emploi de l’article 49.3.

 Des agents SNCF vont devoir, soit rejoindre l’attributaire de la ligne, soit rester dans le giron de l’entreprise historique, moyennant une mutation latérale. Dans ce cadre ceux quittant la SNCF en fonction de l’application du fameux « Sac à dos social » défendu par une partie des organisations syndicales, et de la convention collective négociée localement, pourront bénéficier de la continuité du régime de la CPRP devenue « caisse de la branche ferroviaire ». Sans cet aménagement de la Caisse ceux-ci se retrouvaient sans continuité du régime de couverture sociale. Selon les estimations, environ 35 000 du TER seraient concernés, ce n’est pas rien. Nous invitons l’ensemble du monde cheminot à rester vigilants à cette évolution.

La campagne double en question à l'assemblée nationale

 

Dans une question publiée au journal officiel de l’assemblée nationale (JOAN). Une députée de Saône et Loire, attire l’attention de la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées sur le mode de calcul de la campagne double pour les anciens combattants de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

« En effet, la campagne double est attribuée actuellement pour les actions de feu pour les anciens combattants d’Afrique du nord, alors que pour les conflits de 1914-1918, 1939-1945, les guerres d’Indochine et de Corée, cette double campagne est attribuée sur le temps passé dans les territoires concernés », a expliqué la parlementaire. Elle a donc demandé si le gouvernement envisageait une révision du mode de calcul de la campagne double pour les anciens combattants de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie. Sachant que les vétérans attendent avec une réelle impatience, une prise en considération juste par l’Etat de leur engagement.

 

75 Anniversaire de la sécurité sociale

L’ordonnance du 04 octobre 1945 créant la sécurité sociale est promulguée par le gouvernement provisoire dirigé par le général DE GAULLE. Cette réalisation nouvelle dans le sillage du programme du Conseil National de la Resistance est portée par le ministère du travail. La sécurité sociale voit le jour, face aux obstacles, grâce à l’action obstinée du ministre communiste Ambroise CROIZAT et des militants ouvriers de la CGT.

La sécurité sociale célèbre ses trois quarts de siècle. Soixante-quinze années d’une conquête historique pour le monde du travail, imaginée par la Résistance à l’occupation nazie en pleine seconde guerre mondiale. Elle a profondément transformé la condition de milliers de salariés, leur offrant la possibilité de se soigner, de partir en retraite, d’aider leur famille. La sécu a toujours été l’objet d’attaques visant à réduire sa portée transformatrice pour la société française. La sécu aiguise les appétits du capital, désireux de s’emparer d’une vaste couverture qu’il transformerait en marché. La crise sanitaire du COVID19 et ses choix économiques et sociaux démontrent à nouveau l’utilité de ses amortisseurs. La sécurité sociale est un bien commun, une propriété collective, défendons-la.

Le secrétariat national

Essais Nucléaires en Polynésie

 

L’assemblée Nationale avait voté en novembre 2018 la cession par l’Etat Français d’un bâtiment nécessaire à la réalisation d’un centre de la mémoire des essais nucléaires en Polynésie.

Le jeudi 05 mai, la Polynésie française a officialisé avec l’Etat Français pour installer le futur centre d’archives, d’informations et de documentations sur les essais nucléaires.  Il s’agit de l’ancien hôtel du commandement de la Marine Nationale, situé sur le front de mer de Papeete. Il servira à conserver et transmettre : « La mémoire des évènements qui se sont déroulés au cours de la période des essais nucléaires ».

La démarche veut créer un climat apaisé de recherche des faits historiques.

 

Le Secrétariat National