Reims

Réunis le jeudi 10 octobre 2019 dans le cadre de leur assemblée générale annuelle, les adhérents de la section de rémoise ont prêtés avec beaucoup d’attention les prochaines décisions qui seront prises par le gouvernement sur les points prioritaires concernant le droit à réparation aux anciens combattants.

Dans son rapport moral et d’activités, le président a de nouveau évoqué le lourd contentieux qui continue de s’enliser pour l’application juste et correcte des bonifications de campagne de guerre malgré plusieurs recours auprès des autorités officielles.

Les carences des livres de marche des unités et l’absence historique sur les livrets militaires incomplets des soldats appelés du contingent (1952-1962) relèvent de l’impossibilité de traiter correctement la pleine activité des combattants d’Afrique du nord, avec les autres générations du feu.

La modification du décret de 2010 n’apporte aucune amélioration aux intéressés pour déterminer les actions de feu et les combats sur le terrain.

Parmi les différends sujets invoqués lors de l’assemblée générale, le président a attiré l’assistance sur la cour des comptes persistant à remettre en cause les avantages fiscaux des anciens combattants.   

Cette menace revient régulièrement, mais elle semble ignorer que les avantages fiscaux sont avant tout l’expression du droit à réparation.

La cour des comptes n’ayant pas d’élus ne peut que constater pour diriger la politique de la France, comme l’on voulut les législateurs dans le siècle précèdent.

Une telle menace mise à exécution ne peut se faire que sur la majorité publique (ministres, députés, sénateurs…).

Bien d’autres questions furent relatées qui viennent régulièrement sur le devant de l’actualité : L’effectif en diminution, le décès de huit adhérents de la section, malgré trois adhésions, le projet de la loi de finances 2020, les pensions militaires d’invalidité, celles des conjoints et partenaires survivants, L’ONAC pour l’action sociale etc.

La mémoire collective et la situation internationale ne furent pas oubliées.

La reconduction du bureau et les principaux rapports ont été adoptés à l’unanimité.

Avec le rappel d’être présents au 101eme anniversaire de l’armistice de 1918, Les adhérents accompagnés des autorités civiles et militaires se sont rendus devant la stèle de la gare pour un dépôt de gerbe afin de rendre hommage aux cheminots morts pour la France.

Un vin d’honneur suivi d’un repas amical a clôturé cette assemblée.

Le Président Jean MARCHANDEAU

En la Cathédrale St Louis des Invalides - Cathédrale des Armées françaises

Tous les soldats morts pour la France ont leur mémoriel. Tous sauf les soldats qui sont morts pour la France, en Algérie.

Elles ont été déposées pour rendre hommage aux 30.000 soldats, appelés ou de carrières, qui ont fait le sacrifice de leur vie pour défendre une certaine image des droits de l'Homme et de la Liberté.

Ces soldats « Oubliés » ont tous droits au respect et à la reconnaissance de la nation. C'est pour que leur sacrifice soit reconnu que ces plaques ont été déposées à la Cathédrale Saint Louis des Invalides.

 

Saintes

 

Réunion d'Information, dans la salle municipale « les Anciens Combattants » Place Roger Guintard - 25. rue du Pigeonnier à Saintes, mise à notre disposition gratuitement, pour les adhérents qui daigneront s'y rendre ! le Mercredi 05 Février 2020, à partir de 14h30. Le verre de l'amitié sera servi à l'issue de cette réunion.

 

Repas en Musique, avec musicien, Salle « Le Camélia » - 6 avenue des Jasmins ; quartier Les Boiffïers à Saintes : 17.100. le Dimanche 09 Février 2020, ouverture des portes à partir de 11h30

 

Le prix du repas est de : 26 €.

■ Toute réservation non accompagnée du règlement correspondant ne sera pas prise en considération.

 

Pour la réservation, se rapprocher d'un des membres du bureau de la section.

Limoges

 

commémorations de la fin de la 1ère Guerre Mondiale le lundi 11 novembre à 10h30 place Jourdan, puis à 11h45 dans le hall de la gare des Bénédictins

 

et le mardi 12 novembre à 11h30 au dépôt SNCF, passerelle Montplaisir.

