Appel contre les bombardements de civils

Des parlementaires de cinq pays, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la France, le Royaume-Uni, réunis en conférence le 27 mai 2021, à l’initiative de l’ONG Handicap International, appellent les gouvernements européens à s’engager concrètement dans la lutte contre le bombardement des civils.

L’objectif est de parvenir à un accord international contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées (EWIPA).

Il prendrait la forme d’une déclaration politique et devrait voir le jour avant la fin de l’année 2021, 112 Etats ont déjà officiellement reconnu les conséquences humanitaires de ces armes explosives.

La France fait partie des pays qui participent à des interventions militaires. Il y a également des pays qui utilisent ces armes et qui les vendent, dont aussi la France, entre 2011 et 2018, près de 309044 personnes sont mortes en raison de l’utilisation de ces armes, 75% de ces victimes étaient des civils.

Longtemps après la fin des conflits, ces bombardements impactent la vie des populations civiles, victimes des déplacements forcés et la contamination des territoires par des restes explosifs de guerre.

Dans cette initiative, les parlementaires Européens ne doivent pas oublier que notre continent a également connu la guerre, et la souffrance liée aux bombardements.

Ils réclament à leurs gouvernements de « soutenir l’élaboration d’une déclaration visant à renforcer la protection des civils contre l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées et à renforcer l’assistance aux victimes de ces pratiques ».

Il serait temps de réagir.

                                                Le Secrétariat national

Construire l’avenir

 

La crise sanitaire nous plonge dans un monde où la restriction des libertés est la règle où le renoncement au « vivre ensemble » la norme….

 Alors que toutes les énergies devraient se mobiliser pour le bien commun, les laboratoires du médicament se mènent une guerre commerciale indécente « pas de profits sur la pandémie », il faut placer l’intérêt commun au-dessus de toutes les autres considérations.

C’est nourri de ces valeurs qu’en France nous avons su construire notre protection sociale et la maîtrise publique des moyens de production essentiels pour les enlever aux appétits des groupes privés. Cela a permis l’augmentation de l’espérance de vie, la baisse de la mortalité, le développement de la recherche publique, l’accès à la santé pour tous…

Ceux qui pensaient tout cela acquis en sont aujourd’hui déçus. Les privatisations d’entreprises publiques, la diminution des moyens pour la santé du financement des hôpitaux de l’éducation nationale, nous rendent mal armés face à une pandémie qui dure. La crise sanitaire gérée de manière catastrophique. Elle aurait dû permettre au gouvernement de revoir sa politique financière, pour les agents de la fonction publique, territoriale, d’état et hospitalière.

Il faut savoir que la loi du 06 aout 2019, vise à rapprocher la fonction publique des standards du privé. D’autre part, nous sommes confrontés à un recul culturel aux conséquences dramatiques sur le plan de la pensée individuelle et collective, favorisant les idées extrêmes de l’intolérance.

 Malgré les difficultés du moment, l’ANCAC continue son action associative de défense des anciens combattants, veuves et amis.

La journée commémorative de la grève insurrectionnelle des cheminots devrait nous permettre de vivre, si possible, un nouveau départ.

Robert BAPTIER, Président National

7 mai Gares Parisiennes

La pandémie de Covid 19 nous a empêchés, cette année encore de nous rassembler en nombre pour les cérémonies du 76emeanniversaire de la victoire du 8 mai 1945, malgré les restrictions sanitaires, nous étions présents le vendredi 7 mai, à l’invitation émanant du groupe SNCF, dans trois gares de PARIS : VAUGIRARD, AUSTERLITZ ET SAINT-LAZARE. Dans les autres gares, PARIS-EST, GARE DU NORD, à l’invitation des Directeurs d’établissements, en gare de PARIS LYON du comité du souvenir, du directeur de PARIS-SUD-EST.

 

 

Des personnalités civiles et militaires, d’organisations syndicales, les cheminots, le CGPF, étaient présents pour honorer les morts des gares disparus dans cette guerre. De nombreuses gerbes ont été déposées au pied des monuments. Invitée par le secrétariat du groupe SNCF l’harmonie des chemins de fer du Nord a rendu un hommage musical à nos morts dans les trois gares

  Il faut souligner la présence des notre porte- drapeau national, du drapeau du siège de l’ANCAC et du porte- drapeau de Villeneuve St Georges.

