Réseau Méditerranée

Assemblée générale 2019

 

Malgré les intempéries, les difficultés de circulation ferroviaires, remerciements à tous les membres des sections de l’UR Languedoc-Roussillon et l’UR PACA qui ont fait l’effort d’être présents à l’Assemblée Générale Annuelle. Pour nos travaux, la Direction Régionale SNCF PACA, a mis à notre disposition la salle du « Lubéron ». Ainsi à l’heure prescrite et le quorum atteint, les travaux pouvaient se tenir, présence des sections de Nîmes, Avignon, Valence, Saint-Raphaël, Toulon, La Seyne, Marseille. Etaient excusées : Nice, Narbonne, Aude, Montpellier, Alès, Béziers, Agde, Sète, Menton, Carcassonne.

Mme Catherine MACARY, responsable institutionnelle régionale PACA, représentait, M. MOUGERON, Directeur SNCF, Région PACA. M. Henri ETIENNE, président de la section de Marseille, ouvrit la séance en souhaitant la bienvenue à l’assemblée, déclara la séance ouverte et fit observer une minute de silence.

Puis, il donna la parole à Louis DUTTO, président du Réseau Méditerranée, lequel présenta le compte-rendu moral et d’activité du Réseau. Il commente les importantes activités du Réseau. Il se félicite de la nomination du nouveau Président National de l’ANCAC, en la personne de Robert BAPTIER et les nouveaux responsables de la direction nationale. 

Après avoir remercié les présents, il remit à Mme Catherine MACARY, responsable institutionnelle régionale SNCF, le diplôme de gratitude en remerciement de son attention envers l’ANCAC et aux cheminots.

Prenant la parole, Mme MACARY, informe de sa présence au Mémorial de la Shoah au quai Branly à Paris. Précisant qu’un documentaire sera diffusé le 21 novembre 2019 sur FR3. Remercie de la bonne tenue des nombreux cheminots et portes drapeaux aux cérémonies patriotiques au Square NARVIK. 

Ensuite, les représentants de chaque section, s’exprimèrent sur l’effectif, les activités. Louis DUTTO, à la demande des sections, donna les coordonnées pour obtenir les livres sur la Résistance et la Répression des cheminots. Il a été proposé une affichette, éditée par Muriel SIGAUD, qui pourrait être placée sur les divers panneaux, de tous services, réservés au personnel de la SNCF, en vue de recruter de nouveaux membres et amis (es) et faire connaitre notre ANCAC.

 Muriel SIGAUD, étant bien placée dans ses fonctions SNCF, donna des informations pratiques sur les droits spécifiques, droits anciens combattants des cheminots. 

Un tour de table aura permis à chaque représentant des sections de s’exprimer.  Il fut ensuite procédé à l’élection du Président du Réseau, Louis DUTTO et vice-président, Henri LAURENT qui ont été élu à l’unanimité. Avant que ne soit levée la séance, certains membres présents étaient récompensés d’un diplôme de gratitude édité par le Réseau Méditerranée :

 

                                                                                                Mmes Berthe BOYER Muriel SIGAUD.

                                           Mrs Henri ETIENNE, Michel POCHOY Claude WANDEROILD Raymond LAURENT Franck PIC André SEGRELLE.

 

Chateaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt

 

Comme chaque année, l’Amicale Chateaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt organise les cérémonies en hommage aux 27 fusillés de Chateaubriand le 22 octobre 1941, mais aussi aux autres premiers fusillés en nombre : 16 a Nantes, 5 au mont Valèrien le 22 octobre, 51 à Souges les 23 et 24 octobre et à travers eux à toutes celles et ceux, internés, fusillés, déportés qui ont au péril de leur vie, combattu pour que nous vivions dans un monde meilleur.

Il y a 78 ans, le 22 octobre 1941, 50 résistants sont fusillés par l’armée allemande sur ordre du Führer Adolf Hitler, en représailles de la mort du Feld-kommandant de Nantes, Karl Hotz, tué deux jours plus tôt par des résistants français. Ce jour-là à Chateaubriant (Loire-Atlantique), ce sont 27 résistants que l’armée allemande fusille, parmi eux Guy Moquet, âgé seulement 17 ans, Jean Grandel, maire de Gennevilliers, ou encore Jean-Pierre Timbaud grand responsable de la CGT…

Ce jour-là avec ce massacre, les nazis et le gouvernement français pensaient faire taire toute résistance, mais ce fut le contraire, beaucoup décidèrent de franchir le pas et entrèrent dans la clandestinité. Si les témoins de la seconde guerre mondiale ont presque tous disparu, un millier de personnes s’est réunie, dont la petite-fille d’Odette Niles. Après un hommage au député Fernand Grenier, échappé du camp de Choisel, les porte-drapeaux ont ouvert la route qui mène à la clairière des fusillés. Passé le cortège des officiels, une foule d’anonymes a tenu à se rendre à la Sablière.

C’est grâce à elles, à eux, à toutes celles et à tous ceux qui dès les premières heures de l’occupation et même avant en étant au côté des républicains Espagnols se mobilisèrent que le conseil National de la Résistance dont nous fêtons cette année le 76eme anniversaire de sa création le 27 mai 1943, a pu voir le jour. Son programme ambitieux dont c’est le 75eme anniversaire approuvé à l’unanimité le 15 mars 1944, a été mis en place des l’issue de la guerre dans une France détruite par 5 années de combats.

