LA JOURNEE NATIONALE DE LA RESISTANCE

 

La journée nationale de la résistance se déroulera le lundi 27 mai 2019.

Programme du CNR

L’ANCAC s’inscrit dans les initiatives qui seront prises sous des formes les plus inédite et les publics les plus divers, allant des cheminots aux scolaires et vers d’autres associations.

Née de la volonté ardente des français de refuser la défaite, la Résistance n’a pas d’autre raison d’être que la lutte quotidienne sans cesse intensifiée.

Cette mission de combat ne doit pas prendre fin à la libération. Ce n’est en effet qu’en regroupant toutes ses forces autour des aspirations quasi-unanimes de la Nation, que la France retrouvera son équilibre moral et social et redonnera au monde l’image de sa grandeur et la preuve de son unité.

Aussi les représentants des organisations de Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques se sont regroupés au sein du CNR.

Délibérant en assemblée plénière le 15 mars 1944, ont-ils décidé de s’unir sur un programme qui comporte à la fois un plan d’action immédiate contre l’oppresseur et les mesures destinées à instaurer, des la libération du territoire, un ordre social plus juste.

Nous allons fêter les 75 ans de la création du programme du Conseil National de la Résistance (CNR) ses valeurs doivent guider nos actions.

Programme du Conseil National de la Résistance:Cliquer sur ce lien pour voir le programme du CNR

 

Monsieur le Premier Ministre

 

Nous venons nous adresser à vous sur un point particulier à savoir les conditions d’attribution du bénéfice de la campagne double aux Anciens Combattants d’Afrique du nord fonctionnaires et assimiles.

Actuellement la campagne double est attribuée sur les actions de feu ce qui est contraire à la loi du 14 Avril 1924 et celle du 7 Décembre1974. Tous les Anciens Combattants des conflits antérieurs 14/18-39/45, Indochine, Opex ont bénéficié de ce droit sur le temps passé dans les territoires.

C’est pourquoi, nous pensons qu’il vous est possible Monsieur le Premier Ministre d’abroger le décret 2010-890 du 29 Juillet 2010 qui fut une erreur et proposer un nouveau texte en prenant en compte le temps passé dans les territoires en Afrique du Nord.

Lors des rencontres avec l’UFAC, le groupe des 12, notre association, Madame Geneviève DARRIEUSSECQ Secrétaire d’Etat a déclaré vouloir régler chaque année un point prioritaire lors de la loi de finances de 2020. La campagne double figure dans les premiers points prioritaires de la motion de l’UFAC. Ce ne serait que justice pour tous ceux qui attendent cette décision.

Il faut savoir que de nombreux Anciens Combattants d’Afrique du Nord disparaissent

(Moyenne d’âge 80 ans).

            Aujourd’hui ils se sentent lésés, mal considérés alors qu’ils sont restés fidèles à la république.

            Connaissant votre attachement au monde Combattants et à leurs droits à réparation votre décision serait hautement appréciée  

            Je vous prie d’agréer, Monsieur le premier Ministre, l’expression de ma haute considération.

                                                                                               Robert MOULLIERE

                                                                                               Président National

                                                                                               Ancien Combattant en AFN

                                                                                   Officier de l’ordre National du Mérite

UN GRAND MERCI AUX ADHERENTS ET AMIS(ES)

Au nom du Président National, Robert Moullière, du trésorier national Robert Baptier et de tous les membres du bureau, je tiens personnellement à vous présenter nos compliments et remerciements pour votre considération à notre ANCAC.

 Notre association, vivante depuis 1931, grâce à votre soutien, tient le cap des revendications légitimes des anciens combattants cheminots. Si hier, elle était forte d’environ 40 000 adhérents cheminots anciens combattants, aujourd’hui, 88 ans ont passé, combien reste-il d’adhérents dans le monde ancien combattant cheminot, environ 4000 membres. Beaucoup de nos adhérents sont décédés pour lesquels nous leur devons un grand respect pour le travail, les sacrifices qu’ils ont faits pour notre association corporative.

Certes, les problèmes de famille, la maladie y sont pour beaucoup dans cette diminution de l’effectif. Mais, si notre association est en constante décroissance, nous nous posons la question pourquoi ? : « Certains de nos adhérents démissionnent, sans autre cause que de partir comme ça, sans donner de motifs valables, prétextant je ne sais quoi ! ». A ceux-là, je me permets de leur dire : « Vous recevez notre Journal L’APPEL, dans lequel nous vous tenons informés des droits comme du fonctionnement de chaque section, UD, UR, Réseau. Sans omettre nos réunions des secrétariats élargies, des bureaux nationaux, des conseils nationaux qui sont envoyés à chaque président.

