Les enjeux de la crise sanitaire

 

 

 

LANCAC s’efforce de vous apporter le maximum d’informations utiles sur l’activité de notre association par l’intermédiaire du journal « l’APPEL », du site WWW.ANCAC.FR et par l’intermédiaire des sections sur la défense des droits et les événements qui ponctuent notre activité

 

2020 nous a rudement mis à l'épreuve et chaque jour nous avons une pensée pour ceux qui ont été touchés par le coronavirus et tous ceux qui se battent pour faire reculer cette épidémie. Nous les remercions pour leur dévouement.

Bien que le premier trimestre 2021 soit passé, les mois à venir seront tout aussi rudes car nous devons rester sur nos gardes et être vigilants, en continuant rigoureusement les gestes barrières qui empêchent l'épidémie de se propager.

La COVID 19 a fauché plus de 90 000 de nos concitoyens et engendré une crise économique majeure, faisant un grand nombre de chômeurs et mettant en difficultés de nombreuses entreprises.

 

Certains de nos adhérents sont plus durement frappés que d'autres soit par la maladie soit par les répercussions économiques dues au confinement. A l'heure où nous vous écrivons nous ne savons pas encore si nous pourrons nous retrouver rapidement.

 

                                                                                 Le Secrétariat National

La Commune de Paris a 150 ans

Peinture d’Evelyne ANDRE

La semaine sanglante

L’année 2021 va être marquée par le 150eme anniversaire d’un évènement qui fait date non seulement dans l’histoire de France, mais aussi dans l’histoire de l’humanité. Il s’agit de la commune de Paris, qui fut la première tentative de prise de pouvoir par la classe ouvrière. Certes, elle ne dura que 72 jours, mais elle ouvrit une ère nouvelle de l’affrontement entre les exploitants capitalistes et les exploités. En 1870, 45% de la population sont des ouvriers et beaucoup pauvres, et hostiles à un Napoléon III qui vient de tomber. Paris est affamée, assiégée par l’armée Prussienne. Le 18 janvier 1871, à Versailles, l’empire allemand (II Reich) est proclamé. Le gouvernement de la défense nationale signe un armistice avec la Prusse le 28 janvier 1871, à Versailles.  L’Allemagne reçoit l’Alsace et une partie de la Lorraine. Des troupes continuent leur occupation aux dépens des Français qui ont faim. L’armée Allemande défile le 1er mars 1871 sur les Champs-Elysées pour marquer sa victoire. Adolphe THIERS est élu chef du pouvoir exécutif et tente d’enlever les canons de la garde nationale prévus pour défendre la capitale.

Paris se soulève, on dresse des barricades. THIERS fuit à Versailles, avec son gouvernement le 18 mars 1871, le peuple de Paris s’empare du pouvoir. C’est ainsi que fut constitué à Paris le premier gouvernement ouvrier dont la durée fut brève mais qui n’en laissa pas moins, lorsqu’il tomba sous les coups des versaillais, des évolutions sociales et même civilisationnelles, en permettant notamment, l’égalité entre les femmes et les hommes, l’encadrement des salaires, l’école gratuite et laïque. Le comité central de la garde nationale, émanation du peuple en armes, fait fonctionner les services publics laissés à l’abandon.

Le mouvement populaire s’étend à LYON-MARSEILLE-NARBONNE-LIMOGES-TOULOUSE-ST-ETIENNE-GRENOBLE, la répression sera terrible !

L’armée française, grâce à la complicité Allemande, attaque Paris. L’assaut commence le 21 mai, c’est le début de la « semaine sanglante ». D’horribles procès sont faits à la commune, alors qu’elle est noyée dans le sang. Des tribunaux jugent sommairement les fédérés pris et les fait fusiller sur place, faisant 35 000 victimes, dont des femmes et des enfants. Au cimetière du père Lachaise se déroulent les derniers combats, au corps à corps, les fédérés pris sont fusillés contre un mur, (le mur des fédérés).  La plupart des prisonniers sont internés dans différents lieux. D’autres sont envoyés en déportation en Nouvelle Calédonie. La commune reste le berceau d’idées progressiste toujours valables.

