CEREMONIES DANS LES GARES PARISIENNES

 

Vendredi 9 Novembre, un rendez-vous du souvenir dans les gares de Paris, la commémoration du centenaire de l’armistice 11 Novembre 1918, qui avait marqué la fin de la première guerre mondiale.

Les directeurs des établissements SNCF, les associations d’anciens combattants et leurs porte-drapeaux, les cheminots, les organisations syndicales et comites d’entreprise, les personnes civils et militaire entaient présentent pour honorer les 8000 cheminots des réseaux ferroviaires disparus dans ce conflit.

Remerciements à L’harmonie des chemins de fer du nord ainsi que la musique des gardiens de la paix qui prêtaient leur concours à ces manifestations patriotiques, interprétèrent Sombre et Meuse, la Marseillaise ainsi que les sonneries d’usage.

En gare de Paris Est d’où partaient les soldats pour le front de guerre, le président SNCF Guillaume PEPY avait convié de nombreuses personnalités civils et militaires pour assister à cette cérémonie mémorielle.

 

Dans son discours le président a choisi de donner à cette commémoration une coloration patriotique sur le rôle des cheminots dans le conflit.

 

Il a rappelé les dangers d’aujourd’hui, avec la montée des nationalistes en Europe.

Il a dévoilé à cote du monument SNCF une immense plaque comprenant les noms de 1469 cheminots morts dans ce conflit.

La chorale de Lutèce et la musique des chemins de fer du nord rendirent un merveilleux hommage à nos morts.

De nombreuses gerbes, couronnes ont été déposés au pied des monuments, plaques et stèles des gares de Paris.

14 NOVEMBRE 2018

Tous les dirigeants des pays belligérants ont été convies aux commémorations du centenaire plus de 60 chefs d’états et de gouvernement étaient présents le dimanche 11 novembre 2018, pour commémorer l’armistice de 1918.

Pendant la semaine précèdent le 11 Novembre, le président de la république afin honorer les soldats a préfère une « itinérance mémorielle » d’une semaine pour multiplier les hommages sur les traces des poilus.

Des étapes à MORHAUGE, aux EPARGES ou à VERDUN dans les ARDENNES il a jugé « légitime »de rendre « hommage aux maréchaux »de la grand guerre le chef du régime de VICHY, Philippe PETAIN inclus. Des propos qui ont suscité des réactions indignées.

« Ressortir Pétain des poubelles de l’histoire est une insulte aux soldats de 14/18 et aux victimes des barbaries de la seconde guerre mondiale ».

Il en a profité pour annoncer que l’écrivain Maurice GENEVOIX ira au PANTHEON en sa qualité de porte-parole de « ceuxde14 ».

Cette journée du 11 Novembre si particulière cette année va-t-elle servir à faire avancer la paix mondiale, la moitié des dirigeants présent à Paris au forum sur la paix sont responsables des conflits dans le monde.

                                                           Le secrétaire national

Assemblée générale UFAC

 

 

Lors de l'Assemblée Générale de l'UFAC les 3 et 4 octobre 2018 à Paris à la Mutuelle INTERRIALE Robert MOULLIERE Président National et Jean-Pierre COLAS Vice-Président National de l’ANCAC ont assisté aux travaux avec la présentation des rapports et des commissions.

La Directrice de la Mutuelle Intériale a invité Madame Marie Rose ANTOINE directrice de l'ONAC qui nous a affirmé le maintien des ONAC avec une évolution dans leurs tâches dans l'avenir.

Robert MOULLIERE a été réélu au Conseil d'Administration de l'UFAC.

 

 

PARTS FICALES POUR LES ANCIENS COMBATTANTS

Contribuables seuls

Bénéficient d'une part et demie au lieu d'une part, les célibataires, séparés, divorcés, veufs ou veuves n'ayant plus d'enfant à charge, qui, ont âgés de plus de 74 ans au 31 décembre 2018 ut qui sont soit titulaires de la carte d'ancien combattant ou d'une pension militaire d'invalidité ou de victime de guerre versée par l'État français, quel que soit le taux d'invalidité.