 

Hommage Musical au convoi des 927 

  

 

Dans l’église du sacré cœur à Angoulême nous avons assisté à un concert de l’harmonie de Chinon et de l’Orchestre Berlioz du grand Angoulême sous la direction de David Chrétien et d’Eric Boucher d’un œuvre de création française d’Alexandre Kosmicki d’après le poème de Marcos Ana « Mon cœur est une cour ».

La musique reprend l’enfer que vécurent les 927 déportés civils Espagnols qui partirent le 20 août 1940 pour le camp d’extermination par le travail de Mathausen.

Le bruit de leurs sabots, les coups de schlagues, les pierres qu’ils devaient transporter puisqu’il s’agissait d’une carrière de pierres qu’ils montaient sur le dos aux prix d’efforts terribles.

Les Allemands firent descendre les hommes et les garçons de 14 ans remirent les femmes et les enfants dans le train pour le retour en Espagne où ils furent accueillis par la police franquiste certaines femmes furent emprisonnées, les enfants dispersés sous une dictature féroce qui ne fait pas honte aujourd’hui à la montée populiste en Europe.

Sur les 927 déportés en 1940 ne sont revenus que 73 d’entre eux parmi les plus jeunes.

Aujourd’hui s’élève à côté du grand monument des déportés devant la gare d’Angoulême une stèle grise et lors des cérémonies les drapeaux aux couleurs de la République Espagnole rouge jaune et mauve.

N’oublions jamais le calvaire que vécurent les 927 déportés Espagnols leur famille et leur descendance.

Nous aussi aujourd’hui nous devons sans cesse leur rendre un hommage appuyé.

 

Annette COLAS

Amie de l’ANCAC

Angoulême Limoges

 Gare de Ruelle sur Tourve au siècle dernier

 

Ligne d’Angoulême Limoges fermé aux voyageurs. Pour donner suite à un article du journal la Charente Libre et d’une émission à la télé sur FR3 relatant le parcours d’une Lycéenne pour se rendre au Lycée professionnel de Chasseneuil, attendu que la ligne de Limoges est fermée depuis mars 2018 avec la gare de Ruelle sur Tourve rénovée.

Jeune fille d’Ingrandes dans la Vienne faute de train, bus assurant la liaison Angoulême Limoges, ses parents sont contraints de venir la chercher et la ramener tous les week-ends à Chasseneuil, soit un budget de 150 euros par mois en carburant souligne son père.

Expérience de la journaliste un dimanche un parcours du combattant à partir du domicile de cette jeune fille la fait arriver trop tard à l’internat déjà fermé aux pensionnaires par le bus.

Nos élus ont manifesté à plusieurs reprises sans succès.

Le camarade Loïc GEYL secrétaire adjoint CGT des Cheminots de Limoges estime qu’avec 30 millions on peut la rétablir en fonction à vitesse normale.

Il faut savoir que les trains circulent entre Limoges et Saillat Chassenon.

Quelle tristesse, quel manque de respect, quel gâchis évoque le maire de Saillat Chassenon ex Cheminot.

 

Paray le Monial

 

 

La section a tenu son assemblée générale le mardi 19 novembre 2019 salle PLM à Montchanin.

         Le président ouvre la séance, fait observer une minute de silence à la mémoire de Mettaud Marcel et de Gillon Roger décédés depuis notre dernière assemblée.

            Excuse les camarades convalescents ou malades et leur souhaite une meilleure santé.

            Présente le rapport d'activités avec la présence de la section à beaucoup de cérémonies, accompagnée de son porte-drapeau toujours fidèle.

            Le bilan financier est satisfaisant, quitus est donné au trésorier par les vérificateurs aux comptes.

            Les discussions s'engagent sur les actions de feu, certains n'ont reçus aucune réponse, recontacter la CP comme le conseille le journal N° 387.

            Inquiétude pour les facilités de circulation après l'ouverture à la concurrence.

            Le devenir de notre régime avec les suppressions annoncées et les éventuelles embauches hors statut.

            Indignation après les destructions et profanations de stèles et monuments. Inquiétudes sur la situation mondiale.

            Journée festive prévue le 20 mars 2020 au restaurant, un courrier sera envoyé en février 2020.

            Le bureau reste inchangé, le président remercie les adhérents pour leur fidélité et clôture cette assemblée par le verre de l'amitié.

 

                                                                                              Chapuis Roger

        

Le Mans

 

Le 11 Novembre la Section du MANS, la CGT et les représentants de la SNCF se sont retrouvés devant les stèles des cheminots tombés pour libérer la France.

 

C'est avec plaisir que la section a remis à Madame TISSERAUD la médaille des porte-drapeaux qui récompense son dévouement envers notre association.



 

 

 

Cérémonies le 8 Novembre au dépôt, ensuite le 11 novembre la Gare puis la Préfecture, les cérémonies se sont déroulées en présence de nombreux participants.

 

Le Président de la Section