 

 

La Rochelle

 

Samedi 30 août 1914, ce sont plus de 3500 personnes du département qui sont venus a st savinien sur Charente assister a l'inauguration au mémorial où sont inscrit 250 noms de charentais Maritime mort pour la France entre 1952 et 1962 en Algérie, Maroc et Tunisie.

Pour commencer je tiens a remercier les quarante adhérents, 39 de la section de La Rochelle, 1 de saintes qui ont répondu a la souscription annoncé dans l’appel en faveur de ce monument dont le coût est près de 90.000€.

Merci à ceux et ceux qui m'ont accompagné en cette journée.

Difficile de rester insensible à la grandeur de ce mémorial surmonté de deux colombes, ces prénoms et noms des 251 jeunes garçons figurant également sur le mur bâti en demi cercle percé en son centre d’un rond qui signifie la perfection. Les prénoms et noms ont été lus par ordre suivant les années de décès par les différents responsables départementaux des anciens combattants.

Une foule impressionnante était réunie autour des anciens combattants et des 364 portes drapeaux de la Charente-Maritime.

La cérémonie s'est déroulée en présence de nombreux maires où représentant des municipalités, de Madame la sous - Préfète de saint Jean d’Angelly, Madame Kervella directrice de l’O.N.A.C. 17, Mme Quéré député, un détachement de l'armée de terre, Monsieur Godineau maire de saint savinien dans son discours a regretté l'absence du secrétaire d’Etat aux anciens combattants.

Un ancien combattant a tout simplement rappelé : « que se Mémorial et les stèles sont désormais les sentinelles de la Mémoire »

La sous -Préfète lors de son discours devait déclarer… « Le mémorial départemental de saint-savinien- sur - Charente délivre un message de réconciliation et de paix. Quand le bruit des armes s'est tu depuis longtemps. Quand les plaies se sont lentement refermées, non sans laisser de profondes cicatrices, alors vient le temps de la mémoire et de la reconnaissance. »

Ce mémorial est le fruit de la volonté sans faille, de la ténacité et de la pugnacité des associations qui formait l'association du mémorial, il est la concrétisation de 14 années d’un travail de recherches longues et patientes nécessaire à cette œuvre de Mémoire, savoir et devoir sont les missions que ce sont assignés l’association du mémorial.

Le mémorial inauguré ce jour, résultat collectif d'une mobilisation exemplaire des adhérents, des familles et des collectivités.

Dans ce jardin du souvenir voulu pat la commune de Saint savinien, le mémorial entretient le souvenir des Morts pour la France en A.F.N. et délivre aux générations futures un message de réconciliation et de paix.

 

Guy PERRAUD

Toulon

Très belle cérémonie à la stèle de la gare de Toulon en hommage aux poilus de la grande guerre 14/18, en présence de Mme Geneviève LEVY, députée du Var, représentant le Maire de Toulon, Hubert FALCO, des représentants du Conseil Départemental, des conseillers municipaux et des cheminots anciens combattants, retraités et actifs ainsi que les portes drapeaux de la section de Toulon, Michel FAURE, Gabriel MINASSIAN et le tout nouveau, Jacques VANACLOY. Placé sous la houlette de Louis DUTTO, maître de cérémonie, Muriel SIGAUD, secrétaire de la section, donna lecture du message de l’UFAC.

Puis, à la stèle des cheminots, située sur le parvis de la gare, il fut procédé aux dépôts de gerbes par le Conseil départemental du Var, Mairie de Toulon, SNCF et l’ANCAC. Nous remercions, le service d’accueil de la gare de Toulon pour le pavoisement de la stèle, en l’occurrence, Yannick DHONDT, responsable Direction de Proximité Escale, qui a mis à notre disposition, le temps de la cérémonie, la sonorisation comprenant les sonneries patriotiques règlementaires, aidé de son adjointe Corinne LAURO. A l’issue de la cérémonie, la délégation ANCAC de Toulon et du Var, composée de Gabriel MINASSIAN, porte drapeau, de Christiane BONO, Jacques VANACLOY et Louis DUTTO, accompagnée de lycéens, se rendait au monument aux morts de la ville pour y déposer la gerbe de l’ANCAC.

                                                                                                                Louis Dutto.