-soit veufs ou veuves de ces titulaires ayant eux-mêmes bénéficié avant leur décès de la demi-part supplémentaire.

Dans ces cas, ils doivent cocher, selon leur situation, l'une des cases W, cadre A, page 2. de la déclaration. Le veuf (ou la veuve) d'un(e) ancien(ne) combattant(e) décédé(e) avant l'âge de 74 ans ne peut pas bénéficier de la demi-part supplémentaire lorsqu'il (elle) atteint personnel­lement ses 74 ans (TA Cergy-Pontoise, 5 mars 2015 nos 1300812 et 1410323). En effet, la condition d'âge pour bénéficier de la demi-part s'impose au titulaire de la carte d'ancien combattant et à son conjoint survivant (BOI-IR-LIQ-10-20-20-20, n°170). Il a été jugé que le bénéfice de la demi-part supplémen­taire de quotient familial est seulement attribué aux veuves de plus de 74 ans dont le mari était lui-même âgé de plus de 74 ans au jour de son décès

 

Invalides

Ont droit à une demi-part supplémentaire les contribuables, titulaires d'une pension mili­taire pour une invalidité de 40% au moins, ou une pension militaire d'invalidité de veuve de guerre, ou une pension civile exceptionnelle de veuve de guerre, ou encore une pension militaire d'invali­dité de 40% au moins, portant la mention « hors guerre ».

Cet avantage est doublé si les deux conjoints ou partenaires d'un Pacs sont dans une de ces situa­tions. Dans ce dernier cas, vous devez cocher les cases P, F et S du cadre A page 2 de la déclaration.

 

Mariés ou pacsés

Pour bénéficier de la demi-part supplé­mentaire, il suffit que l'un des conjoints, mariés ou liés par un Pacs, soit âgé de plus de 74 ans au 31 décembre 2018 et titulaire de la carte d'ancien combattant ou d'une pension servie en vertu du Code des pensions d'invalidité et des victimes de guerre.

Dans ce cas, il faut cocher la case S, cadre A, page 2 de la déclaration. Cette demi-part ne se cumule pas avec les avantages pour invalidité. Même si les deux époux sont âgés de plus de 74 ans et sont tous deux titulaires de la carte d'ancien combattant, ils n'ont droit qu'à une demi-part pour le couple UO-Sénat-QR, 2 déc. 1999, n° 18101).

 

Retraite mutualiste du combattant

Les versements effectués pour la retraite mutualiste du combattant sont déductibles du revenu global du contribuable s'ils sont destinés à la constitution d'une rente donnant lieu à une majoration de l'État. Ils sont à déclarer à la ligne 6DD du cadre 6 de la déclaration n° 2042. Les versements complémentaires qui peuvent être effectués en vue d'une rente mutualiste ordinaire ne sont pas déductibles. Le montant maximum de la rente bénéficiant d'une majoration de l'État est fixé, y compris la majoration, à 1800€ pour l'année 2018.

Lorsque les deux époux ont la qualité d'anciens combattants et souscrivent chacun une retraite mutualiste du combattant, le bénéfice de la déduction est accordé pour l'ensemble des versements effectués pour la constitution de la rente mutualiste donnant lieu à une majoration de l'État de chacun des époux (JO-AN-QR, 6 juill. 2004, n° 31.660; JO-Sénat-QR, 14 juill. 2009, n° 48806). Les contribuables non domiciliés en France ne peuvent pas déduire de leurs revenus de source française les versements effectués en vue de la constitution de la retraite mutualiste du combat­tant.

 

 

3182563
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Total
1350
2340
3690
3164675
48139
48231
3182563
Votre IP: 207.46.13.235
26/03/2019 20:27