 (Photos de Marguerite WANDEROILD)

                                    Robert BAPTIER

 

 

 

Généraux Putschistes

Dans l’hebdomadaire « Valeurs Actuelles » des généraux et hauts gradés militaires d’extrême droite ont proféré ouvertement des menaces contre la forme républicaine de l’état, ce qui est constitutif de délits réprimés par le code pénal. La publication de cette tribune, vient après « l’appel à l’insurrection » lancée par Philippe DE VILLIERS.

A la lecture de ce texte publié comme par hasard un 21 avril, jour anniversaire du putsch d’Alger en 1961.

Comment ne pas penser à l’OAS qui organisait des assassinats, des attentats et des actes de sédition. Elle contient des propos graves qui ne peuvent rester sans réaction, cette tribune constitue une action d’une grande dangerosité du fait qu’elle émane de militaires de haut rang, même s’ils sont à la retraite.

Le gouvernement doit prendre des sanctions, afin d’appliquer les règles qui sont prévues dans le statut des militaires.

Le secrétariat national

Commission Tripartite

La commission dont la finalité est la revalorisation de la valeur du point des pensions militaires d’invalidité a tenu trois réunions. La valeur du point d’indice de PMIVG n’a pas évolué de façon à la mettre à niveau avec l’indice des prix à la consommation. La réflexion menée par les associations participantes à la commission, est de trouver une méthode de revalorisation s’inscrivant dans une volonté de résorber le retard constaté et de rechercher une solution d’équilibre.

Cette proposition a fait l’objet d’un examen au cours duquel ont été rappelés les différents modes de calcul des deux indices. L’indice des prix à la consommation, hors tabac, est calculé mensuellement, alors que l’ITB-GI l’est trimestriellement. Il est préférable de prendre en compte une évolution sur une période d’au moins deux ans, plutôt qu’une comparaison dans un cadre annuel.

Les représentants de l’administration ont indiqué que si un rattrapage pour la période 2010-2020 n’est pas envisageable pour des raisons budgétaires, un rattrapage pourrait être prévu pour la période 2017 jusqu’à l’année 2021. La commission quant à elle serait favorable à un rattrapage sur la base du retard constaté depuis l’année 2010 jusqu’à l’année 2021.

Le secrétariat d’état aux anciens combattants doit donner les conclusions très bientôt.

Le secrétariat national   

CARTE DU COMBATTANT

A la suite des accords d’EVIAN en 1962 qui mettaient fin au conflit Algérien, quelque 75000 soldats français dont une très grande majorité d’appelé, ont continué à être déployés en Algérie entre Juillet1962 et Juillet 1964.

A ce jour, ils n’avaient jamais pu bénéficier de la carte du combattant. Afin de mettre un terme à cette inégalité de traitement et après plusieurs mois de concertation avec le monde combattant, la mise en place cette mesure d’équité entre génération du feu était acte par le gouvernement.

A savoir : l’attribution de la carte du combattant pour l’Algérie de 1962 à 1964 et ce dans le cadre du projet de la loi de finances pour 2019, cette mesure pourrait concerner 50 000 bénéficiaires potentiels et représenter en année pleine un coût de 30 M euros.

PREMIERS EXAMENS DES DEMANDES D'ATTRIBUTION de la carte du combattant pour l’Algérie pour la période 1962-1964

Le mardi 22 janvier 2019 a eu lieu la première réunion de l'année de la commission nationale de la carte du combattant qui s'est tenue, en formation restreinte, dans les locaux de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), à Paris.

Cette commission donne son avis sur toutes les demandes de carte du combattant déposées sur le territoire, 9 800 à ce jour. Dont 8 000 demandes à instruire dans le cadre de la mesure gouvernementale relative à la carte du combattant pour l'Algérie du 3 juillet 1962 au 1er Juillet 1964

 

                                                                            Le Secrétaire national