Robert BAPTIER

Président National

 

 

70 ans de fondation de la FIR

Fédération Internationale des Résistants

 

Fin juin 1951, la réunion de paix de la Fédération internationale des résistants a eu lieu à Vienne, qui est entrée dans l'histoire comme le congrès fondateur de la FIR. Il y a dix ans, nous avons célébré cet événement par une cérémonie digne de ce nom à Vienne même.

Nous voulons célébrer le 70ème anniversaire de cette fondation en dépit de toutes les restrictions de manière appropriée et avec un événement public. Au vu des incertitudes liées au développement actuel de la pandémie et des restrictions de voyage qui y sont liées, le Comité exécutif de la FIR a convenu de la proposition suivante lors de ses consul­tations de décembre et janvier, que nous souhaitons communiquer dès maintenant à toutes les fédérations membres.

La célébration officielle du 70ème anniversaire de la fondation de la FIR, à laquelle nous aimerions inviter toutes les fédérations membres, les membres du présidium honoraire et tous les anciens représentants de l'organisation dès main­tenant, devrait avoir lieu

le samedi 11 septembre 2021 à Berlin (Allemagne).

Nous sommes en discussion avec les Fédérations membres allemandes et les représentants de la ville, afin de pouvoir réaliser cette rencontre dans un cadre digne.

À la veille de la cérémonie, le vendredi 10 septembre, nous souhaitons décerner le prix

Michel Vanderborght

pour la quatrième fois. Les Associations membres sont également cordialement invitées à y participer.

Le dimanche, la traditionnelle journée de commémoration des victimes du fascisme (le deuxième dimanche de septembre) aura lieu, non seulement à Berlin, avec la Journée de commémoration et de rencontre à Berlin, à laquelle les Fédérations internationales partenaires peuvent participer activement.

Au-delà de cela, il y a des premières considérations, comment nous pouvons rendre cet anniversaire publiquement visible et l'honorer avec des matériaux spéciaux, qui sont liés à l'histoire de la FIR.

Toutes les Associations membres seront informées de tous les détails techniques, du lieu et de l'hébergement des déléga­tions ainsi que du programme concret à partir de la fin avril 2021, lorsque nous disposerons de données de planification fiables.

L’ANCAC est adhérente à la FIR.

 

Journée Nationale du souvenir des victimes de la Déportation

La journée Nationale des héros de la déportation est inscrite depuis 1954 au denier samedi d’avril. Aucun Président de la République n’a daigné venir raviver la flamme sacrée à l’Arc de Triomphe, à cette occasion.

La déportation est ineffaçable dans l’histoire de notre pays, avec la collaboration sans précédent des gouvernements de Vichy. La création par les nazis d’une industrie de l’assassinat de masse dans les camps d’abattage, la déshumanisation soigneusement planifiée conduisant les déportés vers la mort dans les camps de concertation, ont fait l’objet de témoignage de ceux qui, par chance, mais aussi par leur volonté et grâce à la solidarité, ont pu résister à cette horreur démontrer ainsi, par leur expérience vécue, que cette lutte était possible, même dans des conditions de non – droit absolu. A été l’une des tâches principales du travail de mémoire. Le respect de la dignité, de la personne humaine a été fortement proclamé dans toutes les initiatives et inscrit dans les traités et conventions qui ont suivi la fin de la deuxième guerre mondiale – Cette journée montre ainsi la voie  pour le travail de mémoire, dans un monde travaillé par les forces négatives et le mépris : s’inspirer de l’expérience vécue et rapportée de la déportation pour rappeler que même dans ces circonstances, au-delà de l’extrême, la compassion, la solidarité et le sens de la dignité ont pu persister et triompher.

 

                                                                                   Le Secrétariat National