Vous avez profité et vous profitez encore, aujourd’hui, des avantages acquis qui ne sont pas venus par un simple coup de baguette magique. Il ne faut pas oublier ceux qui se sont battus jadis et aujourd’hui avec beaucoup de conviction, sans relâche et toujours combattifs pour l’obtention totale de nos droits anciens combattants.

Mes chers amis, j’ai beaucoup de respect à vous dire cela, vous percevez comme nous, la retraite du combattant, ce n’est pas la cotisation annuelle de l’ANCAC qui va affecter votre retraite d’anciens combattants. Vous n’êtes pas raisonnable d’abandonner ceux qui sont là, avec leur conscience, leur volonté, leurs forces. Et cela, malgré l’âge avancé, leurs soucis familiaux et leur santé qui parfois vacille, ils continuent d’assurer leurs responsabilités pour vous représenter, dans la bonne fois, auprès de nos élus, des ONAC, des associations sœurs, des fédérations d’anciens combattants.

Mes chers amis, « la critique est aisée mais l’art est difficile ». Déplacez-vous, venez aux assemblées générales, aux cérémonies, aux réunions, vous comprendrez les efforts que nous faisons pour mener à bien notre tâche.

Je vous signale que c’est du bénévolat et que nous le prenons sur notre temps de loisir. Nous ne regardons pas le sacrifice car nous avons-nous aussi, comme vous, une famille, la fatigue qui s’accumule avec l’âge et la maladie qui nous guette, mais on a fait la promesse de défendre nos droits jusqu’à ce que la force nous manque pour respecter nos engagements.

Cheminots, actifs et retraités, reprenez-vous, n’attendez pas que l’ANCAC s’éteigne pour toujours, ne soyez pas personnel, ne vous égarez pas, regardez autour de vous, enseignez à vos enfants, petits enfants le devoir de mémoire, le souvenir de nos anciens. Aujourd’hui, je ne comprends pas votre attitude. Au fil des ans, des mois, des semaines, des jours, tout ce que nos anciens ont construit à la sueur de leur front, tout disparaît, sombre dans l’oubli.

Je me permets, une nouvelle fois de vous dire que ce n’est pas une leçon de morale que je vous donne, mais vous présenter la réalité des choses de la vie et que simplement, je vous sais assez grand, adulte averti, pour comprendre le sens de mes écrits. Merci de votre attention et de nous accorder votre soutien.                                                                                                  

                                                                  Louis Dutto, membre du bureau national

CARTE DU COMBATTANT

A la suite des accords d’EVIAN en 1962 qui mettaient fin au conflit Algérien, quelque 75000 soldats français dont une très grande majorité d’appelé, ont continué à être déployés en Algérie entre Juillet1962 et Juillet 1964.

A ce jour, ils n’avaient jamais pu bénéficier de la carte du combattant. Afin de mettre un terme à cette inégalité de traitement et après plusieurs mois de concertation avec le monde combattant, la mise en place cette mesure d’équité entre génération du feu était acte par le gouvernement.

A savoir : l’attribution de la carte du combattant pour l’Algérie de 1962 à 1964 et ce dans le cadre du projet de la loi de finances pour 2019, cette mesure pourrait concerner 50 000 bénéficiaires potentiels et représenter en année pleine un coût de 30 M euros.

PREMIERS EXAMENS DES DEMANDES D'ATTRIBUTION de la carte du combattant pour l’Algérie pour la période 1962-1964

Le mardi 22 janvier 2019 a eu lieu la première réunion de l'année de la commission nationale de la carte du combattant qui s'est tenue, en formation restreinte, dans les locaux de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), à Paris.

Cette commission donne son avis sur toutes les demandes de carte du combattant déposées sur le territoire, 9 800 à ce jour. Dont 8 000 demandes à instruire dans le cadre de la mesure gouvernementale relative à la carte du combattant pour l'Algérie du 3 juillet 1962 au 1er Juillet 1964

 

                                                                            Le Secrétaire national

3357937
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
612
1813
5537
3345192
38311
61165
3357937
Votre IP: 54.86.132.30
27/06/2019 10:51