Le Mans

 

 

Le 8 mars 2021 la section du Mans, la CGT, le parti communiste, l'ARAC et l'ANCAC ont déposé une gerbe à la stèle Pierre Semard en présence de nombreux camarades. L'ANCAC et la CGT ont rappelé le parcours de Pierre Semard et son combat, qu'il nous faut encore poursuivre pour suivre le chemin qu'il a tracé avant que les Allemands ne le fusille.

Les portes drapeaux de l'ancac de l'ARAC et de l'UDAC étaient présents à cet hommage à Pierre Semard ou monsieur Hardouin a reçu la médaille d'honneur de porte-drapeau

Angers

 

Prise de parole en la mémoire de Pierre Semard le 07 Mars 2021

 

                                             Camarades,

 

                         Oui Pierre SEMARD 79 ans après ton assassinat les cheminots sont toujours présents,

 

                          Cela fait un an déjà que le monde vit sous cloche avec ce virus qui avance à grands pas, qui a déjà fait plusieurs millions de morts à travers la planète.

 

                           Il en fera peut-être autant bientôt si le monde ne se mobilise pas plus vite et dans le bon sens, car ceux qui en paieront le prix fort seront toujours les mêmes, les plus faibles socialement, les humbles, les sans grades.

                            Il existe aussi un autre virus qui est apparu dans les années1920 et 1930 et que combattit notre camarade Pierre Sémard et toute la C G T au péril de leurs vies

                           Ce virus c'est le fascisme. Lui aussi avança sans bruits au départ trompant tout son monde et qui fit plusieurs millions de morts.

                           Notre camarade Pierre Sémard secrétaire de la Fédération C.G.T. des Cheminots que nous honorons aujourd'hui a été fusillé le 07 mars 1942 par les nazis et ses alliés, les collabos. Il donna sa vie ainsi que bien d'autres anti- fascistes pour arrêter ce virus-là. Cela fut fait en 1945.

                         L'hommage que nous rendons aujourd'hui à Pierre Sémard offre à nouveau l'occasion aux cheminots d'honorer la figure devenue légendaire après qu'il eut été fusillé comme otage et reste présent dans notre corporation.

                         Il ne s'agit pas de faire un simple rappel historique pour éviter que certaines pages de notre histoire ne tombent pas dans l'oubli, mais de faire en sorte que ceux qui, comme Pierre Sémard sont morts pour défendre nos idéaux, de prolonger leur combat.

                          Certes, le monde de 2021 n'est pas celui des années 1940, mais avec sa crise le capitalisme tente de faire payer la note aux travailleurs et leurs familles et s'acharne à liquider tout l'héritage social de la libération en particulier la sécurité sociale, les attaques contre l'hôpital, l'emploi, le pouvoir d'achat, l'école, les retraites, le service public que Pierre Sémard avec d'autres avaient contribué à mettre en place, sans oublier le transport ferroviaire pour lequel Pierre Sémard avait tout donné.

                     Plus que jamais en ces moments aussi troublés les idées nauséabondes renaissent de leurs cendres sournoisement essayant toujours de tromper le monde.

                          Pour les arrêter, portons le devoir de mémoire mais aussi le devoir de résistance, comme nous le demandait Pierre Sémard avant d'être fusillé.

                           Soyons les dignes héritiers des idées et des combats de notre camarade Pierre Sémard.

 

Reims

 

Cérémonie autour d’un monument à la mémoire des infirmières

A l’issue du premier conflit mondial, pour honorer le souvenir de toutes les blouses blanches mortes pendant la grande guerre, une souscription internationale fut lancée par une femme généreuse. Juliette ADAM pour l’édification d’un monument à la mémoire des femmes dont les noms ne figurent jamais sur les monuments aux morts et qui sera inauguré le 11 novembre 1924.

Plusieurs pays participèrent au financement, le président Raymond Poincaré et les maréchaux Joffre et Foch figurent au comité d’honneur.

Reims bombardé pendant plus de 3 ans fut choisi car le nombre des victimes y a été plus grand que dans les autres villes de France.

L’œuvre représente deux infirmières soignant un blessé. L’une agenouillée essuie sa face ensanglantée pendant que l’autre, debout panse la plaie qu’il porte au bras.

Le monument porte aussi cette inscription :

« Sur terre et sur mer, elles ont partagé le danger du soldat. Elles ont bravé, dans les hôpitaux bombardés et torpillés, le feu de l’ennemi, la contagion et l’épuisement. En consolant la douleur, elles ont aidé à la victoire. Honneur à elles, elles vivront à jamais dans le souvenir de leur patrie fière et reconnaissante ».

Sur la ceinture du socle sont gravés les noms des pays qui ont pris part à la guerre à nos côtés.

C’est le 8 mars, journée internationale de la femme, qu’un grand rendez-vous est habituel devant ce monument haut de cinq mètres.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, une plaque est apposée à la mémoire des infirmières et brancardiers victimes de leur devoir sous les bombardements le 30 mai 1944.

Le 13 juillet dernier, malgré les conditions sanitaires imposées, je fus invité au nom de l’ANCAC, par la ville de Reims, à participer à la cérémonie officielle.

Une autre plaque rend hommage au personnel soignant durant l’épidémie du coronavirus devant ce monument, bientôt centenaire, dédié aux infirmières et qui n’a pas d’équivalent en France.

                                                                         Jean Marchandeau

 

Perpignan

 

 

A l'appel de l'ANCAC et de la CGT les cheminots actifs et retraites de Perpignan ont participé à la 79ème commémoration de l'exécution par les nazis de Pierre Semard le 7 mars 1942.

Le Bureau