Compte Rendu de L'AG de l’UR

LANGUEDOC-ROUSSILLON DU 16 mai 2018

 

L'AG de l'Union Régionale Languedoc-Roussillon s'est tenue à Narbonne le 16 Mai 2018 dans le local de la section de Narbonne.

Le Président Monsieur Monestier nouvellement élu au cours de l'AG de la section, nous souhaite la bienvenue et il nous invite à respecter une minute de silence à la mémoire des adhérents(es) décédés (es) au cours de l'année 2017.

Il faut noter que sur les sections dépendant de l'UR Languedoc-Roussillon cinq étaient présentes sur six, nous avons regretté sincèrement l'absence de la section de Perpignan, en espérant qu'à l'avenir elle répondre favorablement à l'invitation de l'UR. Par suite de la grève de nos camarades actifs, notre ami Louis DUTTO et Madame SIGAUD n'ont pu se déplacer justifiant des difficultés de circulation des trains depuis Toulon.

 

Monsieur SEGRELLES Trésorier a fait un exposé très complet sur la situation financière de l'UR, les membres présents ont pu constater que celle-ci était saine après avoir examiné le registre des comptes. A l'unanimité il a été décidé de retenir sur la ristourne nationale attribuée à chaque section une petite somme, laquelle servira à alimenter le solde du compte de notre association.

Monsieur LAURENT Président de l'UR a donné des informations émanant de l'UFAC. La discussion s'est engagée sur :  la campagne double, le rattrapage du rapport constant, la pérennité de l'ONAC, l'attribution de la carte du combattant pour les appelés ayant servis en AFN entre le 2 juillet 1962 et le 1er juillet 1964

Chaque Président de section a fait un exposé sur les activités, elles ont toutes assumées avec des moyens divers les commémorations patriotiques (8 mai, 11 novembre, 19 mars), cependant elles sont hostiles au 5 décembre pour divers motifs. Du point de vue des effectifs elles observent une diminution des adhérents (décès, démissions, etc…) non compensée par de nouvelles recrues. Elles ont même le sentiment que dans quelques années il n’y aura plus de bénévoles pour assurer la pérennité de l'ANCAC.

Des questions diverses ont été posées concernant : la fiscalité de la veuve d'ancien combattant, les diverses aides que peut prétendre les anciens combattants ayant de faibles pensions, l'incidence de la future réforme de la SNCF sur les retraites.

 

Comme chaque année le bureau a démissionné, il a été reconduit à l’unanimité, à savoir :

Président : Henri LAURENT

Vice-Président délégué : Frank PIC

Vice-Président : Pierre BRONSO

Secrétaire Général : Michel H ARMAND

Trésorier Général : André SEGELLES

L'ordre du jour étant épuisé, le président de la section de Narbonne a invité les participants à prendre le verre de l'amitié et à déjeuner dans un restaurant près de la gare.

 

Le Président de l'UR Languedoc-Roussillon : Henri LAURENT

REIMS et UD MARNE

 

 

Pour des raisons d’économie, l’A G de la section Rémoise a précédé celle du Département de la marne, le 7 juin 2017 dans la salle du comité d’entreprise.

Le président Jean MARCHANDEAU avait donné rendez-vous aux officiels et aux adhérents pour une cérémonie patriotique en gare SNCF, afin d’honorer la mémoire de ceux qui sont tombes au cours de la seconde guerre mondiale.

Face aux drapeaux, une gerbe a été déposée auprès de la stèle des cheminots morts pour la France en présence de Madame BEAUVAIS députée de la marne, de la direction SNCF et des personnalités du monde combattant.

Lors de la séance de travail, le Président a dressé le bilan des activités et rappelé que l’association a fêté le 87ème Anniversaire de sa fondation, alors que celle du département et de la section locale ont été créés en 1951 et continuent d’exister malgré les difficultés.

Néanmoins la baisse des effectifs et le vieillissement des responsables interpellent sur les années a venir afin de poursuivre la pérennité de l’ANCAC.

Beaucoup de questions parmi les anciens combattant qui continuent, malgré tout de veiller aux acquis, après des décennies pour faire aboutir leurs droits à réparation et ceux qui restent en suspens 56 ans apres la fin des combats en Afrique du Nord.

Le 10 Aout à Paris sous l’Arc de Triomphe, devant le tombeau du soldat inconnu, l’ANCAC raviva la flamme marquant le 74éme Anniversaire de la grève insurrectionnelle des Cheminots prélude a la libération de la capitale et du monde soumis à l’idéologie Nazie.

Selon un protocole émouvant il s’agira de perpétuer les liens sacres qui unissaient les hommes dans la tourmente des évènements tragiques de notre histoire nationale.

Après quelques légères modifications les bureaux furent reconduits a l’unanimité, les divers rapports adoptés.

Un vin d’honneur suivi d’un repas amical a clôturé cette journée de travail et d’amitié.

                                                                                               Jean MARCHANDEAU

 

 

AMAGNE LUCQUY

Pour que la mémoire ne s’estompe pas.

Le courage, le respect et le sacrifice pour la liberté restent graves à jamais dans la mémoire des hommes qui se sont battus pour la France occupée pendant la seconde guerre mondiale.

C’est le cas de quatre cheminots ardennais, René ARNOULT, Georges BOILLOT, Robert STADIER et Lucien MAISONNEUVE qui ont laissé leur vie pour construire l’indépendance et la paix dans notre pays.

Dans cette lutte opiniâtre, engagée parmi les organisations de la résistance, nombreux sans uniforme dans la clandestinité ont ouvres dans l’ombre pour la défense et la liberté de notre territoire. Ils font partie des 8938 cheminots abattus, fusillés, pendus, guillotinés, morts en déportation.

N’oublions jamais ce qu’ils représentaient, leurs noms figurent gravés dans les monuments aux morts de chaque ville et village.

C’est pourquoi chaque 26 juin jour ou ces valeureux cheminots furent massacrés un hommage particulier est célèbre dans ce lieu de mémoire et indélébile de cette région ardennaise.

Dans cette petite gare d’AMAGNE LUCQUY, une cérémonie émouvante continue de rassembler, les officiels, les diverses associations patriotiques d’anciens combattants et la population.

Le président a évoqué le parcours de ces quatre camarades qui appartenaient au groupe Libération Nord.

Apres l’appel des disparus, Jean MARCHANDEAU accompagnés du fils et petit-fils de Lucien MAISONNEUVE l’un des quatre martyrs a déposé ensuite une gerbe. La Marseillaise et le chant des Partisans retentirent face aux drapeaux.

C’est le témoignage d’estime et de respect vers ceux pour qu’au de la de la victoire un sens nouveau soit donné.

A noter parmi l’assistance la présence de Claude WANDEROILD porte-drapeau national, de Pierre MAIGRET et de Jean KROLAK de la section ANCAC de Chalons en Champagne.

 

                                                                                               Jean MARCHANDEAU

MOULINS

Cérémonie du 8 Mai 1945

 

Le mardi 8 Mai 2018, la section de Moulins a commémoré le 73ème anniversaire de la victoire du 8 Mai 1945.

 La cérémonie s’est déroulée devant la stèle du quai n°1, en présence d’une nombreuse assistance, de 15 porte-drapeaux, de différentes personnalités, de représentants d associations et de leurs membres.

Deux gerbes ont été déposées, une par le député de la circonscription, l’autre par notre section.

                                                                                   CHAZEAU Jean-Claude

LE PLATEAU DES GLIERES

Haut lieu de la résistance (Haute-Savoie)

Les Glières, avec son célèbre haut plateau est d’une étendue de 85 kilomètres, l’histoire des Glières est une grande histoire, celle d’un lieu choisi par les allies pour ravitailler mes patriotes en armes, en raison de sa situation géographique, isolée en comparaison des vallées voisines et totalement dépourvue de voies d’accès.

Sur ces terres de cimes, se déroula l’une des pages les plus cruelles et les plus douloureuses de la résistance Française,121 partisans massacrés en mars 1944 après une massive action militaire engagée par 5000 soldats Allemand appuyés pas les miliciens de Vichy.

Ce sont des maquisards obscurs qui sont honorés par le monument en ciment, œuvre du sculpteur Emile GILIOLI, dressé depuis 1973 au centre du plateau et inauguré par André MALRAUX, il représente le lettre V de victoire, mais avec une branche cassée, afin de rappeler que cette dernière fut acquise au prix fort.

Il faut observer le disque solaire dans lequel s’appuie ce V en équilibre fragile, comme notre liberté toujours menacer, aussi cette phrase gravée dans la pierre <<VIVEZ LIBRE OU MOURIR>>

Souvenons-nous de ces jours d’histoire dont les actes atteignent ici l’essence même du tragique fondateur.

 

                                                                                                                                              Robert BAPTIER

 

 

ANGERS

 

Une délégation de la section de l’A.N.C.A.C. et du mouvement de la Paix d’Angers s’étaient donné rendez-vous à Pignerolle pour la visite des Bunkers.

Cette visite était commentée par Christophe Marquet Président de l’association et de Patricia Gontier amie de l’A.N.C.A.C. membre du bureau, attachée au devoir de mémoire.

Octobre 1939 le château de Pignerolle est réquisitionné pour y loger le gouvernement polonais

Décembre 1939 Arrive à Pignerolle Raczkiewicz, Président de la république polonaise.

Angers devient alors la capitale de la Pologne. 14 Juin 1940, les Polonais quittent Pignerolle.

Juillet 1940 L’Occupation, les allemands s’installent à Pignerolle.

Dix bunkers sont construits dans les premiers mois de 1942 par l’organisation Todt (600 ouvriers)

L’impressionnant bunker Amiral, (1500 m2 épaisseur toit et murs 3,60 m ) communique avec le château par un passage souterrain de 133 m de long .

En somme Pignerolle cumule plusieurs statuts :

Un poste de commandement des sous- marins de la Kriegsmarine, le site constitue le centre névralgique de la (Bataille de l’Atlantique).

Une base de repos pour les sous-mariniers.

Un centre d’intendance pour toutes les bases sous-marines.

Un centre de la gestion du personnel.

Un lieu de réunion pour les commandants des U-boote (sous-marins nazis)

Pignerolle ne fut jamais bombardé, les alliés n’ont pas eu ce besoin car il avaient réussis à décoder leurs messages.

9 Aout 1944 : les allemands quittent Pignerolle. Ils incendient le bunker Amiral et minent les 120 hectares du domaine.

10 Aout 1944 Angers est libérée à son tour, 108 soldats américains perdent la vie. N’oublions jamais.

Les dix bunkers de Pignerolle, ont reçu du Ministre de la Culture, le label :

              (Patrimoine du XXIème siècle)

                                                                                            Jacky Lebreton

 

 

 

 

 

2849151
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
3318
3096
9415
2816798
44231
104805
2849151
Votre IP: 54.159.44.54
14/11/2018 21:36